Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

Visite d’Etat et de travail d’Abdoulaye Wade en Côte d’Ivoire : Les vérités du FPI, PDCI, MFA et de la Primature

Le président sénégalais Abdoulaye Wade foule aujourd’hui le sol ivoirien pour une visite dite d’Etat. Le doyen des chefs d’Etat africains profitera de son séjour ivoirien pour rencontrer les principaux acteurs de la crise ivoirienne. Ce réchauffement de l’axe Abidjan-Dakar n’en fini par d’intriguer les acteurs politiques qui se demandent à quelle sauce Laurent Gbagbo veut bien encore les manger.


Photo : DR
Photo : DR
A la faveur de la célébration du cinquantenaire du Sénégal, les présidents Abdoulaye Wade et Laurent Gbagbo se sont parlé pour vider le contentieux qui les opposait depuis la survenue de la rébellion, le 19 Septembre 2002. Depuis cette date, les rapports entre les deux hommes ont été des plus exécrables. Wade a avaient été accusé d’être l’un des parrains de la rébellion ivoirienne. Sa philippique contre la Côte d’Ivoire sur les conditions de vie des burkinabé en Côte d’Ivoire a encore éloigné le Sénégal de la Côte d’Ivoire. A son tour Laurent Gbagbo mettait un point d’honneur à saborder l’initiative NEPAD de son homologue, allant jusqu’à la vilipender publiquement. Et puis voila que par la magie du téléphone rouge et l’entregent de missi dominici, les deux chefs d’Etat commencent à se parler.

Repositionnement africain et international pour Wade
Mieux, Wade sérieusement en difficulté dans son pays, est en train de se voir offrir un tremplin pour rebondir sur la scène sous-régionale et même international. Celui qui lui fait cette passe ‘’décisive’’ n’est tout autre que Laurent Gbagbo. Même si personne n’osait croire à une médiation de Wade dans la crise ivoirienne au vu de l’excellence des relations entre Gbgabo et Compaoré. Les choses semblent se précipiter. La dernière crise entre le camp présidentiel et les Forces Nouvelles sur les questions du désarmement et de la réunification a laissé poindre l’expectative d’une assistance à la médiation de Compaoré, qui est resté amorphe, du moins officiellement devant l’éventualité d’un schéma qui met Guillaume Soro hors-jeu. D’aucuns se demandent si Wade n’est pas déjà au fait de ce schéma qui mettrait le Premier ministre actuel à la retraite anticipée. N’est-il pas en fait venu dire à Guillaume Soro ce que Blaise Compaoré rechigne à faire lui-même ? Autant d’interrogations qui taraudent certains esprits du côté du Soroland. Car au-delà des retrouvailles entre Gbagbo et son ‘’vieux père’’ Wade, l’on s’interroge sur la pertinence des entrevues que le président sénégalais va avoir avec les principaux leaders de l’opposition.

Bédié et Ouattara absents et en rangs dispersés
A propos de ces derniers, des doutes subsistent sur leurs présences physiques à Abidjan pour rencontrer Abdoulaye Wade. Selon le porte-parole du président Henri Konan Bédié rien n’a été encore décidé sur la question. Toutefois si le président Bédié qui se trouvait encore hier à Daoukro ne ‘’descend’’ pas sur Abidjan, Niamkey Koffi a laissé entendre que Djédjé Mady pourrait conduire la délégation qui sera reçue par Wade. Si cela se confirme le pape du Sopi ne pourrait se targuer d’avoir eu à parler avec un acteur clé, puisque Djédjé Mady déjà empêtré dans des affaires judiciaires, est un second couteau. Les conseils du ‘’vieux ‘’ Wade risquent aussi d’être rapportés ultérieurement à Alassane Ouattara, le second leader du RHDP. Depuis un bon moment, le patron des Républicains séjourne sur les bords de la Seine et sa présence en Côte d’Ivoire hier soir pour reprendre présent, était des plus hypothétiques. Sur les raisons de son absence somme toute prolongée de la Côte d’Ivoire, l’un de ses conseillers se veut rassurant. ‘’Il ne s’agit pas d’une absence prolongée et le président passe les mêmes jours qu’il a l’habitude de faire en France’’ dira-t-il. Si Amadou Coulibaly, conseiller en communication du président Ouattara, ne sait pas si Alassane Ouattara sera effectivement présent, il indique qu’éventuellement c’est la secrétaire générale Henriette Diabaté qui le représentera. En plus de l’hypothèque sur leur présence, les leaders du RHDP seront reçus séparément. Cela peut créer un climat de suspicion entre eux puisque personne ne saura réellement les engagements pris individuellement devant Wade.

La société civile pas concernée
Le RHDP part vraiment en rang dispersé puisque certains de ces membres ont été royalement ignorés par le protocole d’Etat. A ce sujet, Philippe Légré numero deux du MFA d’Anaky Kobéna estime que le jeu a été faussé depuis l’avènement de l’Accord de Ouaga. ‘’ A Marcoussis, tous les signataires étaient consultés mais depuis l’instauration du CPC, c’est le PDCI et le RDR qui sont consultés. Le jeu est faussé depuis le départ’’ s’est-il indigné. C’est le même son de cloche au niveau de la société civile qui n’a pas été invitée pour échanger avec le Président Wade. Pour le moment, Maître Traoré Drissa du MIDH pense qu’il faut laisser la latitude au protocole d’Etat de faire ses choix puisque Wade vient en visite d’Etat.

Est-ce l’arrêt de mort de Soro Guillaume ?
S’il y a une personnalité qui attend beaucoup des conclusions de cette visite d’Etat, c’est assurément le Premier ministre sur le compte duquel toutes les rumeurs circulent. Face au blocage du processus et face à la palabre sur le désarmement, le président sénégalais serait en visite pour dire à Soro de prendre ses responsabilités. Soit il applique l’Accord de Ouaga et il a une chance de bien préparer son entrée future sur la scène politique, soit il rend le tablier pour une autre personnalité à même de faire entendre raison aux ex-rebelles. C’est en tout cas, la mission officieuse de Wade selon des indiscrétions. Un proche de Affi N’guessan interrogé a préféré botter en touche en disant que l’arrivée de Wade ne l’intéresse pas. Pourtant ce dernier est de plus en plus loquace sur les clauses secrètes de l’Accord de Ouaga. Ses révélations laissant transparaître que Guillaume Soro ne veut pas tenir ses engagements. Gbagbo veut-il tenter un dernier coup dans le règlement de la crise ouvrant les sillons de l’après Soro ? Pour cela est-il prêt à tenter le diable ? Sinon que vient encore chercher Wade dans la crise, lui dont les déclarations avaient contribué à raviver les tensions. Va-t-il provoquer le courroux des Forces Nouvelles par une de ses ‘’phrases inflammatoires’’, dont lui seul a le secret ? Du côté des Forces Nouvelles, l’on pense que Wade ne vient pas avec des bonbonnes de gaz en Côte d’Ivoire et que sa visite ne signe en rien l’arrêt de mort de Guillaume Soro. Mieux, un proche de Soro Guillaume croit que certains se font peur pour rien. ‘’ Nous avons été informés par le chef de l’Etat de la visite du président Abdoulaye Wade. Le président Sénégalais vient en Côte d’Ivoire et a souhaité avoir des échanges avec les différents acteurs de la crise. D’ailleurs pourquoi cette question ? Wade n’est pas persona non grata en Côte d’Ivoire, donc il peut venir à tout moment’’ a-t-il clarifié. A la question de savoir si cette visite n’est pas un signe avant –coureur des préparatifs de l’après –Soro, le conseiller a été on ne peut plus clair. ‘’ Je ne pense pas que ce soit l’objet de cette visite. Vous oubliez que le président Wade a été présenté au début de la crise comme le père spirituel du Premier ministre Guillaume Soro. Donc par conséquent, il ne peut pas venir demander son départ’’, tranchera-t-il. En tout cas, les dernières manœuvres de Laurent Gbagbo ne laissent personne indifférent et suscitent des commentaires sous cape. Son rapprochement avec Wade n’est-il pas l’un de ses derniers katas pour signer la fin du passionnant film de western.

Avec notre partenaire L'Intelligent d'Abidjan / par Valery Foungbé





Jeudi 22 Avril 2010
La Dépêche d'Abidjan



Actualité
Notez

Opinion | Actualité | Contributions | Zouglou Feeling | Vidéos | People | Reportages | Tribune | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Économie | Tourisme - Voyages | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN | Espace Kamite



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 25/05/2020 | 1085 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 12/03/2020 | 2408 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 17/02/2020 | 1466 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 13/02/2020 | 1607 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 06/02/2020 | 3044 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire