Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

VIVE LE GÉNÉRAL ! À BAS LE GÉNÉRAL !


VIVE LE GÉNÉRAL ! À BAS LE GÉNÉRAL !
L'épopée militaro-politique est à son terme. Bien malheureusement. Pour l'ex Capitaine coiffé du béret vert, Hamadou Haya Sanogo. Du Mali. Une belle (?) page se tourne ainsi pour l'officier putschiste d'un certain Mars 2012. Accusé de meurtre, enlèvement, séquestration et que sais-je encore? Le prolixe homme de la grande muette de Bamako et bombardé Général pour service rendu à la Nation, hier adulé, est aujourd'hui voué aux gémonies. Après avoir été instrumentalisé par des mains occultes. Pour commettre le coup d'état le plus absurde. Dans l'histoire de l'humanité. L'idylle n' aura duré que le temps d'un feu de paille. Question pour la France et ses suppôts d'installer le laquais de la République. Après une parodie d'élection. Estampillée "démocratique". Sanogo a t-il été naif? La question coule de source. A la lumière des événements, la réponse est assez évidente. Oui. Rien donc de nouveau sous le soleil. Encore moins dans les rapports Occident-Afrique. La sempiternelle équation dans les relations de subordonnés au maître reste toujours le nœud gordien. Dont l'Afrique a du mal à se défaire. Si le Capitaine Sanogo avait eu le nez creux pour déjouer l'attrape-nigaud des barbouzes et autres mains occultes! Ce serait un honneur et une dignité de plus pour notre continent. Que non. Les exemples foisonnent qui auraient du servir. De leçon. En Guinée Conakry, en République Centrafricaine, et même au Mali, des putschistes répondant respectivement au nom de Dadis Camara, François Bozizé et Amadou Toumani Touré, la liste n'est pas exhaustive, ont bu à leur propre coupe. Remplie de poison. Ce message assez clair véhiculé par la loi de " celui règne par l'épée périra par l'épée" est un signal pour tous les abonnés au crime. Politique. Je n'en dirai pas plus. La France sous le Général de Gaulle est la même que sous François Hollande. Personne ne peut démontrer le contraire. Le changement ne réside que dans la méthode. Qui s'avère peut être un peu plus policée. Autrement, l'objectif reste le même. Si seulement nos contemporains pouvaient comprendre. Pour de bon la leçon. Mais hélas! La soif du pouvoir et les ambitions personnelles finissent par les rendre sourds et aveugles. L'histoire est un rétroviseur dont il faut se servir. Pour construire le présent et l'avenir. Question d'éviter les erreurs du passé. Quand on aura assimilé cette maxime, ce serait à l'actif de notre continent. Tous ceux qui se laissent instrumentalisés par la France finissent par être lâchés par celle-ci. Rien d'étonnant. Le Général de Gaulle avait d'ailleurs déja mis le pied dans le plat dans sa fameuse déclaration " les Etats n'ont pas d'amis, mais ils n'ont que des intérêts". Et le cas récent du Capitaine Sanogo est plus qu'instructif. A plus d'un titre. Vive le Général! A bas le Général! Tel est le message. On ne peut plus limpide.
Samedi 30 Novembre 2013
ROBESPIERRE KOUAME



Contributions
Notez

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correct et d'éviter des affirmations sans preuves.




Opinion | Actualité | Interviews | Contributions | Vidéos | Zouglou Feeling | People | Reportages | Tribune | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Économie | Tourisme - Voyages | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN | ESPACE KAMITE | EN RÉGION