Connectez-vous S'inscrire

Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

BLOCO - COUPER, DÉCALER

03/11/2017 - La Dépêche d'Abidjan

BLOCO - ON VA OÙ ?

20/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOIRÉE CARITATIVE AU PROFIT DES ORPHELINATS D'AFRIQUE

03/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

LOGOBI STYLE - "ICI, C'EST ABIDJAN"

22/09/2017 - La Dépêche d'Abidjan

YODÉ ET SIRO - ASEC - KOTOKO

22/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOUM-BILL EN CONCERT À PARIS - EXTRAIT 2

11/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOUM-BILL EN CONCERT À PARIS - EXTRAIT 1

10/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

AU CONCERT DE SOUM-BILL, LE 05 AOÛT 2017, À PARIS

09/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

MAGA DINDIN - A CAPPELLA

30/06/2017 - La Dépêche d'Abidjan

DIDIER BILÉ - "N'OUBLIEZ PAS"

17/04/2017 - La Dépêche d'Abidjan

ZOUGLOU FEELING (DOCUMENTAIRE) - EXTRAITS

21/02/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Magic System au Festival RAÏ NB Fever - Bercy 2009

20/11/2015 - La Dépêche d'Abidjan

PETIT DENIS : APPELEZ-MOI "EL CAPO"

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan








L’ORIGINE DE LA FÊTE DE NOËL (PAR CHEIKH ANTA DIOP)

29/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

10 mars 1893 - Naissance de la Côte d'Ivoire

26/08/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Laurent Gbagbo dans le tourbillon du Golf de Guinée.

27/09/2015 - La Dépêche d'Abidjan

HISTOIRE - Le premier instituteur ivoirien

08/07/2014 - La Dépêche d'Abidjan

Une gifle douloureuse - Gbagbo enfin élu président du FPI


Une gifle douloureuse - Gbagbo enfin élu président du FPI
Finalement la première journée du congrès du FPI a eu lieu, congrès clandestin, au nez et à la barbe des forces de Hamed Bakayoko, de la DST ivoirienne et probablement de la DGSE et des renforts français en tous genres. Affi a dû trouver la journée bien longue... En fait un Plan B de repli, resté secret a très bien fonctionné, utilisant les réseaux sociaux, skype et échanges téléphoniques sur portables aux puces de téléphone non répertoriées..., des rencontres synchronisées dans plusieurs endroits... Une vigueur et une audace retrouvées, autour d'un Chef incarcéré, mais vivant et appelant à la mobilisation, contre un Affi lâché, désincarné, sans ossature, sans partisans, si ce n'est les Hamed Bakayoko et autres nouveaux amis de la police Ouattarienne.

Et Ouattara, obligé de faire des salamalecs devant Affi qu'il déteste ! Mais il doit être content, son rival n'a plus guère de supporters, lui qui en 13 ans de direction du FPI croyait diriger une entreprise de routine, avec des pantins qui verraient en lui le nouveau Gbagbo ; mal lui en prit. Curieusement, il n'a pas senti tourner le vent, maintenant il est aux premières loges pour gouter à la tempête ! comptant certainement sur les Français et leurs réseaux francs-maçons pour le sortir de ce mauvais pas. Auront-ils des idées fécondes ? Affi, c'était leur dernier chouchou en date, mais comme Mamadou Koulibaly, il n'est pas le chouchou des sympathisants, des membres du FPI, leur choix, c'est l'homme de Scheveningen, lui seul. Alors ? La balle est peut-être encore dans le camps des décideurs qui arroseront de leurs billets pour trouver non des amis mais des clients, mais elle est aussi et surtout, -s'ils sont les plus rapides à réagir-, chez les Ivoiriens de base, qui vont drainer la foule de tous les mécontents, ratissant bien au delà du parti, chez tous ces désespérés, ces laissés pour compte, gavés de mensonges et de promesses non tenues. Oui, les mouvements de foule sont à craindre, si toutes les rencontres ont été jusque là interdites, c'est que c'était la bête noire redoutée par le pouvoir de Ouattara.

Cette rencontre clandestine pour vivre un congrès regroupant presque 5000 membres a boosté les participants, ils ne craignent plus les gardes chiourme ni les menaces d'emprisonnement, les ennemis sont dévoilés reconnus, stigmatisés...La "nouvelle" Françafrique aux tentures bleu blanc rouge d'Affi, et de son costume le jour de l'annonce de sa candidature a brusquement terni, tout est devenu gris et morose. Place à nouveau à l'espérance et aux hommes et femmes de caractère qui ne se laisseront plus dicter leur loi par les faux amis et intrigants de cour auxquels le président Gbagbo avait cru pouvoir accorder sa confiance.

Ce soir, la sentence est sans appel : 4864 congressistes, incluant les 102 fédéraux ont élu à la majorité absolue leur chef, le Président Gbagbo. Pascal Affi N'Guessan lui n'a rien eu, pas la moindre voix, pas le moindre vote blanc. Niet. Ce soir il seront certainement deux à prendre un somnifère, Ouattara parce que c'est une habitude chez lui, et Affi parce que la gifle est douloureuse.

Shlomit Abel
Vendredi 12 Décembre 2014
La Dépêche d'Abidjan



Contributions
Notez


1.Posté par Shlomit le 12/12/2014 11:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
attention, selon les journalistes sérieux Souleymane Senn et Saint-Claver Oula, ce congrès n'a pas eu lieu, j'ai compilé des choses vues sur la toile, croyant au sérieux de certains informateurs habituellement crédibles, voir ma dernière contribution "Gifle certes, mais sans congrès" https://www.facebook.com/notes/shlomit-abel/gifle-certes-mais-sans-congr%C3%A8s/10152747942664823

2.Posté par Pierre Akossia le 12/12/2014 11:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ces illettrés nous rappellent la loi, pendant qui ne sont pas capables de comprendre l'importance d’une décision prise par le conseil constitutionnel.

Un certain journaliste Suleymane T.Senn dit que « Le FPI n’a pas tenu de congrès clandestin jeudi » D’abord, toi qui est journaliste après la fin d’une phrase on met point (.). Et je lui réponds brièvement.

Qui t'a sonné ? Toi Suleymane T. Senn, ton avis, tes investigations ne nous intéressent pas. Tu vis confortablement dans ton système de rattrapage, tu es heureux.

On s'en fout de tes remarques. Le juge qui a fait l'ordonnance du report, qui l'a nommé ? Vous refusez un verdict quand le magistrat est nommé par nous et non le moindre, le président du conseil constitutionnel.

Quand un président du conseil constitutionnel donne l'ordre vrai ou faux, on exécute. Toi qui es journaliste de Tombouctou, tu sais au moins la notion d'entrave.

Journaliste " bôbô ".

Vive le président Laurent Gbagbo investi par le conseil constitutionnel. Si nous faisons du n'importe quoi comme tu le dis c'est pour notre survie, l'autosubsistance.


3.Posté par Pierre Akossia le 12/12/2014 12:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
D'abord, Affi et Bakayoko n'ont aucun monopole de faire appel à la loi, autrement dit, ils ont humilié notre conseil constitutionnel, l’organe suprême de la démocratie, il a été bafoué par ces hors la loi et ils viennent nous parler de l'assignation d’un tribunal, après tout, c’est un tribunal d’instance, encore heureux, et pourquoi tant de policiers pour un tribunal d’instance ?

« Ce n’est pas pénal. » Pauvre Côte d'Ivoire !

On attend patiemment la destitution d'Affi N'Guessan Pascal pour plomber son insolence assignation.

Vive le président Laurent Gbagbo !

4.Posté par alain becaud le 12/12/2014 16:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Affi est le seul president du fpi.

5.Posté par Pierre Akossia le 12/12/2014 17:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Un peu de contemplation pour apaiser notre douleur !

Comme dit intelligemment notre frère Namory, docteur Dosso dans sa contribution : Débats et Opinions, que la justice est incompétente dans les affaires internes du FPI. Affi s'est donc pendu politiquement pour rien.

Et il ajoute : « Si politique et justice faisaient bon ménage, et si la justice pouvait se mêler de ou même accepter toutes les affaires émanant ou provenant du domaine politique, Alassane Dramane Ouattara serait en prison, probablement à perpétuité.

Son épouse serait en prison. Son semi-analphabète ministre de l’intérieur qui torture et emprisonne tous les opposants serait en prison.

Son président de l’Assemblée Nationale serait en prison. La plupart des chefs militaires de son armée seraient en prison. La majorité écrasante des dirigeants de son parti politique serait en prison, ainsi que ses ministres issus de ce parti. Même son ministre de la justice serait en prison. Et la liste ne s’arrête pas là ; il ne resterait pratiquement personne dans le camp Ouattara en liberté pour gouverner. »

Et je dis que : Hamed Bakayoko est une isomérie de construction, il est au sommet structurel avec gage la « débrouille » pour gérer un pays comme la Côte d’Ivoire.

Oh ! Honte !

6.Posté par Pierre Akossia le 12/12/2014 23:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
alain becaud,

Lorsque tu dis qu'Affi est le " seul " président du FPI, ça fait douteux, et ça donne l'impression qu'il y a un autre, donc, tu n'es pas sûr de toi et non plus d'Affi qui s'est fait griller lui-même.

" Ce qui est sûr, le poste de président du FPI est occupé. " par notre guide Laurent Gbagbo ".

Depuis qu'il a modifié le secrétariat de manière abusive, la confiance n'y était plus, c'est en ce moment qu'il avait perdu sa crédibilité ton Affi.

S'il répare le dégât, on verra !

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correcte et d'éviter des affirmations sans preuves.





Dans la même rubrique :
< >

Opinion | Actualité | Interviews | Contributions | Vidéos | Zouglou Feeling | People | Reportages | Tribune | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Économie | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."




Facebook

Partager ce site