Connectez-vous S'inscrire

Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

BLOCO - COUPER, DÉCALER

03/11/2017 - La Dépêche d'Abidjan

BLOCO - ON VA OÙ ?

20/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOIRÉE CARITATIVE AU PROFIT DES ORPHELINATS D'AFRIQUE

03/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

LOGOBI STYLE - "ICI, C'EST ABIDJAN"

22/09/2017 - La Dépêche d'Abidjan

YODÉ ET SIRO - ASEC - KOTOKO

22/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOUM-BILL EN CONCERT À PARIS - EXTRAIT 2

11/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOUM-BILL EN CONCERT À PARIS - EXTRAIT 1

10/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

AU CONCERT DE SOUM-BILL, LE 05 AOÛT 2017, À PARIS

09/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

MAGA DINDIN - A CAPPELLA

30/06/2017 - La Dépêche d'Abidjan

DIDIER BILÉ - "N'OUBLIEZ PAS"

17/04/2017 - La Dépêche d'Abidjan

ZOUGLOU FEELING (DOCUMENTAIRE) - EXTRAITS

21/02/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Magic System au Festival RAÏ NB Fever - Bercy 2009

20/11/2015 - La Dépêche d'Abidjan

PETIT DENIS : APPELEZ-MOI "EL CAPO"

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan








L’ORIGINE DE LA FÊTE DE NOËL (PAR CHEIKH ANTA DIOP)

29/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

10 mars 1893 - Naissance de la Côte d'Ivoire

26/08/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Laurent Gbagbo dans le tourbillon du Golf de Guinée.

27/09/2015 - La Dépêche d'Abidjan

HISTOIRE - Le premier instituteur ivoirien

08/07/2014 - La Dépêche d'Abidjan

Une conscience politique pour les Noirs africains

Certains d’entre nous se réfugient dans les actions religieuses ou associatives ; d’autres sont devenus apolitiques ou se disent de la société civile pour ne pas être étiquetés comme faisant de la politique.
Si les uns et les autres sont nécessaires et utiles, le rôle du politique est primordial.


Une conscience politique pour les Noirs africains
Quels que soient les actions et la qualité des uns et des autres rien ni personne ne peut se substituer ou remplacer l’homme politique ou LA POLITIQUE.
Dans certains pays le mot "politique" est assimiler à une insulte ; il signifie même "mensonge" dans d’autres pays africains. Le rejet de la politique et donc de la chose publique est le mal le plus important de l’Afrique.
La politique est le moyen par excellence de changer et d’organiser la vie d’un peuple, de la société ou de la collectivité ; d’une certaine manière, se détourner de la politique c’est se désintéresser de la vie et de la vie de ses concitoyens.
Si les associations, les groupes de réflexions ou les ONG peuvent aider à la prise de conscience ou à la résolution des problèmes spécifiques, ils ne peuvent pas changer ou modifier le destin d’un peuple ; cela, c’est le rôle du politique ou de l’HOMME POLITIQUE.
La politique c’est l’art du possible, la science de tous les possibles ; sa noblesse vient de la qualité des hommes qui la servent, la politique c’est proposer un projet sociétale dans lequel chacun peut trouver du sens ; je m’insurge donc contre les amalgames et contre le "Tous pourris".
C’est quand même dommage de constater que ceux qui souffrent des clichés et des amalgames sont ceux-là même qui stigmatisent leurs congénères ; pour ma part je continue de penser que la bêtise n’est ni héréditaire ni génétique même en politique.
Tant que les Africains n’auront pas une conscience politique, rien ne sera possible et ceux qui pensent avoir été mandaté par Dieu lui-même pour conduire la destiné de leurs concitoyens vers les profondeurs insondables de la misère et de la barbarie auront les beaux jours devant eux.
Dans certains pays comme le Congo Brazzaville où la population est précipitée volontairement dans les profondeurs de l’analphabétisme et dans la misère culturelle, on entend "certaines élites" clamer haut et fort que "Le pouvoir vient de Dieu". Il y a même des musiciens en mal d’inspiration qui en font des refrains.
Ce genre de postulat sous-entend qu’il y a des personnes qui naissent président ou dictateur et à l’inverse d’autres qui naissent pour souffrir et vivre tout au long de leur vie dans la misère la plus absolue.
Ces théories archaïques qui prônent la suprématie de l’innée par rapport à l’acquis ont été  mis à mal par les penseurs et les savants du siècle dernier ; aujourd’hui nous savons tous que ce sont les peuples qui choisissent leurs dirigeants (à condition qu’ils aient conscience de leur pouvoir), et que ce sont les dirigeants donc les politiciens qui conduisent la destiné des peuples.

Trop peu d’Africains ont une conscience politique

Trop peu d’Africains s’intéressent à la chose publique et quand ils s’y intéressent c’est très souvent pour satisfaire leurs propres égos quand ce n’est pas leurs appétits mesquins.
Tant que les Africains penseront que leur destin personnel et collectif dépend des autres, de leurs dirigeants ou de Dieu, alors les déboires du continent africain et des Noirs en particulier se perpétueront de génération en génération.
Aujourd’hui nous avons les preuves que la valeur d’un individu n’a rien à voir avec son âge (il y a des jeunes et des vieux brillants comme il y a des jeunes et des vieux moins brillants) ; et pourtant, en Afrique, le carcan des traditions et le poids des us et coutumes qui nous fait croire qu’un vieux est forcément une bibliothèque ambulante est une véritable escroquerie intellectuelle sinon un frein pour une entrée réelle dans le monde civilisé.
Je m’insurge contre le sacro saint "Droit d’ainesse" africain qui dit : "qu’un ancien qui meurt est une bibliothèque qui disparait" (le Général SASSOU NGUESSO n’a jamais été et ne sera jamais une bibliothèque).
L’Europe et le monde civilisé est en train de muter, de changer de génération, en France comme dans d’autres pays occidentaux et d’Asie ce sont les jeunes de 28 à 45 ans qui gèrent, dirigent, décident de l’avenir de leurs pays et de ce que va devenir le monde de demain.
Dans tous les corps de métiers et surtout dans toutes les administrations, la moyenne d’âge est de 35 ans en France ; il n’est pas rare de rencontrer un Juge de 26 ans, Préfet de 38 ans, un Procureur de la république de 32 ans, un Directeur de grande société de 40 ans etc...
Au Congo Brazzaville il est courant de rencontrer des jeunes diplômés de 50 ans qui n’ont jamais travaillé dans une structure.
L’Afrique à besoin de tous ses enfants ; pour cela il faut absolument réhabiliter la politique, conscientiser les Africains pour qu’ils se prennent enfin en main et qu’ils cessent de se comporter comme des grands enfants.
Chaque Africain quelque soit l’endroit où il se trouve est en âge de changer le destin de ses congénères s’il en a les capacités ; alors réveillons nous et Cessons d’avoir peur : OSONS enfin OSER.

 


Patrick Eric Mampouya

Mardi 26 Janvier 2010
La Dépêche d'Abidjan



Opinion
Notez

Opinion | Actualité | Interviews | Contributions | Vidéos | Zouglou Feeling | People | Reportages | Tribune | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Économie | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche D'Abidjan | 04/05/2011 | 2030 vues
11111  (1 vote) | 0 Commentaire


Côte d’Ivoire/Musique : Jack Traboulsy dédicace ‘’Aho Gagnoa’’ ‘’Aho Gagnoa’’, tel est le titre du single extrait d… https://t.co/tbb5uGuBtx

Facebook

Partager ce site