Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

La Dépêche d'Abidjan

LA LIBERTÉ D'INFORMER









Un jeune homme fusillé à bout portant par les FRCI : le village de Yaou en ébullition

Voici ce qui s'est passé ce jour 31 janvier 2012 dans le village de Yaou, érigé en sous-préfecture par le Président Laurent GBAGBO lors des derniers découpages administratifs et situé à 15 KM d’Ayamé.


Un jeune homme fusillé à bout portant par les FRCI : le village  de Yaou en ébullition
Aux environs de 16h les FRCI ont fait irruption dans le village. Un jeune du nom de Adoulé Amichia Eric, âgé de 34 ans,  originaire de Grand- Bassam de par son père et de Toumodi de par sa mère, vit dans ce village de Yaou voilà environ 5 à 6 mois, chez des amis, à cause de la situation socio-plitique que traverse le pays. Il y pratique le métier de la pêche sur le lac pour subvenir à ses besoins.
Ce jour donc, quand les Frci sont arrivés dans le village, le jeune homme était en compagnie de ses amis en train de boire du vin de palme à la gare routière à l'entrée du village où se trouve le "banguidrome". Les Frci sont allés se saisir de lui, prétextant qu'il détient des armes. Il est aussitôt conduit dans le domicile où il a sa chambre. Après les fouilles, point d'armes. Mais ces derniers ne désarment pas. Ils sont informés qu'il pratique la pêche sur le lac et qu'il a un campement dans ce lieu. Cap est mis sur Adi N'gouan où se trouve le campement. Cette deuxième fouille s'avère infructueuse. Ils reviennent donc au village avec le jeune, mais arrivés sur le terrain de football  qui se trouve à la gare, l'un des Frci lance ceci: « Même si on n'a pas trouvé d'armes pourquoi ne pas le tuer, de toutes les façons c'est un pro-GBAGBO ». Il sera donc fusillé à bout portant.
Après cet assassinat crapuleux tout le village de Yaou est rentré en ébullition, les villageois se sont révoltés et ont passé à tabac ces criminels de Ouattara qui ont tous été désarmés. La gendarmerie sur place tente de calmer les esprits mais la situation reste encore explosive. Il convient de signaler que Yaou est le village du « Marechal KB « de la Fédération des Etudiants (FESCI ).Ceci explique t- il cet acharnement ?
Au moment où « le chef du rattrapage » Dramane Ouattara sur les médias internationaux claironne le retour de la sécurité en Côte d’Ivoire désormais , voici des faits occasionnés par sa milice tribale ,neuf mois après son installation à la tête du pays par l’armée Française de Sarkozy.

Une correspondance particulière de
Anasthasie Ehoulan

Mercredi 1 Février 2012
La Dépêche d'Abidjan



Faits et Méfaits
Notez

Politique | Interviews | Faits et Méfaits | En Région | Société