Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

LA LIBERTÉ D'INFORMER








Tunisie - Egypte : Le tourisme en berne

Les événements de Tunisie et la chute de Moubarak en Egypte secouent le marché


Photo :DR
Photo :DR

Les plages de sable fin de Tunisie sont désertées. Les professionnels parient depuis hier sur la reprise
Un gros cœur rouge, écarlate en écho au drapeau tunisien. En ce jour de Saint-Valentin et - ce qui a une tout autre valeur dans le registre des symboles - un mois après la chute du président Ben Ali, le ministère du Tourisme de Tunisie a lancé hier une grande campagne de séduction pour faire revenir les touristes. Depuis hier en France, les professionnels du tourisme ressortent leurs catalogues vantant le sable de Djerba, les fameux bleus et blancs de Sidi Bou Saïd… mais il va falloir encore faire preuve d'un peu de persuasion de ce côté-ci de la Méditerranée.
«En Afrique du Nord, certains reports se font vers le Maroc mais pour le printemps, les clients se tournent plutôt vers des pays du sud de l'Europe, vers les Canaries ou orientent leur choix vers du long courrier. La République dominicaine avec ses prix tirés a du succès» explique une conseillère voyage chez Traveligne à Rouen. Et sur l'Egypte où le président Moubarak a quitté le pouvoir vendredi après trois semaines d'une mobilisation fleuve sur la place Tahrir devenue le centre du monde, «nous n'avons plus aucune demande de renseignements» ajoute la jeune femme.
Rue Grand-Pont, à l'agence Club Med, la responsable renvoie vers le siège du groupe où Sophie Reinach rappelle que sur les cinq villages du club en Tunisie, seul Djerba était encore ouvert au début janvier. «Son taux d'occupation était de moins de 60% et par mesure de précaution Djerba la douce a été fermé le 16janvier. Les 130 clients sont rentrés. Nous avons prévu de rouvrir le village pour le début des vacances de février», annonce la chargée de communication. Et même si c'est chose faite, il n'est pas sûr que les vacanciers s'y bousculent. «Pas un client ne franchit la porte pour nous parler d'un séjour en Tunisie. Le Maroc est en net recul mais pour ces destinations, nous ne sommes pas encore dans la grande période de départ contrairement à l'Egypte. Mais en raison des très fortes tensions de ces dernières semaines, tous les voyages y sont suspendus (NDLR: jusqu'au 21février selon une décision du Centre d'études des tour-opérateurs)» analyse Yvon Michel chez Havas Voyages auHavre. De son côté, le ministère des Affaires étrangères demeure prudent malgré le départ du président égyptien et continue à déconseiller la destination. Pour la tentation du Nil, là encore… patience!
La situation économique des voyagistes haut-normands n'est cependant pas mise à mal. Leur chiffre d'affaires n'a pas dévissé depuis ce début d'année. Les Baléares, les Canaries, l'Andalousie et, dans une moindre mesure, la Grèce font l'objet d'un regain d'intérêt pour les vacances de printemps. «En fait, les clients font l'amalgame. Ils délaissent le Maghreb et plus généralement l'Afrique. Même si la situation se normalise en Tunisie, ce pays dont l'économie est très liée au tourisme va avoir du mal à refaire le plein dans les prochains mois», pronostique le gérant de Havas Voyages.
Tout en saluant les avancées démocratiques dans ces deux pays, les professionnels voient un avantage plus catégoriel à ces fortes secousses dans le paysage touristique. «Les gens se tournent à nouveau vers nous, retrouvent le chemin de nos agences pour avoir des renseignements fiables, des conseils précis, un contact direct… ce que ne proposent évidemment pas les sites de voyages sur le net», se félicite Yvon Michel.


In paris-normandie.fr
Mercredi 16 Février 2011
La Dépêche d'Abidjan



Tourisme - Voyages
Notez

Actualité | Opinion | Interviews | Contributions | Zouglou Feeling | Vidéos | People | Reportages | Tribune | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Économie | Tourisme - Voyages | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN | ESPACE KAMITE | EN RÉGION