Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

BLOCO - COUPER, DÉCALER

03/11/2017 - La Dépêche d'Abidjan

BLOCO - ON VA OÙ ?

20/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOIRÉE CARITATIVE AU PROFIT DES ORPHELINATS D'AFRIQUE

03/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

LOGOBI STYLE - "ICI, C'EST ABIDJAN"

22/09/2017 - La Dépêche d'Abidjan

YODÉ ET SIRO - ASEC - KOTOKO

22/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOUM-BILL EN CONCERT À PARIS - EXTRAIT 2

11/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOUM-BILL EN CONCERT À PARIS - EXTRAIT 1

10/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

AU CONCERT DE SOUM-BILL, LE 05 AOÛT 2017, À PARIS

09/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

MAGA DINDIN - A CAPPELLA

30/06/2017 - La Dépêche d'Abidjan

DIDIER BILÉ - "N'OUBLIEZ PAS"

17/04/2017 - La Dépêche d'Abidjan

ZOUGLOU FEELING (DOCUMENTAIRE) - EXTRAITS

21/02/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Magic System au Festival RAÏ NB Fever - Bercy 2009

20/11/2015 - La Dépêche d'Abidjan

PETIT DENIS : APPELEZ-MOI "EL CAPO"

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan








L’ORIGINE DE LA FÊTE DE NOËL (PAR CHEIKH ANTA DIOP)

29/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

10 mars 1893 - Naissance de la Côte d'Ivoire

26/08/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Laurent Gbagbo dans le tourbillon du Golf de Guinée.

27/09/2015 - La Dépêche d'Abidjan

HISTOIRE - Le premier instituteur ivoirien

08/07/2014 - La Dépêche d'Abidjan

Traque des pro-Gbagbo: Le régime se ridiculise devant Koua Justin


Traque des pro-Gbagbo: Le régime se ridiculise devant Koua Justin
Le pouvoir Ouattara vient de se couvrir de ridicule face au secrétaire national de la Jeunesse du Front populaire ivoirien (Jfpi), Koua Justin, arrêté le 7 juin 2013.
En effet, selon nos sources, lors de son audition, le détenu a entendu des questions comme dans un rêve. Comme si les réponses du jeune Koua Justin allaient faire avancer le régime d’une marche. «Qui a gagné les élections ?» Voilà une question au premier responsable de la jeunesse d’un parti dont le pouvoir a déjà la position bien documentée.
Laurent Gbagbo a posé cette même question à la Cpi le 28 février 2013. Mais en le faisant, Laurent Gbagbo devait conclure que c’est celui qui a perdu les élections, qui a semé les troubles dans le pays, et donc responsable des plus de 3000 morts que la guerre a causés. Mais en la posant à Koua, que recherchent les voix du régime, si ce n’est des prétextes pour le torturer ? La réponse du secrétaire national du Fpi sur cette question, ne peut être différente de celle du parti.
Mais la poser là, comme si le leader de la jeunesse de ce parti était un troisième arbitre des élections (après la Commission électorale indépendante et le Conseil constitutionnel), fait sourire. Serait-il un nouveau certificateur des élections, au-dessus de celui de l’Onu, Yung Jin Choi ? Ou alors, voudrait-on arracher à Koua le reniement de son parti ?
Une autre question à Koua : «Pourquoi dit-il ne pas reconnaître Ouattara comme Président ?»
Une telle question nous ramène toujours à la polémique relative aux résultats calamiteux de la présidentielle du 28 novembre 2010 et au rôle du Conseil constitutionnel. On a le sentiment que le régime se sent mal à l’aise, parce que cet «enfant» ne reconnaît pas Ouattara comme Président.
Il n’en dormirait pas. Il n’en mangerait pas. Il n’en boirait pas. En fait, le pouvoir Rdr est bien malheureux, malgré le boucan et l’insouciance affichés. Il souffre intérieurement du fait de ne pas être reconnu par une partie des Ivoiriens. Comme s’il était surpris, vu les conditions dans lesquelles cette présidentielle s’est terminée. Mais les hommes du chef de l’Etat ne s’arrêtent pas là. Ils demandent à Koua : «Quel poste occupe Ouattara actuellement en Côte d’Ivoire selon lui ?» Certainement que la réponse du prisonnier donnerait plus d’oxygène au régime, qui semble asphyxié. Ouattara at-
il vraiment besoin que tous ses opposants chantent qu’ils le reconnaissent, ou qu’ils l’appellent «Président de la République» pour qu’il poursuive ses objectifs?
Que son régime n’a-t-il pas fait, en termes de violations de droits de l’Homme, de justice des vainqueurs, d’augmentation spectaculaire des dettes du pays, d’attribution de marchés de gré à gré, de naturalisation à la pelle, etc., sans s’appuyer sur l’allégeance de cette partie des Ivoiriens ? Le régime-même sait que le poste de premier responsable d’un pays peut s’appeler de deux façons : «chef de l’Etat» et «Président de la République». Un Président de la République est aussi appelé chef de l’Etat. Mais un chef de l’Etat n’est pas toujours Président de la République.
Et voilà donc une appellation, Président de la République, qui nous ramène aux résultats de la présidentielle du 28 nombre 2010. Or, si jusqu’à présent, la question est posée à la Cour pénale internationale (Cpi), «Qui a gagné les élections?», c’est qu’elle attend une réponse équitable.
Et non la comédie de l’Onu et de Nicolas Sarkozy. A ces questions saugrenues qu’on a posées à Koua, s’ajoute celle de savoir «Pourquoi il ne cherche pas à voir Hamed Bakayoko comme le font les autres leaders ?» En clair, on demande à Koua Justin pourquoi il ne lui vient pas à l’idée de vendre la lutte comme les autres traîtres ? Le régime annonce, sans le clamer, que le passage devant le ministre de l’Intérieur, Hamed Bakayoko, est pour lui, un moyen de désarticuler l’opposition ou la résistance pro-Gbagbo. Devons-nous conclure que, «tout opposant qui va voir Hamed Bakayoko, y laisse ses convictions» ? Pourquoi le pouvoir exhorte-t-il Koua à voir Hamed Bakayoko ? Pourquoi lui reproche-t-il de ne pas avoir eu cette démarche ? Que lui réservait Hamed Bakayoko ? Le ministre de l’Intérieur serait-il l’arme fatale du régime ? En tout cas, face à Koua Justin, le pouvoir Ouattara s’est vraiment ridiculisé.
Et voilà cette autre question qui fait chavirer d’étonnement : «Pourquoi c’est Dahi Nestor qui assure son intérim et non Jocelyne Ipou qui est le numéro 2 du BEN ?» Mais, au juste, où est leur problème ? Le premier responsable d’un mouvement étant mis aux arrêts, la structure se réunit et choisit un nouveau responsable.
Que cette personne soit le numéro 2 ou un autre membre, favorisé par les enjeux de l’heure, que cela va-t-il apporter à la marche du pouvoir ? Pourquoi semble-t-il préparer une grève de la faim pour voir Jocelyne Ipou, le numéro 2, à la tête de Jfpi ? Qu’attend-il d’elle ? Qu’elle passe voir Hamed Bakayoko ? Avec elle, le pouvoir espère trouver des réponses «favorables» aux questions posées à Koua Justin ? Craindrait-il déjà Dahi Nestor comme Koua ?
Des questions qui appellent des questions.

Germain Séhoué in Le Temps
Vendredi 5 Juillet 2013
La Dépêche d'Abidjan



Actualité
Notez

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correcte et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Interviews | Contributions | Zouglou Feeling | Vidéos | People | Reportages | Tribune | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Économie | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN


"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 29/11/2017 | 990 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 25/08/2017 | 2210 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 25/06/2017 | 2011 vues
11111  (1 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 19/06/2017 | 962 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire


DU VIVRE ENSEMBLE POLITIQUE AU GHANA ET EN CÔTE D'IVOIRE Vous avez certainement vu ces images de l’actuel chef de l… https://t.co/bZMa15xe94

Facebook

Partager ce site