Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan









Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

BLOCO - COUPER, DÉCALER

03/11/2017 - La Dépêche d'Abidjan

BLOCO - ON VA OÙ ?

20/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOIRÉE CARITATIVE AU PROFIT DES ORPHELINATS D'AFRIQUE

03/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

LOGOBI STYLE - "ICI, C'EST ABIDJAN"

22/09/2017 - La Dépêche d'Abidjan

YODÉ ET SIRO - ASEC - KOTOKO

22/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOUM-BILL EN CONCERT À PARIS - EXTRAIT 2

11/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOUM-BILL EN CONCERT À PARIS - EXTRAIT 1

10/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

AU CONCERT DE SOUM-BILL, LE 05 AOÛT 2017, À PARIS

09/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

MAGA DINDIN - A CAPPELLA

30/06/2017 - La Dépêche d'Abidjan

DIDIER BILÉ - "N'OUBLIEZ PAS"

17/04/2017 - La Dépêche d'Abidjan

ZOUGLOU FEELING (DOCUMENTAIRE) - EXTRAITS

21/02/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Magic System au Festival RAÏ NB Fever - Bercy 2009

20/11/2015 - La Dépêche d'Abidjan

PETIT DENIS : APPELEZ-MOI "EL CAPO"

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan








L’ORIGINE DE LA FÊTE DE NOËL (PAR CHEIKH ANTA DIOP)

29/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

10 mars 1893 - Naissance de la Côte d'Ivoire

26/08/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Laurent Gbagbo dans le tourbillon du Golf de Guinée.

27/09/2015 - La Dépêche d'Abidjan

HISTOIRE - Le premier instituteur ivoirien

08/07/2014 - La Dépêche d'Abidjan

Traoré Zakaria (Entraîneur ivoirien en France) : « Je ne suis pas étonné par l'état de délabrement de notre football depuis 2012 »

Ex-latéral droit de l’Africa sport d’Abidjan et des Éléphants, Traoré Zakaria refuse d’être un observateur passif du déclin du football ivoirien. Entraîneur principal des U18 de l’Union Chatillonnaise (DH) en région parisienne, « Zak » milite pour un changement de la classe dirigeante fédérale actuelle. Pour lui, cette équipe a échoué. Tout simplement.


Le football ivoirien ne se portait déjà pas bien. Et l’élimination de la Côte d'Ivoire à la Coupe du monde 2018 vient enfoncer le clou. Quel commentaire faites-vous ?
Personnellement, je ne suis pas étonné par l'état de délabrement de notre football depuis 2012. C'est pitoyable. J'avais tiré la sonnette d'alarme dans une interview avec un de vos confrères d'Abidjan, mais certains illuminés avaient conclu que je cherchais une place. En plus d'avoir été moi-même international, j'ai étudié les Sciences et Techniques (Gestion et management du sport) à l'université et je suis actuellement éducateur/entraîneur de foot. J'estime être lucide et juste dans mes analyses footballistiques. Il faut que certains pseudo-intellos arrêtent de croire que tous les footballeurs sont des ratés de la vie. Je n’ai pas fait des études de médecine, de comptabilité etc… Ça ne m'intéresse pas. Mais toute ma vie a été rythmée par le foot. Donc je crois que donner mon avis quand le foot de mon pays est malade, c'est la moindre des choses. On n’est quand même pas tous des arrivistes ! Or malheureusement, notre foot est parasité et est pris en otage par des gens qui ne devraient pas être là. Maintenant qu'ils n'ont pas assuré, ils peuvent, en toute humilité, s'éclipser et laisser la place à d'autres, au moins pour que ceux-ci réparent les dégâts qu'ils ont faits. On est tous dans le déni et personne, y compris le ministère des sports, n’a le courage de prendre des responsabilités citoyennes.

Il y a une levée de boucliers contre la Fédération ivoirienne de football. Jacques Anouma, Bonaventure Kalou et récemment Didier Drogba ont peint en noir la gestion du président de la FIF...

C'est très bien, mais tous ceux-là étaient là depuis le début de l'écroulement de notre sport roi. Par conséquent, ils sont, pour Drogba et Jacques Anouma, complices actifs ou passifs de notre débâcle, donc disqualifiés. Quant à Kalou, sa sortie lui à coûté sa place de consultant et c'est la preuve qu'il a raison et qu'on a affaire à des gens qui ne veulent rien entendre et qui sont prêts à employer des moyens de pression et de chantage pour mater toutes contestations. Ce sont des pratiques dignes de la grande époque de la mafia ou des SS, mais qui semblent marcher, tellement cela sème la trouille chez les acteurs du foot ivoirien. Le plus étonnant dans cette histoire, c'est la passivité coupable et irresponsable du
ministère de tutelle, des dirigeants de clubs et des anciens footballeurs ivoiriens. Cela dit, c'est une attitude qui peut se comprendre aisément au regard du nombre de dirigeants pris en charge par la FIF pendant les compétitions internationales, certainement le nombre le plus élevé de toutes les délégations,
sachant que certains de ces dirigeants ont construit leurs patrimoines et leurs acquis sociaux avec les subventions que leur verse la FIF, au lieu de s'occuper des pauvres joueurs locaux et des anciens footballeurs.
Les Ivoiriens sont adeptes des contestations stériles de salons, donc tout est réuni pour que rien ne change, jusqu'à ce que sorte de nulle part, quelqu'un qui en a dans la culotte pour faire bouger les choses.

Jacques Anouma et Bonaventure Kalou parlent d'un plan Marshall, Drogba
choisit le mot redressement. Quelle proposition faites-vous pour remettre le football ivoirien sur les bons rails?


Je suis plutôt pour le plan Marshall. Cela permettra de faire la lumière sur des décennies de gestion calamiteuse de notre foot, d'en tirer les responsabilités et les enseignements pour pouvoir commencer une reconstruction de notre football. Il y a eu trop de laisser-aller, trop de dérapages mais tout le monde se cache et se protège derrière la directive de la FIFA qui dissocie Fédérations de foot et politique. Je voudrais que mon frère Kalou sache que seule la vérité affranchit, que tous les Ivoiriens, épris de paix et de vérité sont avec lui et que nous restons très vigilants quant à la suite des évènements. La violence psychologique ou même physique a des limites et ne changera rien au cours de l'histoire.

A votre avis, que manque-t-il à ce football-là aujourd'hui ?

Il manque de véritables visionnaires, des hommes et femmes formés et aptes à gérer une structure sportive. Il faut travailler à reconstruire notre football, en commençant par le commencement, c'est à dire, la construction d'infrastructures viables, une formation adaptée et qualitative de nos éducateurs/entraîneurs et des jeunes footballeurs. Enfin, le retour des vrais championnats de toutes les
catégories et la méritocratie en équipe nationale.

Votre prise de position contre la Fédération ivoirienne de football remonte à 2012. Que reprochez-vous exactement au président de l'instance fédérale ?

La personne de Monsieur Sidy Diallo ne m'intéresse pas spécialement, mais sa gestion calamiteuse et sans vision futuriste de notre football me désespère et me désole fortement. Cette Fédération a passé son temps à se cacher derrière la génération des Drodga, Kolo et autres pour nous enfumer depuis très longtemps, en faisant du racolage, faisant croire que tout allait très bien et qu'on avait l'une des meilleures équipes du monde. Oui, on avait l'un des meilleurs groupes
de joueurs au monde, mais qui ne faisait pas une grande ÉQUIPE. Quand j'ai vu la finale de la CAN contre le Ghana, je me suis posé mille et une questions, parce qu'au delà de la joie et l'hystérie ambiante après la victoire, personne n'a eu la lucidité nécessaire pour analyser les choses calmement. Le Ghana aurait pu gagner aisément ce trophée s'il y avait un peu de logique dans le sport et il n'y aurait rien eu à redire. Je veux bien être chauvin mais pas mouton, donc
quand c'est bon, je le dis mais quand ce n’est pas bon, je le dis aussi. Il y a un manque criant de vision chez nos dirigeants fédéraux et on ne peut pas tenter de cacher indéfiniment le soleil avec la main.

Vous auriez refusé un poste technique que la Fédération ivoirienne de football
vous aurait proposé...


C'est quelqu'un de bien connu et qui est effectivement à la FIF qui a évoqué le cas de Kamara Ibrahim et qui m'a dit qu'on pouvait étudier cette possibilité pour moi. J'ai dit non, tout simplement et fermement. Je suis logique dans ma démarche et je ne travaille pas avec quelqu'un que je critique, d'autant plus qu'avec ce genre de poste, on ne peut rien changer. On a tous les cas de Zahoui François et de Gouaméné Alain qui se sont fait virer parce qu'ils voyaient les choses différemment. En acceptant ce genre de "cadeau", je me rendrais complice et ce n’est pas mon genre de trahir mes convictions. Ce n’est pas une question d'argent. J'ai déjà été reçu et félicité à Paris par le président de la république de Côte d'Ivoire et volontairement je n'ai rien demandé. Je lui ai simplement parlé de l'avenir de notre foot et des milliers de jeunes ivoiriens, sans perspectives, qui risquent leur vie en Lybie pour arriver en Europe et ensuite, être exploités ou même rapatriés. C'était un devoir citoyen pour moi de le lui dire et je le lui ai dit. Après, advienne que pourra, mais pour l'instant, je suis très bien ici. J'ai entrainé les U18 de Louhans-Cuiseaux et ma marche continue tranquillement. Je viens d'ailleurs d'être supervisé par les recruteurs d'un club français de Ligue 1. Peut-être que je ne suis pas aussi nul que ça, mais je suis très patient.
Je ne cherche pas de place en Côte d'Ivoire, mais plutôt le renouveau et le retour de la suprématie de notre football, au moins, sur le continent africain.

Plusieurs observateurs du football ivoirien parlent à l'unisson de changement. Pour vous, ce changement doit-il se faire avec ou sans les membres du bureau fédéral actuel ?

Le changement doit se faire sans les membres du bureau fédéral actuel. Je suis catégorique. Il faut qu'ils quittent. Ce n'est plus possible qu'ils restent là. Ça devient déprimant pour les amoureux du foot et les Ivoiriens en ont marre. Certains, dont le président, sont en place depuis la présidence de feu Dieng Ousseynou. Ils l'ont "descendu" avec l'appui de certaines anciennes gloires de notre football, mais finalement, ils ont fait pire que lui.

Selon certains indiscrétions, le président de la FIF ne pourra pas quitter
l'instance fédérale tant que le pouvoir actuel sera là, parce qu'il en est proche...


Ah bon!! On entend ces bruits de couloirs persistants mais si c'est le cas, c'est donc un patin qui dirige notre fédération et là, ça devient plus préoccupant. Cela dit, je suis persuadé que le président de la république aime son pays et son football, donc, en véritable homme d'état et de vérité, vu le désamour des citoyens pour l'actuel président de le FIF, il prendra ses responsabilités, comme il l'a fait en d'autre occasions quand ça n’allait pas. Il y va de son image.
Le bilan de Sydi est négatif. Oui, on a remporté la CAN 2015, mais quand on voit le
tournoi qu'on fait, je préfère relever la malchance du Ghana, mais il était quand-même le président de la FIF. Ce qui n'a pas empêché le problème de primes disparues des joueurs. Il a peut-être fait des choses positives mais comme il n'a jamais fait, publiquement, de rapport ou de bilan, comme ca devrait être le cas, je ne vois rien de palpable et de positif dans la grisaille.

Seriez-vous prêt à aller donner un coup de pouce à la fédération ivoirienne de football au cas où une nouvelle équipe fédérale venait à s'installer ?

Il faut d'abord savoir si celle qui est là va daigner quitter un jour. Après,
au vu de la suite des choses, on verra. Je suis un homme de principes
et de valeurs. L'intérêt général passera toujours avant tout.

Pour vous, Didier Drogba ferait-il un bon président de Fédération ?

Je ne sais pas, mais n'importe qui peut faire un bon président s'il travaille en bonne intelligence avec des personnes averties et compétents du milieu footballistique. Ce n’est pas parce qu'on a été très bon footballeur de haut niveau qu'on deviendra forcément un bon président de fédération. Personnellement, je le préférais dans le staff technique qu'au poste de président parce que, quoi qu'on dise, le poste de président de fédération, en Afrique ou ailleurs, est
forcément en connexion avec le pouvoir politique. On me dira qu'il flirte beaucoup avec ce milieu en ce moment, mais dès que certains sentiront leurs intérêts menacés, ce ne sera pas pareil. Or là, on parle de football.

Interview Réalisée par Edson Titi
Mercredi 20 Décembre 2017
La Dépêche d'Abidjan



Sports
Notez

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correcte et d'éviter des affirmations sans preuves.




Opinion | Actualité | Interviews | Contributions | Vidéos | Zouglou Feeling | People | Reportages | Tribune | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Économie | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 27/09/2016 | 1311 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 06/02/2015 | 2100 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 07/07/2014 | 2015 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 11/06/2014 | 1237 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 03/06/2014 | 2149 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 03/06/2014 | 1920 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 14/06/2013 | 1985 vues
44444  (1 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 07/05/2013 | 2078 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire


Côte d'Ivoire : l'ancien footballeur du PSG Bonaventure Kalou élu maire d'une ville de près de 500 000 habitants Le… https://t.co/7j00nArrBk

Facebook

Partager ce site