Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

La Dépêche d'Abidjan

LA LIBERTÉ D'INFORMER








Scission du Mali : la France s'appuie sur la CEDEAO


Nicolas Sarkozy et Alassane Ouattara, au palais de l'Elysée, le 26 janvier 2012
Nicolas Sarkozy et Alassane Ouattara, au palais de l'Elysée, le 26 janvier 2012
La nomination du conseiller spéciale du président du Faso monsieur Sadio Lamine Sow comme ministre d’Etat de la transition malienne, traduit la volonté Mr Blaise Compaoré d’avoir un droit de regard sur les affaires de notre pays.
Un ministre d’Etat ne relève pas du premier ministre, mais plutôt du président de la République, puisque le président de la transition n’aura pas assez de pouvoir, alors il reviendra donc au médiateur de s’impliquer fortement dans les affaires intérieures de notre pays.
En décidant d’envoyer les troupes à Bamako, et non au Nord comme cela doit l’être, la CEDEAO se rend complice du plan de partition de notre pays, conformément au souhait de la France qui a promis un Etat fédéré aux rebelles séparatistes. Même, si depuis le sommet de Dakar, il revient à Bamako d’en exprimer la demande.

Ce revirement de la CEDEAO explique plus que clairement, sa volonté de diviser le Mali. La CEDEAO se plait de signer des accords et de les violer comme bon lui semble. Nous, nous demandons alors ce que c’est que la CEDEAO et au nom de qui, elle parle et pour le compte de quelles populations. Nous avions pensé que cet organe est plein de sensibilités et qu’il agit pour l’intérêt supérieur des nations ouest africaines. Mais nous ne savions pas qu’elle est téléguidée par l’occident qui l’instrumentalise pour implanter le néocolonialisme. Hélas !
On dit que l’Afrique est le berceau de l’humanité mais quand est ce qu’elle va se relever de sa nacelle ?

Les africains ne s’aiment point raison pour laquelle la CEDEAO s’obsède à venir implémenter pour au moins dix ans et reproduire chez nous le scénario à la sierra léonaise ou à la libérienne. Encore qu’il a fallu l’intervention des Rangers (troupes d’élites anglaises) en Sierra Leone, pour mettre un terme aux conflits dans ce pays. De même, ce sont des casques bleus des Nation Unies qui ont été envoyés au Libéria pour circonscrire la guerre civile dans ce petit pays ouest africain.
Il faut rappeler qu’à Monrovia, existe, un orphelinat peuplé de 58 enfants de pères soldats de la CEDEAO.
Les troupes de cette organisation sont tristement célèbres par leurs barbaries perpétrées sur des femmes et des jeunes filles partout, où, elles sont intervenues. Les trafics en tout genre, les vols, les viols rentrent encore de sombres souvenirs dans l’esprit des populations de la Sierra Leone et du Libéria.
Vous prétendez sauver le Mali ? Alors écoutez le peuple malien et non une meute de politiciens qui ont décidé de se dresser contre le pays qui les a tout donnés. Nous tenons à rappeler à la CEDEAO que le Mali est un Etat souverain et indépendant donc il ne sera pas mis sous tutelle. Si vous avez le mandat de faire la partition de ce pays dites le clairement mais ne nous prenez pas pour des écervelés. Vous faites des accords et contre toute attente vous les violez. Et vous venez nous parler de légitimité alors ce que vous faites est il légitime ?
Où est l’opinion internationale ? C’est vous qui avez dit que notre pays est l’un des plus pauvres de la planète cela ne vous suffit-il pas. Ou alors vous voulez le rayer du globe ?
La CEDEAO en mission commandée
S’en prendre à un pays comme le Mali, comme s’il n’a pas le droit d’écrire de nouvelles pages de son histoire, après la récupération de la révolution de mars 91, n’est plus, ni moins, qu’une insulte à son peuple. Un peuple ligoté dans le carcan du misérabilisme par une oligarchie corrompue, elle-même otage du colonisateur français.
Quel est le pays qui s’est développé sans révolution. En France Louis XVI a été guillotiné on se le rappelle encore. Condamner le Mali parce qu’il veut faire le point de son histoire contemporaine, sera considéré par notre peuple comme une ingérence de la part de ses voisins qui agissent au nom et pour le compte des négriers de la métropole.

Nous voulons faire le ménage chez nous extirper les mauvaises graines et bâtir une nation plus forte après de gestion des gouvernements corrompus qui se sont succédés à la tête du pays et qui ont contribué à le tuer, plutôt qu’à le construire.
Pour envoyer ses troupes dans notre pays, il va falloir à la CEDAO de marcher sur le cadavre du dernier gamin malien. Malgré nos moyens limités, nous allons nous défendre, jusqu’au dernier Malien. Mais la France et sa clic de chefs d’Etat africains franc-maçons, tous aussi corrompus et à égale proportion n’auront certainement pas la partie facile.
Les Maliens, où qu’ils soient, mèneront la guerre à la France et à tout autre pays qui se laissera entraîner dans cette aventure. Nous demandons à tous les Maliens, où qu’ils soient, de se mettre sur le qui-vive afin que leur honneur soit préservé. Même s’il faut se frotter à la CEDEAO en tout cas il ne faut pas ceder. Le Mali sera pour la France et son satellite la CEDEAO un nouveau Vietnam, un nouvel Afghanistan, bref, un bourbier où se compteront par milliers les cadavres des forces d’occupation au service du mal et pour le compte du diable français et des satans africains. L’heure est arrivée à tous les patriotes de se mobiliser pour ne pas abandonner le Mali entre les serres des vautours qui se pointent dans nos cieux en quête de cadavres.
Le temps est propice pour tout digne fils de ce pays de s’illustrer, partout où ils se trouvent, afin de barrer la route aux criminels. Ce sont les exigences patriotiques qui le veulent. Donnons nous la main « un peuple un but une foi » Le Mali est un peuple uni qui a la foi en son destin qui a but bien déterminé.
« Si l’ennemi découvre son front au-dedans ou au dehors ; debout sur les remparts ; nous sommes résolus de mourir pour l’Afrique et pour toi Mali ».
Les ennemis sont connus ce sont la France et la CEDEAO incarnés par les criminels de Côte d'Ivoire à commencer par Alassane Ouattara et Hamed Bakayoko (perçu d'ailleurs à l'intronisation d'Ali Bongo) et sectateurs de la Grande Loge nationale française. Blaise Compaoré grand maître de la Grande Loge du Burkina Faso, et qui a fini par céder le sceptre à Djibril Bassolé, son ex-ministre de la Sécurité et devenu depuis ministre des Affaires Etrangères.

Les ennemis de pays sont tous ces ridicules valets du Mali et d’ailleurs, petits laquais dociles au service de leurs Maîtres du Grand Orient et de la Grande Loge nationale française. Les ennemis de l’Afrique en fin, sont ces domestiques qui détournent l’aide publique destinée au développement de leur pays pour enrichir leurs courroux de France.

A.K. Dramé in Info Matin
Lundi 14 Mai 2012
La Dépêche d'Abidjan



Lu pour vous
Notez

Actualité | Opinion | Contributions | Vidéos | Zouglou Feeling | People | Reportages | Tribune | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Économie | Tourisme - Voyages | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN | Espace Kamite



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 14/07/2020 | 2774 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 31/03/2019 | 3006 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 26/02/2019 | 3818 vues
33333  (1 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 20/12/2017 | 3123 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 09/11/2015 | 6358 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 09/06/2015 | 5163 vues
33333  (1 vote) | 0 Commentaire