Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

La Dépêche d'Abidjan

LA LIBERTÉ D'INFORMER

Exclusif - Laurent Gbagbo à TV5MONDE : "Ce qui nous attend, c'est la catastrophe" Déclaration du Procureur de la CPI, Mme Fatou Bensouda, sur les violences préélectorales et la montée de tensions intercommunautaires : «Les violences connues en Côte d’Ivoire lors de la première crise pré et post-électorale de 2010 ne doivent pas se Côte d’Ivoire - Désobéissance civile : « Tidjane Thiam rejoint l'opposition » (Affi N’guessan) Côte d’Ivoire - Evènements de Dabou : Le ministre Emmanuel Essis aux côtés des familles éplorées et des blessés Le respect de la Constitution ivoirienne est aussi important que la compassion de l’Église pour les homosexuels Côte d’Ivoire - Gnamien Konan à Ouattara : « Le temps presse, et c’est vous qui détenez le bouton de l’affrontement général » Trente ans après l'avènement du Zouglou, Axel Illary, le journaliste et documentariste est parti caméra au poing pour raconter sa véritable histoire. Côte d’Ivoire - Affi N’guessan : « Nous réclamons l’ouverture d’une enquête internationale sur les crimes commis par Ouattara et ses milices » Côte d’Ivoire - Aboisso : Pose de la première pierre du lycée professionnel d’Adaou QUESTION RÉPONSE AVEC DOUMBI FAKOLY - QUELLE EST LA RELIGION QUE PRATIQUAIENT NOS ANCÊTRES ?







Salaires : ministres, présidents... ce que gagnent vos chefs

Au-delà des fantasmes, Jeune Afrique propose une enquête exclusive sur les revenus des ministres et de quelques chefs d'État africains. Si la fiche de paie constitue un élément d'évaluation, il y a aussi les avantages, souvent transparents, parfois opaques...


Salaires : ministres, présidents... ce que gagnent vos chefs
Ministre des Affaires étrangères à l'époque de Moktar Ould Daddah, Hamdi Ould Mouknass est mort honnête il y a bientôt treize ans. Tous ses compatriotes mauritaniens connaissent l'histoire de ce 10 juillet 1978, lorsque cet homme exquis et courageux apprit à Khartoum, où il assistait à un sommet de l'OUA, le renversement de son président par une junte d'officiers. Il sauta dans le premier avion pour Nouakchott et fut cueilli par les militaires au pied de la passerelle. Avant de les suivre, direction le camp d'internement, il demanda à parler à leur chef et lui remit les 10 millions de dollars qu'un émir du Golfe lui avait donnés, avec ce commentaire : « Cet argent revient à la Mauritanie, faites-en bon usage. »
Le cas Mouknass, qui aurait fort bien pu disparaître en exil avec son viatique (il fera deux ans de prison) reste aujourd'hui encore une exception dans le monde convoité, volontiers décrié et ô combien fantasmé des ministres africains. Pour l'opinion, en effet, la messe est dite : un ministre, ça gagne des millions, et plus longtemps il (ou elle) demeure en poste, plus longtemps il (ou elle) s'enrichit, car plus longtemps il (ou elle) a l'occasion de le faire.

La réalité, pourtant, est plus complexe. D'où l'intérêt de l'étude comparative, certes non exhaustive tant ce type de données relève parfois du secret d'État, mais très significative, à laquelle nous nous sommes livrés. On y découvrira notamment que, si les disparités d'un pays à l'autre sont assez marquées, le salaire net de base d'un ministre africain n'a en soi rien de faramineux si on le compare à celui de ses collègues du monde riche, même s'il prend parfois des allures de parachute doré mensuel quand on dresse le parallèle avec le revenu moyen par habitant.
Il faut dire aussi qu'un ministre a, en Afrique, des obligations sociales décuplées par rapport à ceux des autres continents. C'est toute une famille élargie, toute une clientèle qui se presse à sa porte dès sa nomination annoncée, qu'il convient de satisfaire financièrement au risque de perdre très vite ce pour quoi, précisément, il a (outre sa compétence éventuelle) été nommé : le soutien de sa propre communauté. Ne pas oublier enfin que le poste de ministre est un CDD à haut risque : comme le démontrent en ce moment les exemples du Tchad et du Cameroun, il arrive que l'on quitte son bureau pour se retrouver en cellule, sans transition ni bien sûr indemnités. Dès lors, la tentation de se constituer rapidement, une fois entré en fonction, une sorte d'assurance vie en prévision des temps difficiles est quasi inévitable.
Si, comme l'assure un solide dicton camerounais, « les chèvres broutent là où elles sont attachées », chacun sait aussi que la qualité du pâturage n'est pas la même pour tous les membres du troupeau gouvernemental. Pour les ministres des Finances, des Infrastructures, du Pétrole, de l'Énergie, des Transports, des Forêts ou des Pêches, l'herbe est grasse. « Ils voient clair », dit-on en Afrique centrale, où l'on est persuadé (à raison hélas plus souvent qu'à tort) que beaucoup des titulaires de ces portefeuilles prélèvent leur dîme sur tout contrat relevant de leur champ de compétence. En revanche, leurs collègues de la Culture, de la Jeunesse et des Sports, de l'Éducation ou de la Santé ont moins d'occasions de capter une redevance occulte, plus rare ou plus dépendante des bailleurs de fonds internationaux - donc mieux contrôlée. Le chef de l'État en tient compte, évidemment, qui veille à ce que les capacités redistributrices de chacun de ses ministres soient fonction de leur poids électoral. La recette est vieille comme le monde.
Reste un cas à part : celui des ministres des Affaires étrangères, lesquels sont loin d'être toujours aussi scrupuleux que l'était Hamdi Ould Mouknass. Ouvrir ce chapitre, c'est pénétrer au coeur de ce triangle des Bermudes que sont les frais de mission, toujours perçus, très rarement justifiés au retour et jamais remboursés quand le ministre en question est pris en charge par le pays ou l'organisme qui l'a invité. Soyons objectifs : les chefs de la diplomatie ne sont pas les seuls à bénéficier de ce type d'avantages - tout ministre en déplacement y a droit si l'on peut dire - mais, de par la nature de leur fonction, ils les cumulent. Choquant ? Au regard des règles, désormais mondialisées, de la bonne gouvernance, c'est une évidence.
Dans un monde idéal, la charte déontologique que le nouveau président français François Hollande a fait signer à chacun de ses ministres - et dont on verra si et comment elle sera appliquée - devrait s'imposer aussi aux ministres africains : s'abstenir de toute intervention concernant un membre de sa famille ou un proche, ne pas utiliser son véhicule de fonction hors mission officielle, s'abstenir de recourir à une escorte, remettre tout cadeau reçu d'une valeur supérieure à 150 euros, n'utiliser l'avion qu'en cas de nécessité absolue, etc. Vu d'Afrique, pourtant, où le salaire de base d'un membre de gouvernement lambda est parfois à peine supérieur au revenu de solidarité active en France, l'angélisme n'a guère de place.
Tant que l'écart entre les exigences sociales, communautaires, culturelles en somme, auxquelles est soumis tout détenteur d'une parcelle de pouvoir et la réalité de ses gains tels qu'ils figurent sur sa fiche de paie sera ce qu'il est - c'est-à-dire parfois abyssal -, la tentation sera irrésistible de le combler avec les moyens du bord. Que l'on soit ministre ou policier, haut fonctionnaire ou guichetier du service des impôts, il est toujours plus facile d'être honnête quand on a les moyens de l'être...
Salaire des chefs - Afrique de l'Ouest : fortunes diverses

Entre fantasmes et réalité, enquête sur les salaires et les avantages des ministres... et de quelques présidents. Acte deux, l'Afrique de l'Ouest.

« Je gagne presque autant aujourd'hui comme professeur d'université que lorsque j'étais ministre de la Justice », se souvient un ex-membre d'un gouvernement ouest-africain. À l'exception de la Côte d'Ivoire, où les ors de la République sont plus clinquants qu'ailleurs, un ministre ouest-africain gagne péniblement 1 million de F CFA par mois (1 500 euros), rarement plus. C'est évidemment beaucoup dans une région ou plus de la moitié de la population vit avec moins de 1 dollar par jour. Mais c'est finalement assez peu au regard des salaires pratiqués dans certaines grosses entreprises. Et rien en comparaison des revenus des interlocuteurs expatriés envoyés par les organisations internationales ou les grandes puissances amies... « C'est un vrai problème, car un ministre doit pouvoir "assurer" lorsqu'il invite, reçoit ou voyage », explique l'un d'entre eux.

Cherchez l'erreur !

Les nécessaires équilibres politiques et régionaux ne suffisent pas à expliquer les gouvernements pléthoriques en Côte d'Ivoire. Il y a sans doute une autre raison : la « prime d'installation » au montant vertigineux. Lors de sa prise de fonctions, chaque ministre reçoit environ 43 000 euros. En plus du salaire et des avantages classiques... Un record !.
C'est un fait, mais il y a les bonus souvent peu avouables. « Les per diem lors des déplacements, les présidences rémunérées de commissions ad hoc dont les travaux ne sont guère perceptibles et les "com" sur les contrats publics presque systématiques constituent un confortable complément de salaire », avoue notre Premier ministre.

Quelques avantages...
Sénégal : Maison et véhicule de fonction, prise en charge des frais téléphoniques et des voyages en avion.
Côte d'Ivoire : Prime d'installation (6 fois le montant du salaire mensuel), indemnités de représentation, voiture avec chauffeur.
Mali : Prise en charge à hauteur de 450 000 F CFA par mois des frais d'eau, d'électricité et de téléphone si le ministre ne dispose pas d'une résidence, véhicule de fonction, 300 litres d'essence par mois, per diem de 100 000 F CFA pour un voyage à l'étranger.
Guinée : Voiture de fonction, logement ou prime de logement, indemnités pour le carburant, 2 sacs de riz au moment de la fête de l'Aïd.
Burkina : Voiture de fonction avec chauffeur, indemnité compensatoire pour pallier la perte de revenu par rapport au métier d'origine (350 000 F CFA).
Niger : 300 000 F CFA d'indemnités mensuelles, voiture de fonction avec chauffeur, secrétaire particulier et chef de cabinet.
Bénin : Prime « d'équipement » de 5 millions de F CFA, voiture avec chauffeur, prise en charge de trois personnes au cabinet, dotation illimitée de carburant.
.

Salaire des chefs - Afrique centrale : gare aux apparences !

Entre fantasmes et réalité, enquête sur les salires et les avantages des ministres... et de quelques présidents. Acte trois, l'Afrique centrale.
Les chiffres sont parfois trompeurs. Quel est le point commun entre un ministre congolais émargeant à 7 600 euros par mois et son homologue camerounais déclarant 200 euros ? Comme souvent en la matière, le diable se cache dans les détails. En l'occurrence, ce sont les primes et autres indemnités fixées en catimini qui font la différence. Et puis il y a les « à-côtés », confie un ancien ministre. La liste est longue : la caisse du cabinet dans laquelle on peut éventuellement puiser, les déplacements généreusement défrayés... Et pour les moins scrupuleux, il y a les commissions prélevées sur certains contrats publics.

Salaires des chefs : ministre, un bon "job" ?

Dans le reste du monde... ministre, un poste confortable ?
Dans le reste du monde, les ministres n'ont pas trop à se plaindre non plus. Dans la plupart des pays riches, le salaire mensuel brut dépasse les 10 000 euros : Belgique (17 500 euros), Royaume-Uni (14 000 euros), Allemagne (13 795 euros), États-Unis (12 000 euros), Suède (11 360 euros)...
Et puis, il y a les pays en crise, principalement en Europe. En France, le nouveau président, François Hollande, a montré l'exemple en ces temps de rigueur budgétaire. La réduction de son salaire de 30 % s'applique également aux ministres, dont le traitement passe de 13 423 euros à 9 396 euros. La période bling-bling de Nicolas Sarkozy est révolue. La cure d'austérité est encore plus drastique en Espagne (5 750 euros) et en Italie (4 058 euros), où le personnel politique ne nous avait pas habitués jusqu'alors à cette frugalité.
Les ministres africains sont-ils véritablement en dessous de ces niveaux ? Premier élément de réponse : leurs cotisations sociales déduites du salaire brut n'ont pas grand-chose à voir avec celles de leurs homologues du Nord. Deuxième élément : la fiscalité et le coût de la vie propres à chaque pays constituent des aléas sur le pouvoir d'achat réel. Troisième élément : le salaire n'est qu'une composante de la rémunération globale, puisqu'il y a également les primes et les indemnités.
Au final, ministre est un bon « job » sous toutes les latitudes.

In Jeune Afrique
Mardi 19 Juin 2012
La Dépêche d'Abidjan



Lu pour vous
Notez

Actualité | Opinion | Contributions | Zouglou Feeling | Vidéos | People | Reportages | Tribune | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Économie | Tourisme - Voyages | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN | Espace Kamite



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 14/07/2020 | 2784 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 31/03/2019 | 3028 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 26/02/2019 | 3821 vues
33333  (1 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 20/12/2017 | 3126 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 09/11/2015 | 6360 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 09/06/2015 | 5166 vues
33333  (1 vote) | 0 Commentaire