Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

La Dépêche d'Abidjan

LA LIBERTÉ D'INFORMER








SALUT DE NOËL DOUREY : Une lettre musicale que son auteur, semble-t-il adresse à tout le monde sur laquelle est marqué simplement : Au Destinataire.


Une lettre musicale que son auteur, semble-t-il adresse à tout le monde sur laquelle est marqué simplement : Au Destinataire. En la parcourant, chacun s’y retrouve car, son contenu est on ne peut plus clair. Les paroles qui la chantent sont corsées et ne laissent aucun répit aux lecteurs. Cette lettre a la particularité de préciser les choses en mettant les points là où il le faut comme on le dit couramment. Une écriture très aérée qui se laisse lire facilement en soulevant des problèmes que chacun de nous rencontre au quotidien. Raison de plus, elle accroche toutes les couches sociales qui raffolent de ce genre de lecture à colorations de divertissements. Il le fallait car cette lettre est adressée à quelqu’un qui nage dans ce genre de rivière. Cependant, l’on se gardera de dévoiler son nom, très connu dans l’univers des êtres à la pensée éclairée qui nous abreuvent de leurs connaissances bon an, mal an en utilisant les mêmes procédés de communication. Sauf que celui dont il s’agit ici, laisse des traces sur du papier chaque jour et souvent s’adonne à décrire la vie des robins des bois. Chose curieuse et bizarre, depuis la publication de la lettre à lui adressée, pas de réponse. Elle demeure sans suite cependant que les médias en font leurs choux gras. Ce silence de cimetière de la part de son destinataire, n’est pas fortuit encore moins une fuite en avant. Il ressort des causeries populaires que le destinataire adore la teneur de la lettre qu’il considère comme l’une des meilleures œuvres de son auteur. Cette lettre ressemble trait pour trait à celle que Ludwig Van Beethoven adressa à sa bien-aimée Elise en 1886, mais à la seule différence que l’un (Beethoven) parle d’amour et l’autre du dégoût qu’il éprouve pour un être à qui il demande de lâcher ses godasses. Vous l’aurez compris, le destinataire n’est autre qu’un aigri. Qui a-t-il eu la maladresse de sortir Noël Dourey de sa tanière pour qu’il déverse sur les sillons de son phonogramme sa libido parolière qui remue ciel et terre en égratignant son destinataire à coups d’ongles et bec d’aigle pour agiter la marmaille qui ne demande que ça? Ecoutons-le : Vous qui m’en voulez/Je ne peux rien pour vous/Vous qui me détestez/Je ne peux rien non plus pour vous/Je lave moi, de temps en temps, vos cœurs ensanglantés/Avec des paroles magiques/Alors, salut !/Je caresse vos espoirs enfoirés/Et mal refoulés, alors, salut/Je soigne moi, vos libidos non satisfaites/Et mal contenues, alors, salut/Vous croyez me connaitre/Sans me connaitre, ô, les chiens/On savait depuis un moment que N.D détestait aussi les hurlements des chiens et loups dans la plaine, mais de là à déterrer la hache de guerre, il y a de quoi faire hurler aussi les tigres. Un menu très salé et pimenté que Noël Dourey sert à ses convives. C’est à prendre ou à laisser. On n’a pas de choix car le timbre vocal rocailleux de l’artiste qui foudroie tout ce qui bouge, ne permet à personne de tourner le dos à cette belle mélodie très colorée en nuances. Une tenue du discours mélodique qui dénote que ce n’est nullement un hasard que l’auteur de salut tourne dos à la camera. Il fallait choisir entre sikatio les premiers amours des temps d’enfance et le micro lyriquement. Le choix a été fait et l’on n’a aucun regret à émettre sauf les aigris et autres loups garous qui rugissent de colère dans les futaies. Une reconversion réussie car, Noël Dourey fait partie des grandes voix musicales du pays qui sont devenues rares ces derniers temps comme l’est l’osier dans les marrais lorsque les temps ne pleurent plus les saisons pluvieuses. Néanmoins, elles restent toujours d’actualité parce qu’elles sont porteuses de la vraie musicalité, des sensations sublimées qui font rêver les uns et les autres sans discontinuer. Il fallait le mentionner pour Carrefour Weekend sur l’Autre Face de la Mélodie !

Par Valen Guede
Valen_guede@yahoo.fr


Dimanche 22 Juin 2014
La Dépêche d'Abidjan



Arts et Cuture
Notez


1.Posté par KORE le 25/06/2014 01:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je voudrais faire une proposition a l,association des amis de gbagbo
Imprimer des tee shorts qui seront vendus avec devant l,inscription # GBAGBO MADELA 2
Et au dos 2 photos de mandela et de gbagbo

2.Posté par Rinisse tampet le 27/06/2014 10:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pauvre cote d ivoire chaque president vient avec ses artistes

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correct et d'éviter des affirmations sans preuves.




Opinion | Actualité | Interviews | Contributions | Zouglou Feeling | Vidéos | People | Reportages | Tribune | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Économie | Tourisme - Voyages | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN | ESPACE KAMITE



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 09/04/2019 | 900 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 29/12/2015 | 2433 vues
00000  (0 vote) | 1 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 13/11/2015 | 2064 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 17/10/2015 | 1999 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 12/04/2015 | 1692 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 24/02/2015 | 3064 vues
00000  (0 vote) | 1 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 21/02/2015 | 2608 vues
44444  (1 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 24/01/2015 | 2030 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 12/01/2015 | 1892 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire