Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

Réunions du FPI : Convaincre et non vaincre


Participants à la réunion du comité central du du FPI du 30 août 2014.
Participants à la réunion du comité central du du FPI du 30 août 2014.
Finalement que retient-on du Comité Central Extraordinaire tant attendu du samedi 30 août 2014? A tout point de vue, une réunion déshonorante à oublier, une image lamentable et négative du parti, des scènes indignes de grands intellectuels comme les membres du FPI, beaucoup d’extrémisme, d’émotions et de passions qui frisent le fanatisme et l’hystérie.
Voici par exemple le camarade Kouakou Jean Koffi, d’ordinaire si tranquille, qui administre une paire de gifles à la Camarade Madeleine, Secrétaire nationale OFFPI, qui tentait de le ramener à la raison après l’avoir surpris entouré de militants dans un coin du QG de Campagne de Laurent Gbagbo, en pleine campagne d'intoxication et de dénigrement contre la personne du président Pascal Affi N’Guessan. La pauvre femme en voulant lui demander d'arrêter de débiter de tels propos malsains en public, a reçu une punition sèche et retentissante sur ses deux joues.
Voici aussi le Sieur Koné Boubacar qui se déchaîne, pique une crise de folie et insulte copieusement la Secrétaire Générale Mme Agnès Monnet, la traitant de tous les maux. Voici enfin notre ami Moïse Lida Kouassi qui bande tous ses muscles et veut boxer Ahoua Abouo Dori, etc. Voilà celui-ci, voilà celui-là. Isolés ou publiquement constatés, les incidents ont été nombreux et déplorables à chaque réunion par la faute des anti-Affi incapables de cacher leur profonde haine envers le président du FPI.
Finalement donc, le samedi 30 août 2014, impossibilité pour le Comité Central de statuer sur l’épineuse question du maintien ou non de nos représentants à la CEI. Autant de faits qui emmènent alors le président Affi à prendre ses responsabilités pour suspendre les travaux et renvoyer chacun chez soi en attendant une nouvelle réunion qui selon toute vraisemblance devait se tenir dans deux semaines.
Que nous réserve ainsi ce CC bis? Sommes-nous encore conscients que notre parti est le FPI de Laurent Gbagbo? Que notre force ce sont nos idées et notre parole? Qu’au FPI, la règle d'or est de convaincre par des arguments et non chercher à vaincre par la force brutale? Allons-nous oublier qu'aujourd’hui où le père fondateur est séquestré à la Haye et si loin de nous, la Côte D’Ivoire, l’Afrique et le monde nous regardent?
Camarades, conservons et cultivons cette belle image de démocrates mobilisés, d’hommes et de femmes responsables, cette fière image de militants unis et solidaires que les gens ont partout de nous. Un débat serein et démocratique, une majorité d’opinions favorables ou défavorables qui se dégage après un large débat démocratique, un vote ou un consensus, des décisions claires que tout le monde est tenu d’appliquer, telles sont les voies, les seules et uniques voies pour les militants du FPI de rester dignes de Laurent Gbagbo, aujourd’hui comme demain. Convaincre et non vaincre, telle doit toujours rester notre devise.

Une contribution d’Océane Yacé, Politologue, Monte-Carlo, Monaco
Mardi 2 Septembre 2014
La Dépêche d'Abidjan



Tribune
Notez


1.Posté par Akossia Pierre le 03/09/2014 01:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La situation dans laquelle, que les français se sont débrouillés à mettre notre pays en dévastation, la maîtrise de soi totale devient un art dans de telle circonstance. Voilà de grands hommes qui n’arrivent plus à tenir les deux bouts, c’est une histoire de fou !

Un pays où un... est roi, l’agressivité de ces hommes et de ces femmes, psychologiquement rien de plus normal.

Un jour viendra, et c’est ce que tous les ivoiriens attendent, aller déverser cette colère provoquée par la France et leur sbire de ...sur eux. Quoi qu’il advienne, un jour viendra de véritables émeutes se feront sentir dans la proclamation de notre souveraineté en passant par l’article 35.

Parce que c’est inconcevable qu’un étranger dévergondé s’approprie par opportunisme tous les biens d’un peuple.

Il suffit qu’on enlève Affi N’Guessan qui va voir Bédié qui est la source du mal, dont reflète l’incompétence de cet Affi, sincèrement, on n’est pas là pour jouer.

C’est le début de la bagarre ! D’abord, qui a dit qu’on ne critique pas Affi N’Guessan ? Il est vrai, la bagarre entre nous, c’est triste.

Ils n’ont qu’à économiser leur force ces cadres pour aller affronter au moment propice Alassane Dramane Ouattara qui viole la loi de notre pays nous considérant comme des paysans ...

Vive la Côte d’Ivoire !
A bas ces conquistadors !

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correct et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Opinion | Contributions | Vidéos | Zouglou Feeling | People | Reportages | Tribune | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Tourisme - Voyages | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN | Espace Kamite



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 18/05/2018 | 2586 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 12/12/2017 | 3283 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 11/07/2017 | 2157 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 27/04/2016 | 5365 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 24/10/2015 | 51021 vues
33333  (36 votes) | 14 Commentaires
La Dépêche d'Abidjan | 12/05/2015 | 3533 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 04/01/2015 | 5747 vues
00000  (0 vote) | 3 Commentaires