Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

LA LIBERTÉ D'INFORMER








Réconciliation? Soyons sérieux !


Photo :DR
Photo :DR
Le président reconnu par la communauté internationale en Côte d’ivoire Alassane Ouattara veut réconcilier ses compatriotes. Ainsi, il a pondu un beau discours et vient de nommer M. Charles Konan Banny comme président de la commission chargée de la réconciliation.

Pendant que M. Ouattara fait son discours, ses forces républicaines recrutées à tour de bras pour faire la guerre à la Côte d’Ivoire ont envahi villes et villages, commettant toutes sortes d’exactions sur les populations innocentes. Les habitants de Guibéroua, Soubré, Buyo, Toulepleu et autres villages Attié sont toujours dans les broussailles. Elles ne verront pas le passage des « anciens » venus apporter la paix au « bon moment ». Pourtant, il est élémentaire de commencer par nous débarrasser des chasseurs traditionnels illettrés, déguisés en militaires qui ignorent tout du droit et qui n’ont pour seul argument que leur fusil. La réconciliation ne peut avoir de sens si les tueries continuent.

M. Charles Konan Banny a été le responsable de campagne du RHDP au second tour des élections contre le président Gbagbo. En outre, en 2006, la communauté internationale l’avait choisit comme premier ministre avec pour mission de déposséder M. Gbagbo des pouvoirs de chef d’Etat. Sans succès. M. Banny peut-il raisonnablement faire une médiation sérieuse entre les militants LMP et ses propres coéquipiers ? Nous pensons que non.

La Côte d’Ivoire a connu une crise sans précédent. Qu’on ne nous amuse pas avec des discours de réconciliation au moment où une partie d’Abidjan est encore sous les bombes de l’armée française et de l’Onuci. Car à Yopougon, les combats continuent toujours entre la coalition FRCI-Licorne-Onuci et des jeunes à qui on a promis la mort après le désarmement.

De la conduite de cette réconciliation dépend l’avenir de ce qui reste de la Côte d’ivoire. Que Ouattara et ses amis arrêtent de jouer les enfants gâtés. En Côte d’ivoire, il y a par exemple l’association des chefs religieux. Pourquoi ne pas leur confier cette réconciliation ? Nous devons faire notre avenir et non plaire à la France en nommant ses affidés à des postes stratégiques. C’est pas le moment.

hibou.blogs.nouvelobs.com


Mardi 3 Mai 2011
La Dépêche D'Abidjan



Opinion
Notez

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correct et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Opinion | Interviews | Contributions | Vidéos | Zouglou Feeling | People | Reportages | Tribune | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Économie | Tourisme - Voyages | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN | ESPACE KAMITE



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche D'Abidjan | 04/05/2011 | 2271 vues
11111  (1 vote) | 0 Commentaire