Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

Raisons de santé ou de sécurité : ATT serait-il à Abidjan?


Raisons de santé ou de sécurité : ATT serait-il à Abidjan?
Après avoir remis sa lettre de démission au représentant du médiateur de la CEDEAO dans la crise malienne, le très désormais ancien président de la république, ATT, serait aussitôt parti pour Abidjan, en Côte d'ivoire.
Si certains estiment qu'il y est pour des raisons de santé, d'autres évoquent des motifs de sécurité.
Notre source est formelle: ATT est présentement à Abidjan. Dans la capitale ivoirienne, ATT y est pour des raisons de santé. Pour y parvenir, il aurait, selon les mêmes sources, sollicité le concours du président ivoirien, Alassane OUATTARA, président en exercice de la CEDEAO. Ce dernier aurait pesé de tout son poids auprès du capitaine SANOGO, président du Comité national pour le redressement de la démocratie et le restauration de l'État (CNRDRE), pour obtenir le voyage d'Abidjan qui s'inscrit, dit-on, purement dans un objectif humanitaire.
En fait, suite aux événements du 22 mars ayant abouti au renversement de son régime par les militaires mutins, l'ancien locataire de Koulouba a subi, rapporte-t-on de milieux sécuritaires, un traumatisme psychologique qui l'a très sérieusement affecté. Même si ce dernier lui-même disait, dans une interview accordée à une radio étrangère, quelques jours après le coup d'État, qu'il se «porte bien et que la seule chose qui le manque c'est le sport», c'est-à-dire les acrobaties habituelles auxquelles il se livrait au palais, il est clair que le président déchu a vécu un véritable cauchemar qui a fini par l'atteindre au plan psychologique.
Cet état de fait est même corroboré par le même ATT qui, dans la même interview, a répondu qu'il a vécu des heures traumatisantes. Il dira ceci: « J'ai passé toute la journée sous les canons depuis pratiquement 16 heures. Canons de chars, canons de véhicules blindés, canons également classiques de toutes sortes de tirs étaient concentrés sur mon bureau, sur mon domicile et sur ma famille. Et aux dires de certains, il ne reste plus rien, tout est calciné».
D'autres rapportent également que son voyage à Abidjan serait lié à des raisons médicales. ATT serait sérieusement malade. Nombreux sont les Maliens qui lisaient sur son visage, plusieurs semaines avant le coup d'État, des signes de lassitude et de malaise qu'il a endurés, ces derniers temps.
Toutefois, ce départ d'Abidjan est déjà l'objet de polémiques. Certains des Maliens estimant une façon pour le président déchu de s'extraire à la justice de son pays. Cela avec la complicité de la CEDEAO qui aurait négocié ce départ avec le chef de la junte militaire. D'ailleurs, le représentant du médiateur de la CEDEAO a déclaré, lors de la signature de l'Accord cadre de la transition, signé entre les deux parties pour la sortie de crise que le CNRDRE doit assurer la sécurité de l'ancien président et lui permettre de vivre en toute liberté dans la localité de son choix.
Dans tous les cas, on minimise la portée d'une telle opportunité en soutenant que le président déchu pourrait également se trouver à Abidjan pour des raisons de sécurité. Ces derniers temps, estiment certains de son proche entourage, le président déchu ne se sentait pas totalement en sécurité.
Nul ne sait s'il en a personnellement demandé au médiateur Burkinabé qui en a fait la recommandation à la junte militaire.
Toujours est-il qu'il serait aujourd'hui parti à Abidjan. On espère qu'il pourrait être de retour en cas de besoin, si les nouvelles autorités le souhaitent ainsi.
A propos de l'ancien président ATT, il faut dire que depuis le coup d'État qui l'a renversé, plusieurs informations contradictoires ont circulé à son sujet: refuge dans une ambassade à Bamako, interné dans un camp militaire, fuite....
Il n'est apparu en public que ce jour où il a remis sa lettre de démission à l'émissaire du médiateur de la CEDEAO, le ministre Bassolé du Burkina Faso. C'était tout discrètement dans une villa de la zone résidentielle d'ACI 2000 de Bamako.
Et depuis, «l'homme du 26 mars 1991», au sujet duquel on parle d'une fuite sans gloire, lors du coup d'État qui l'a renversé, a signé, pour l'histoire, un bien triste sort.

Par Sékou CAMARA in Info Matin
Mardi 17 Avril 2012
La Dépêche d'Abidjan



Lu pour vous
Notez

Dans la même rubrique :
< >

Actualité | Opinion | Contributions | Vidéos | Zouglou Feeling | People | Reportages | Tribune | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Tourisme - Voyages | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN | Espace Kamite



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 14/07/2020 | 3016 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 31/03/2019 | 3585 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 26/02/2019 | 3992 vues
44444  (2 votes) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 20/12/2017 | 3224 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 09/11/2015 | 6485 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 09/06/2015 | 5275 vues
33333  (1 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 22/04/2015 | 3770 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire