Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

Racisme: les Tunisiens noirs, descendants d’esclaves, espèrent plus d'égalité

«Je serai probablement enterrée dans ce cimetière des «abid» (esclaves)», se désespère Nadia Borji, une habitante de l'île tunisienne de Djerba (sud). Comme elle, les Tunisiens noirs continuent de souffrir de nombreuses discriminations. La récente loi criminalisant le racisme ne suffit pas, affirment les associations.


Racisme: les Tunisiens noirs, descendants d’esclaves, espèrent plus d'égalité
Ces citoyens tunisiens, dont certains sont des descendants d'esclaves, constituent une minorité très peu visible dans la vie publique du pays. Comme Nadia Borji, ils sont nombreux à espérer plus d'égalité depuis qu'a été adoptée une loi inédite au mois d'octobre 2018 pour pénaliser toute forme de racisme.

Dans le quartier de Cedriane, en périphérie de Houmt Souk, le cœur battant de l'île de Djerba, des habitants noirs continuent d'enterrer leurs morts dans un bout de terrain mal entretenu appelé «Cimetière des esclaves». A deux pas se trouvent deux autres cimetières destinés aux ahrar, les hommes libres, plus clairs de peau. «Le surnom "abid" me dérange énormément. Il ne devrait plus exister!», s'indigne Mme Borji, venue lire une prière près de la sépulture de sa mère. «Nous en avons pris l'habitude alors que nous savons que c'est anormal de subir cette discrimination», dit encore cette célibataire de 46 ans.

Contemplant les sépultures de terre couvertes de plantes desséchées, Dorra Douiri, une cousine, affiche sa colère contre une séparation «raciste et très douloureuse». «Le pire, c'est que ce cimetière se trouve près d'une mosquée où les prêches appellent à l'égalité et au respect», ironise la trentenaire.
«Des cimetières pour les esclaves et des cimetières pour les personnes libres: c'est un phénomène qui (...) a besoin d'être traité», reconnaît Mourad Missaoui, à la tête d'un des arrondissements de Houmt Souk. Contrairement aux grandes villes comme Tunis et Sfax, les habitants de Djerba enterrent leurs morts sans autorisation municipale, ce qui leur laisse la possibilité de répartir les lieux de sépulture selon les familles ou le niveau social, voire la couleur de peau, explique-t-il à l'AFP.
Lire la suite sur francetvinfo.fr
Dimanche 12 Septembre 2021
La Dépêche d'Abidjan



Espace Kamite
Notez

Actualité | Opinion | Contributions | Vidéos | Zouglou Feeling | People | Reportages | Tribune | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Tourisme - Voyages | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN | Espace Kamite



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 28/09/2021 | 78 vues
00000  (0 vote)
La Dépêche d'Abidjan | 27/09/2021 | 219 vues
00000  (0 vote)
La Dépêche d'Abidjan | 26/09/2021 | 351 vues
00000  (0 vote)
La Dépêche d'Abidjan | 26/09/2021 | 279 vues
00000  (0 vote)
La Dépêche d'Abidjan | 16/09/2021 | 1202 vues
00000  (0 vote)
La Dépêche d'Abidjan | 12/09/2021 | 1553 vues
00000  (0 vote)
La Dépêche d'Abidjan | 12/09/2021 | 1539 vues
00000  (0 vote)