Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

RUTH TONDAY - ATIYEDAO


Il y a des voix qui ont effleuré la conscience collective de façon furtive en y laissant des traces ineffaçables de par leurs timbres distingués. Portant en elles une résonance musicale d’exception, elles résistent à tout obstacle tendu par toutes sortes de modes et sont toujours présentes en chacun de nous. Revêtues d’une spécificité issue de la semence mélodique des inspirations traditionnelles encensées parce que sublimées par les détenteurs des arcanes esthétiques cousues de parures musicales, ces voix bourlinguent au large de n’importe quelle partition musicale. Parce qu’elles portent en elles les vestiges sculptés des masques, orfèvres des mélodies portant des nuances morales et physiques transcrivant les gestuelles et les paroles proférées. Ces mélodies se trouvent enfouies sous les terres de l’ouest de la Côte d’ Ivoire qui les gardent jalousement et avec déférence. Il n’est pas donné à tout le monde de les dire quand bon lui semble. Dans cette région, les voix et gestuelles sont entourées de mystères car, leurs expressions (projection des rapports matériels et spirituels) sont dites selon les circonstances qui prévalent au sein de la communauté. Faut-il rappeler que lorsque les grandes sécheresses ou d’autres événements pouvant porter préjudice à la vie de la communauté se profilent à l’horizon, les détenteurs des savoirs traditionnels procèdent aux incantations pour les éloigner de la cité. C’est fort de cela que les grands maîtres des voix, sont les seuls aptes à exprimer mieux les gestuelles et paroles de la cosmogonie des masques avec des artifices musicaux en incarnant les esprits par l’émission d’un timbre vocal étouffé de résonnante nasillarde. Sous cet apparat d’esprits protecteurs des valeurs nodales de la communauté, ils régulent les contingences sociales pour éviter tout désastre culturel, une décimation totale des racines de la communauté qui serait catastrophique pour la communauté elle-même. Pour parer à cette éventualité, ce ne sont plus les maîtres de la parole qui se mettent au devant du front, mais plutôt des maîtres des voix car dans l’entendement des esprits gouvernant aux destinées de la cosmogonie des masques, c’est la voix qui donne existence à la parole en la propulsant de sa cavité-source-mère-nourricière. Les voix aux colorations nasillardes utilisées par les masques au cours des incantations en vue de mettre les membres de la communauté hors de portée de tout malheur, portent les stigmates issus des traditions tutélaires en vue de maintenir la cohésion sociale. Les masques eux-mêmes demeurant mystérieux, leurs voix sont aussi cousues de mystères, raison de plus, l’on sait qu’il y a un masque dans la cité, cependant que l’on ignore son identité physique. La chanson Atiyédao, chante les intonations des masques avec toutes leurs résonances et nuances pour ne pas trahir les traditions auxquelles appartient Ruth Tonday. Une sorte de pacte qui, loin d’être diabolique, est et demeure, un pacte d’ordre culturel avec en arrière plan une résonance cultuelle. L’artiste fait revivre les esprits des masques, bréviaire de toute une tradition servant de clé de nacelle à toutes les générations. En chantant sa mère qui l’a fait venir en ce monde qui, très tôt lui a fermé ses portes, Ruth Tonday même partie dans le ventre du souterrain pays aux tonalités sépulcrales, fait partie de ces grandes voix qui, sans effort, font frémir plus d’un comme savent le faire les masques durant les incantations pour laver le corps social de la communauté. Cette fille abordait toute mélodie dans une tonalité particulière, cajolant son corps avec attrait, que l’on ne trouve qu’aux sommets des montagnes parce qu’impulsée et propulsée de là-haut. C’est en ces lieux, sur les crêtes des montagnes ornant majestueusement les horizons de toutes les cités de l’ouest de la Côte d’Ivoire, refuges des maîtres auréolés des voix rares, que l’artiste à tiré ses ressources vocales sous les regards d’ombres protectrices des masques aux intonations méticuleusement gardées dans le tréfonds des mystères tissés au travers du corpus des chants. C’est de là que dérive la voix de Ruth Tonday aux notes nasillardes, hommage à tous les détenteurs des savoirs traditionnels afin qu’ils résistent aux vents culturels soufflant sur nos sociétés. Auditrices et Auditeurs de Fréquence 2, au travers des rayons lumineux de la voix de Ruth Tonday, Carrefour Weekend vous supplie d’avoir une pensée pieuse pour cette voix sortie des murmures des montagnes, mais imprimée à jamais sur l’Autre Face de la Mélodie

Valen Guédé
Valen_guede@yahoo.fr

Samedi 21 Février 2015
La Dépêche d'Abidjan



Arts et Cuture
Notez

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correct et d'éviter des affirmations sans preuves.




Opinion | Actualité | Interviews | Contributions | Vidéos | Zouglou Feeling | People | Reportages | Tribune | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Économie | Tourisme - Voyages | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN | ESPACE KAMITE | EN RÉGION



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 09/04/2019 | 1134 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 29/12/2015 | 2442 vues
00000  (0 vote) | 1 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 13/11/2015 | 2247 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 17/10/2015 | 2009 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 12/04/2015 | 1721 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 24/02/2015 | 3119 vues
00000  (0 vote) | 1 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 24/01/2015 | 2047 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 12/01/2015 | 1907 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 22/11/2014 | 1689 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 15/11/2014 | 2094 vues
00000  (0 vote) | 1 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 30/08/2014 | 2097 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire