Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

La Dépêche d'Abidjan

LA LIBERTÉ D'INFORMER









Que signifie « Gbagbo ou rien » ?


A l’approche de la présidentielle 2015, le parti de Laurent Gbagbo semble avoir perdu le nord. Les « refondateurs » donnent l’impression, en effet, d’avoir voué aux gémonies l’essentiel de leur mission qui consiste à se consacrer à la mise en place d’un dispositif politique à même de favoriser la libération du président Gbagbo et garantir la reconquête du pouvoir par les urnes. Au lieu de cela, ce FPi, qui se déstructure constamment dans une guerre de leadership marinée à la sauce judiciaire, n’offre aucune alternative crédible aux ivoiriens. A l’heure actuelle, pour peu que l’on prête une oreille attentive aux propos des observateurs de la scène politique ivoirienne, une question récurrente fait surface : Que gagne le FPI en s’enfermant avec Gbagbo à La Haye ? ou encore : Que gagne Gbagbo en emprisonnant le FPI avec lui à La Haye ? Ces questions s’adressent surtout aux «Gbagbo ou rien » qui, pour l’heure, font de la non réponse à ces interrogations légitimes une affaire de… « stratégie». A la vérité, tout porte à croire que les « Gbagbo ou rien »ne sont pas candidats à l’alternance en 2015, sans la libération du président Gbagbo. Autrement dit « no Gbagbo no Election ». Cette frange de la population FPi n’est donc pas prête à se donner les moyens de mesurer son poids politique aux autres, de renforcer son assise électorale, d’avoir des élus locaux, des députés et de reconquérir le pouvoir d’État… tant que Laurent Gbagbo n’aura pas été libéré parla Cour Pénale internationale (CPi). Une position qui est aux antipodes de celle des « Gbagbo et nous » conduits par le président actuel du FPi, Pascal Affi Nguessan. Qui clame haut et fort que c’est par le jeu politique que le FPi aidera au mieux son fondateur et se donnera les moyens de reprendre, par les urnes, ce qu’on lui a pris par les armes. Dans cette veine, Affi a parcouru la Côte d’Ivoire pour convaincre sa base. et, outre le succès évident du challenge de la remobilisation des structures locales du parti, le président du FPi était en train de sortir les militants et sympathisants de son parti de leurs rancœurs justifiées mais improductives en politique quand une campagne médiatique de dénigrement s’est mise en place insidieuse-ment : Affi veut tourner la page Gbagbo. Le but perceptible de cette opération est d’orienter le débat sur le terrain de l’émotion et de rejeter aux calendres grecs toute idée de participation à l’élection présidentielle de 2015. Au début, c’était une nébuleuse. Petit à petit, les fauconsont dû sortir du brouillard. et se saisissant du prétexte du réaménagement technique controversé du 4 juillet, ils ont mis en branle une batterie de mesures politico-juridiques sensées contraindre Affi à la démission. Avec l’appui sans ambages du comité de contrôle.« L’appel de Mama » n’est-il pas un de ses moyens subtils mis en place par les « Gbagbo ou rien » pour dessaisir Affi des rênes du pouvoir et du coup rendre très improbable la participation du FPi à l’élection présidentielle prochaine,son candidat étant détenu à La Haye ? Certains analystes s’y arrêtent et n’hésitent plus à voir les évènements souscet angle. ils se disent d’autant plus fondés dans leurs convictions que les « Gbagbo ou rien » clament qu’ils s’inscriront dans la logique du jeu politique dès après l’élection de Gbagbo par le 4ème congrès ordinaire. en d’autres termes, ils feront la même chose que Pascal Affi N’gues-san.Alors question : comment Laurent Gbagbo, de sa prisonen occident, peut-il faire mieux qu’Affi en liberté, même provisoire en Côte d’ivoire ? Pour tout dire, la cabale actuelle contre Affi N’guessan semble n’avoir d’autre but que d’empêcher le « Lion du Moronou » et le fPi de prendre toute leur place sur l’échiquier politique national en l’absence de Laurent Gbagbo. en clair, il ne faut pas donner à croire aux militants du fPi que la Côte d’ivoire peut se pas-ser de la présence de Gbagbo pour guérir de sa crise. en montant en puissance depuis sa sortie de prison, Affi N’guessan a involontairement donné le sentiment que le leadership du FPi est en train d’échapper à Laurent Gbagbo, rendant [à leurs yeux] sa libération de plus en plus improbable. D’où l’appel de Mama pour «remettre Gbagbo au cœur du débat ». Parce que c’est Gbagbo ou rien.

BAMBA Franck Mamadou
In Notre Voie
Jeudi 25 Décembre 2014
La Dépêche d'Abidjan



Tribune
Notez


1.Posté par Pierre Akossia le 26/12/2014 01:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je dis à BAMBA Franck Mamadou
Notre Voie Oh ! Honte !

Pour « Gbagbo ou rien », veut dire qu’un parti politique est un courant de pensées, lorsqu’il y a déviationnisme de ces pensées, c’est la « déviance » en terme psychanalytique.

Le FPI gagne en bravoure, la notoriété solidaire. Tous ceux qui se demandent si FPI ceci ou FPI cela, n’ont rien compris de la lutte des classes. Même si les pro-Gbagbo fermaient les yeux et dire, on va aux élections, est-ce que Hollande est prêt à dire au ... ça suffit la violence ?

C’est du mensonge l’option « Gbagbo et nous », quand vous le traitez de falsificateur en quoi, vous compatissez à son cas ?

Vous prenez le président Laurent Gbagbo pour un insensé, en étant maintenu de force par Hollande à La Haye veut trimbaler le produit de son effort, de sa grandeur l’abîmé, ce FPI ? Ridicule ! Et aussi agir à son détriment en faisant prendre des actions décisionnelles par le parti qu’il s’est donné le droit de gérer à contrario, Foutaise ! Il faut être bête et pas assez intelligent pour avoir une idée aussi saugrenue, que de tenir le parti, de façon superfétatoire. « Le désespoir affinite. »

Vous croyez que le symbolisme voulant mettre le président Laurent Gbagbo à la tête du FPI pendant qu’il est maintenu à La Haye, c’est la grosse bombe sur la tête des blancs, pauvres ignorants. C’est la raison pour laquelle, il faut manipuler les manipulables…

On connait le parcours d’Affi, il avait été interdit à Bobo, à Oumé, à Odienné, à Touba et tant d’autres communes. Si le RDR interdit ses alliés, ce n’est pas pauvre Affi « à pieds avant la pompe » qui n’est pas l’opprobre d’Alassane Dramane Ouattara, vous êtes naïfs.

En pure logique, la décidabilité en provenance de La Haye dont par le président Laurent Gbagbo, et ce mécanisme de conception, tout le monde n’est pas capable de gérer cela, mais GBAGBO « si », c’est une caisse de résonnance. Essayez, vous verrez. Les blancs sont des démocrates, je laisse sans explication.

Le président Laurent Gbagbo saura faire qu’Affi pour la raison suivante : A chaque erreur d’analyse décisionnelle, le poids du maintien pèse sur ses épaules immédiatement. La distribution des tâches ne connaitra pas la jalousie, ni une concurrence béante.

Chaque erreur par un membre du bureau, ce dernier se sentira frustré, croyant alourdir le poids du maintien de la souffrance aux épaules de son président Laurent Gbagbo, puisque nous le traitons comme un symbole, chacun travaillera en véritable conquérant.

L’appel de mama est un appel à l’histoire et non à la caricature que N’Guessan et Notre Voie veulent abdiquer l’introspection.

2.Posté par Kefaya le 26/12/2014 12:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je croyais lire Le Patriote. Je me demande le nombre de tirages de Notre Voie aujourd'hui, un journal qui autrefois était l'instrument de lutte contre les injustices. Et je me demande si les journalistes arrivent à dormir la conscience tranquille au regard des écrits qu'ils font.

M. Bamba, les militants du FPI ne sont pas des idiots et ils sauront dans la majorité décider des deux lignes laquelle est la meilleure pour le parti. Je vous exhorte donc à mettre en branle la procédure pour la convocation du congrès. Sauf mauvaise foi de votre part, vous savez bien que de par son attitude Affi, s'est mis à dos les textes, les us et coutumes du FPI en s’acoquinant avec le pouvoir. Affi est plus que jamais coupé de la base et qu'ils nous démontrent le contraire en procédant à des tournées auprès des militants, lui qui d'ailleurs ne fait que poser des actes défiance à leur égard chaque fois que ces derniers le reçoivent (Cas de Bonoua)

3.Posté par Diomande le 26/12/2014 16:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bamba Frank tu voulais un poste tu l'as eu, bouffe ton argent et s'il te plait tais toi, personne ne lit maintenant la VOIE, c'est du passe pour le moment. Sinon que Gbagbo est perdue le Nord ou pas ou s'en fou pas mal. Je m'explique il avait des partisans au Nord mais qu'est ce que ca a change pendant l'election passee? En d'autre termes leurs votes sont et seront toujours bloques. Je suis du Nord aussi je sais de quoi je parle, et aussi ne prends pas une frange de federaux pour dire qu'il a perdu le Nord. Lui meme Affi n'a qu'a venir dans les autre regions et puis il verra si il peut tenir un seul meeting comme au passee.

4.Posté par Dableh le 27/12/2014 16:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
« Gbagbo ou rien »,Tu es sur d'ignorer ce que cela veut dire? Quelle mauvaise fois! Eh bien sache que pour nous qui soutenons une telle position c'est une façon de montrer aux yeux du monde que ce grand homme est et reste incontournable dans le milieu politique ivoirien. Et ce n'est pas exagéré de dire que dans le contexte actuel seul Gbagbo peu réconcilier les ivoiriens. Il sait leur parler et il sait aussi les écouter. Et puis entre nous, que vaut un Affi N'Guessan face à un Ouattara en mal de légitimité? Regarde frère, tout ça n'est que de la comédie. Au fait Gbagbo est-il déjà condamner? Alors qu'on arrete les débats inutiles et puant de malice pour permettre à notre" Koudou National"de reprendre les choses en main...

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correct et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Opinion | Contributions | Vidéos | Zouglou Feeling | People | Reportages | Tribune | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Tourisme - Voyages | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN | Espace Kamite



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 18/05/2018 | 2577 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 12/12/2017 | 3279 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 11/07/2017 | 2153 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 27/04/2016 | 5358 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 24/10/2015 | 50975 vues
33333  (36 votes) | 14 Commentaires
La Dépêche d'Abidjan | 12/05/2015 | 3525 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 04/01/2015 | 5740 vues
00000  (0 vote) | 3 Commentaires