Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

La Dépêche d'Abidjan

LA LIBERTÉ D'INFORMER









Présumés 500 Millions à la PJ / Commissaire Niagne DPC : ’C’est une imagination d’agents indisciplinés’’

Le Commissaire Niagne a indiqué hier au cours d’un échange avec la presse que ses services n’ont jamais vu encore moins eu écho de l’information selon laquelle 500 millions de FCFA aurait disparu au sein de la Police Criminelle.


Selon lui, ces affirmations relèvent de l’esprit fertile de certains de ses agents en totale perdition. Entouré de ses principaux collaborateurs notamment le Commissaire Sokohi dont les éléments sont au centre de l’affaire, le directeur de la Police criminelle s’est dit surpris d’une telle accusation. ‘’ Il ne fait aucun doute que ce sont des policiers eux-mêmes qui ont suscité cet article. Mais j’ai ma petite idée sur tout cela et au moment opportun, on verra’’ s’est-il indigné avant d’ajouter à demi-mots, à propos de l’affaire, qu’il s’agit de flics ripoux qui se sont fait battre. ‘’ Le sac qui a été déposé au Commissariat du 2ème arrondissement de Treichville ne contenait que deux billets de 10000 FCFA en anciennes coupures, donc déclassées. Ce sont des billets impossibles à utiliser comme me l’a confirmé un fondé de pouvoir. Il ne s’agit donc pas de 500 millions qui auraient disparu de la police criminelle. Une direction hiérarchisée où on ne fait pas n’importe quoi. Dans le cas d’espèce, il s’agit d’agents indisciplinés qui savaient que s’ils informaient leur hiérarchie d’une telle initiative, ils auraient reçu une fin de non-recevoir. Donc à voir de près il s’agit d’individus qui avaient des arrières pensées sinon ils ne seraient pas allés dans une telle opération sans avertis leurs différents chefs. Il y a aussi le fait qu’ils sont peut-être allés racketter les personnes qui font les changes de billets et là ça dû mal se passer pour eux’’ a fait savoir le directeur Niagne. Selon lui ce n’est pas la première fois que lesdits agents, Blaise Valin et Camara Omer, sont cités dans des affaires louches. ‘’ Nous avons été plusieurs fois été saisis pour ces actes délictueux. Qu’ils assument les actes répréhensibles qu’ils ont posés. Ces agents indélicats sont de l’ex-UIR qui sont ici il n’y a pas moins d’un an. Camara Omer est encore ici parce qu’il a été blessé par des bandits il y a un mois. Certains parmi ont été affectés un peu partout et nous leur avons dit pour ceux qui sont encore ici de ne pas se mêler de certains dossiers qui ne sont pas de notre compétence dont la cybercriminalité et ce qui est dévolu à la Police économique. Mais il y a des brebis galeuses qui jettent l’opprobre sur la corporation’’ a déclaré le directeur. Au regard de ce qui a été décrit comme une faute grave, le Commissaire Niagne a exigé des explications aux deux agents qui ont trois jours pour se justifier. En attendant, ces derniers purgent, comme sanction disciplinaire, ‘’huit jours d’arrêt de rigueur’’ au violon de l’école de Police

Avec le partenariat de l'Intelligent d'Abidjan / Par Valery Foungbé

Vendredi 9 Juillet 2010
La Dépêche d'Abidjan



Faits et Méfaits
Notez

Politique | Interviews | Faits et Méfaits | En Région | Société