Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

Pourquoi il faut relire Les Damnés de la terre de Frantz Fanon

En juillet et en août, Jeune Afrique revient sur des œuvres majeures qui font toujours parler d’elles, inspirant le présent. Cette semaine, Les Damnés de la terre, écrit en 1961 par le Martiniquais Frantz Fanon.


Pourquoi il faut relire Les Damnés de la terre de Frantz Fanon
«Libération nationale, renaissance nationale, restitution de la nation au peuple, Commonwealth, quelles que soient les rubriques utilisées ou les formules nouvelles introduites, la décolonisation est toujours un phénomène violent. »

Quand il écrit les premières lignes des Damnés de la terre, en mai 1961, Frantz Fanon se sait déjà condamné par la leucémie myéloïde dont il est atteint. Il aura tout de même la chance de voir son livre publié de son vivant, aux éditions Maspero, et préfacé par le philosophe français Jean-Paul Sartre.

L’ouvrage, édité dans la discrétion, est interdit dès sa diffusion pour « atteinte à la sécurité intérieure de l’État ». En pleine guerre d’Algérie, l’inverse eût surpris… Quoi qu’il en soit, le texte trouve tout de suite un large écho.

Une préface qui ne fait pas consensus

« Ni traité d’économie, ni essai de sociologie voire de politique, cet ouvrage est un appel et même un cri d’alarme sur l’état et le devenir des pays colonisés », écrit Alice Cherki dans la préface à l’édition de 2002.

S’adressant à un lecteur africain, Fanon écrit : « Chaque génération doit, dans une relative opacité, découvrir sa mission, la remplir ou la trahir. » Sa prose est lyrique, prophétique, et la question de la violence, au cœur du propos.

POUR ALICE CHERKI, FANON ENTEND SURTOUT FAIRE DE LA VIOLENCE COLONIALE UNE ARME CONTRE LE COLON

Dans sa préface, Sartre en propose une forme de caricature. « Car, en ce premier temps de la révolte, il faut tuer : abattre un Européen c’est faire d’une pierre deux coups, supprimer en même temps un oppresseur et un opprimé.

Restent un homme mort et un homme libre ; le survivant, pour la première fois, sent un sol national sous la plante de ses pieds. »

Pour Alice Cherki, Fanon entend surtout faire de la violence coloniale une arme contre le colon : « Cette violence, au lieu d’être niée, doit être organisée en lutte de libération qui permet le dépassement. » Nuance.

Martiniquais comme Fanon, l’écrivain Raphaël Confiant vient de publier une biographie imaginée intitulée L’Insurrection de l’âme.
Lire la suite sur jeuneafrique.com
Lundi 27 Septembre 2021
La Dépêche d'Abidjan



Espace Kamite
Notez

Dans la même rubrique :
< >

Mardi 12 Octobre 2021 - 20:36 FRANCE - ARRESTATION DE ÉGOUNTCHI BÉHANZIN

Opinion | Actualité | Contributions | Zouglou Feeling | Vidéos | People | Reportages | Tribune | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Tourisme - Voyages | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN | Espace Kamite



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 12/10/2021 | 567 vues
00000  (0 vote)
La Dépêche d'Abidjan | 12/10/2021 | 572 vues
00000  (0 vote)
La Dépêche d'Abidjan | 11/10/2021 | 746 vues
00000  (0 vote)
La Dépêche d'Abidjan | 08/10/2021 | 474 vues
00000  (0 vote)
La Dépêche d'Abidjan | 07/10/2021 | 626 vues
00000  (0 vote)
La Dépêche d'Abidjan | 07/10/2021 | 557 vues
00000  (0 vote)
La Dépêche d'Abidjan | 07/10/2021 | 537 vues
00000  (0 vote)
La Dépêche d'Abidjan | 05/10/2021 | 471 vues
00000  (0 vote)