Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

La Dépêche d'Abidjan

LA LIBERTÉ D'INFORMER









Port-Bouët / Un élève meurt dans un commissariat de police Un pasteur et des fidèles interpellés



Dans la matinée du jeudi 5 juillet 2012, le commissariat de police du 33ème arrondissement à Adjouffou, dans la commune de Port-Bouët, a enregistré un mort dans ses locaux. La victime est un élève répondant au nom de Hugo Blagbo. De fait, ce matin-là, aux environs de 8h, le commissaire de police du 33ème arrondissement est saisi de la présence d’un individu, très mal en point, se pâmant au sol en face des locaux de l’église « Apostolique », située en face d’un centre dénommé « Espoir ». Le chef de service dépêche des éléments sur place. L’individu en question, identifié sous le nom de nom de Hugo Blagbo, est immédiatement conduit dans les locaux du commissariat de police. Mais comment expliquer l’état pratiquement désespérant dans lequel il se retrouve ? Selon nos sources, ce sont le pasteur Jonhson A., les fidèles de son église, que sont Kingsley, O. Raphaël et A. Alamo, tous des ressortissants nigérians, qui expliquent. A les en croire, dans la nuit, des quidams dont le nombre reste indéterminé s’introduisent de façon discrète dans leurs église. Et ces individus, des criminels à la vérité, s’emploient à faire main basse sur certains biens. Ainsi, s’accaparent-ils d’un groupe électrogène, d’une dizaine de téléphones-portables et d’un ordinateur-portable. Et c’est au moment où ils prenaient la tangente avec leur butin, que des fidèles donnent l’alerte. Selon l’homme de Dieu et ses disciples, il s’en suit une course-poursuite à l’issue de laquelle, l’un des bandits qu’est Hugo Blagbo est appréhendé. Et c’est à un traitement de choc qu’il est ensuite soumis. C’est donc dans un état critique, comme on l’a dit plus haut, qu’il est conduit dans les locaux du commissariat de police. Il est donc question qu’il soit interrogé afin qu’il apporte une contradiction ou pas au pasteur Jonhson A. et aux autres accusateurs. Hélas, il ne le pourra pas. Véritablement esquinté, il rend l’âme dans les locaux du commissariat de police. Les services des pompes funèbres saisis, enlèvent sa dépouille et la transfèrent dans les locaux de la morgue du Chu de Treichville. Au démurant, le défunt est-il réellement un voleur ? Ou est-il simplement victime d’un zèle de la part d’individus qui voient le diable partout ? En tout cas, pour nécessité d’enquête, le pasteur Jonhson, ses fidèles Kingsley, O. Raphaël et A. Alamo étaient gardés à vue au moment où nous entrions en possession.

In Soir Info
Samedi 14 Juillet 2012
La Dépêche d'Abidjan



Faits et Méfaits
Notez

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correct et d'éviter des affirmations sans preuves.




Politique | Interviews | Faits et Méfaits | En Région | Société