Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

La Dépêche d'Abidjan

LA LIBERTÉ D'INFORMER









Plus de vingt morts à Bamako : c'est la France qui était visée


Plus de vingt morts à Bamako : c'est la France qui était visée
Un petit groupe de jihadistes a mené un assaut, hier, contre un hôtel hébergeant des clients internationaux à Bamako, la capitale malienne. On dénombrait au moins 27 morts après l'intervention des forces de sécurité. Il n'y a pas a priori de Français parmi les victimes.

La prise d'otages meurtrière de l'hôtel Radisson Blu de Bamako, revendiquée par le groupe jihadiste de Mokhtar Belmokhtar, fidèle à Al Qaïda, s'est terminée hier après neuf heures d'enfer et plus de 27 morts, à la suite de l'intervention conjointe des forces maliennes et étrangères, notamment françaises. Cet attentat survient une semaine après les attaques meurtrières qui ont fait à Paris 130 morts et plus de 350 blessés et revendiquées par le groupe Etat islamique.

«La prise d'otages s'est terminée peu après 16 heures (locale et GMT), tandis que des agents de la protection civile commençaient à sortir des corps de l'hôtel dans des sacs mortuaires orange.

«Le dernier bilan est d'au moins trois terroristes tués ou qui se sont fait exploser», a affirmé une source militaire, estimant que leur nombre total ne dépassait pas quatre. Quant à leurs victimes, au moins 27 ont péri», a ajouté cette source.

Au moins 14 nationalités

L'attaque du Radisson Blu, prisé de la clientèle internationale, a débuté autour de 7 heures locales. Les assaillants sont entrés dans l'hôtel au même moment qu'une voiture munie d'une plaque diplomatique. Des étrangers d'au moins 14 nationalités faisaient partie des quelque 140 clients de l'hôtel : Algérie, Allemagne, Belgique, Canada, Chine, Côte d'Ivoire, Espagne, Etats-Unis, France, Inde, Maroc, Russie, Sénégal et Turquie.

Air France, qui a annulé tous ses vols à partir et à destination de Bamako, faisait état de douze employés logés dans l'établissement qui ont rapidement été mis «en lieu sûr». Selon le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, «il n'y aurait pas de Français» tué.

Dans la soirée, le groupe du chef jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar a adressé un document sonore à la chaîne qatarie Al-Jazeera : «Nous les Mourabitoune, avec la participation de nos frères (…) d'Al-Qaïda au Maghreb islamique, revendiquons l'opération de prise d'otages à l'hôtel Radisson».

Les forces spéciales françaises venues de Ouagadougou, au Burkina Faso voisin, ont participé aux opérations, «en assistance des forces maliennes», a expliqué hier soir le ministre français de la Défense. À la mi-journée, la France, qui intervient militairement au Mali depuis janvier 2013, avait également envoyé une quarantaine de membres du Groupe d'intervention de la gendarmerie nationale (GIGN) au Mali. Sont aussi intervenues la Minusma et des forces américaines.

Immédiatement après la fin de l'assaut, le président malien Ibrahim Boubacar Keïta, a salué «le professionnalisme des forces de défense et de sécurité du Mali et remercié les pays amis pour leur assistance».

Lire la suite
Samedi 21 Novembre 2015
La Dépêche d'Abidjan



Actualité
Notez

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correct et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Opinion | Contributions | Vidéos | Zouglou Feeling | People | Reportages | Tribune | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Tourisme - Voyages | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN | Espace Kamite



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 17/02/2020 | 2238 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 13/02/2020 | 2320 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 06/02/2020 | 4366 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 25/12/2019 | 787 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 23/12/2019 | 834 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire