Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

La Dépêche d'Abidjan

LA LIBERTÉ D'INFORMER









Pascale Affi Nguessan: La fin d’une présidence ?


Pascale Affi Nguessan: La fin d’une présidence ?
Le président du Front Populaire Ivoirien (FPI) Mr Pascal Affi Nguessan est inexorablement appelé à se retirer de la présidence du parti dans les jours à venir. Parce qu’il a mis à mal la cohésion au sein du parti refondateur et est devenu celui par qui la déchirure est arrivée.
Dans mon article précédent ( Affi Nguessan et les pressions américaines), je condamnais déjà la politique floue et dévoyée du chef actuel des frontistes. Je disais en substance que Mr Affi ne faisait pas la politique de tous les sympathisants du FPI sinon qu’il prenait ses ordres des capitales occidentales qui lui demandaient de se défaire des supposés « durs » du parti. Ainsi, comme un politicien léger et superficiel, Mr Affi a écouté les français et les américains pour se défaire de ses collaborateurs. Sinon, comment comprendre qu’un syndicaliste chevronné et grand stratège politique comme Mr Laurent Akoun puisse être destitué sans ménagement? Comment comprendre que Simone Gbagbo, celle-là même qui s’est donnée corps et âme à la cause frontiste puisse être écartée de l’élite dirigeante et décisionnelle du FPI? Comment comprendre que Mr Aboudramane Sangaré, « le gardien du temple », ait été ignoré dans ces derniers mois par Mr Affi? Surtout comment comprendre que la base militante du FPI et tous les sympathisants de la cause souverainiste aient été simplement ignorés, eux qui appellent le Président Affi à faire plus d’effort pour la libération du Président Gbagbo? Devant les appels multiples de ceux qui veulent une Côte d’Ivoire démocratique et compromise dans son propre développement, Affi a préféré jouer la carte de la compromission et effaçant du revers de la main les atouts du FPI pour les remplacer avec les promesses (ô combien fallacieuses !) de la France politicienne. En effet, les pressions de Paris surtout demandent à Mr Affi de se présenter á l’élection présidentielle de 2015 sans Laurent Gbagbo qui, disent les farceurs, est fini. Pourquoi Affi croit-il que la France lui donne des conseils pour son bénéfice et le bien du FPI? Pourquoi Mr Affi croit-il encore en cette France-là ?
Lors de son passage à Abidjan le 17 juillet dernier, le président français François Hollande avait demandé au FPI de participer à la présidentielle de 2015. « Il faut que le FPI participe aux élections à venir sinon il n’aura pas d’avenir en Côte d’Ivoire », avait dit le numéro un français à Abidjan. Croyez-vous que la participation du FPI à la présidentielle de 2015 est vraiment l’objectif politique de l’Elysée ? Au contraire ! La France a peur du FPI parce que c’est le parti le plus intellectuel en Côte d’Ivoire et le parti qui a compris le sale jeu que joue la France en Afrique en général et en Côte d’Ivoire en particulier. C’est le FPI qui a dénoncé toutes les malversations et autres violations de la France au grand jour. Croyez-vous que la France va vouloir d’un FPI aux affaires alors que le FPI de Laurent et Simone Gbagbo avait dit haut et fort que la Côte d’Ivoire « n’est pas une sous-préfecture de la France » ? S’il y a un parti politique que la France redoute le plus en Côte d’Ivoire, c’est bien le FPI. Ce parti est si fort en interne comme sur la place politique nationale que la France préfère voir les frontistes disparaitre le plus tôt. Et la tâche pour mener à bien cette disparition a été confiée à Mr Affi Nguessan qui n’a toujours pas compris que le FPI ne vit pas que par ses hommes mais surtout par les textes qui le régissent. Les conseils de la France au FPI ne peuvent pas être des conseils productifs dans la mesure où c’est bien Hollande qui traitait Gbagbo d’ «infréquentable ». C’est la France qui, sous Sarkozy, avait fait la guerre à la Côte d’Ivoire en toute violation des règles de droit international. Si la France tient tellement à la démocratie et aux droits humains en Côte d’Ivoire, pourquoi Hollande n’a-t-il pas dit un seul mot sur les 780 prisonniers politiques qui croupissent dans les geôles de dramane ouattara ? Pourquoi n’a-t-il pas dit un seul mot sur les tueries de Duékoué et de Nahibly ? Et l’impunité rampante dont sont victimes mêmes les français? Quid de la dictature et la torture contre le peuple ivoirien ? Hollande et tous les dirigeants français s’en foutent des Droits de l’Homme et de la dictature en Côte d’Ivoire. Ce qui compte pour la France, c’est le contrôle des richesses qui alimentent les caisses de la république française.
En Côte d’Ivoire il y a trois partis politiques qui comptent : le PDCI, le FPI et le RDR. Le premier, le PDCI, est un parti qui n’a aucun programme de gouvernement. Sa grande trouvaille, c’est le misérable concept de l’Ivoirité qui a entrainé des milliers de morts en Côte d’Ivoire. Ce parti n’a qu’une seule obsession : comment donner à manger à ses cadres en acquérant des postes dans l’administration. Les problèmes de la Côte d’ivoire n’intéressent pas le PDCI. Ce qui importe pour ce parti, c’est comment avoir l’argent, même si, comme le démontre si bien Mr Henri Konan Bédié, il faut être payé à 3 milliards CFA pour vendre son parti. Dommage! Le RDR non plus, n’a pas un seul être rigoureusement intellectuel en son sein. Amadou-Cimetière? Celui-ci a raté sa vocation de fossoyeur à Williamsville. Adama Bictogo? La corruption n’a pas d’autre nom. Cissé Bacongo? Cet homme aurait pu être grand, s’il était resté instituteur à l’ombre du fromager. Les rebelles périphériques ou latéraux que sont Sidiki Konaté et Guillaume Soro? Des péquenots dont je pleure déjà la fin! Bref, « il n’y a [vraiment] rien en face!». Le FPI reste donc le seul parti qui ait véritablement compris l’enjeu et la portée de la politique française en Côte d’Ivoire et le seul parti qui a mené (et qui mène) une politique d’indépendance économique vis-à-vis de Paris. Evidemment, d’aucuns diront que Gbagbo n’a pas véritablement mené une politique souverainiste indépendante de la France lors de son mandat ; et moi de rétorquer qu’il fallait seulement le laisser finir ses mandats et vous auriez compris. Il fallait attendre l’œuvre finale et non critiquer les petites parenthèses qu’il avait signées avec Total, Bolloré, Bouygues et consorts. Les dirigeants du FPI sont des intellectuels doublés de fins politiciens qui ont pris leurs quartiers dans la Refondation et qui sont tellement solides et profonds que la France a très peur que ces « gens-là » reviennent au pouvoir. Comparez seulement la politique économique menée par l’équipe du professeur Aké Ngbo en trois mois de règne à la primature (de décembre 2010 à mars 2011) et les trois années du « boucher de Sindou »! Incomparable, n’est-ce pas ? Les têtes pensantes qui avaient formé le gouvernement Aké Ngbo étaient prêtes à quitter le système monétaire français, ce qui aurait déjoué toutes les combines de la françafrique et aurait emmené l’Europe dans un tourbillon socioéconomique dangereux. Le Dr Aké Ngbo et ses ministres avaient réussi à déjouer tous les tours des français au point où l’Elysée était devenu la risée de tous dans les journaux occidentaux, notamment aux Etats-Unis.
Considérant donc le poids politique du FPI et ses capacités à tenir devant n’importe quel adversaire, fut-il français, croyez-vous que la France va soutenir un retour du FPI aux affaires en 2015 ? Ne soyons pas dupes ! Pourquoi donc Mr Affi s’entête-t-il à faire la politique de la France ? Apparemment Mr Affi manque de vision et de profondeur politiques. N’a-t-il pas encore compris l’enjeu final de l’engagement de Laurent Gbagbo en politique? N’a-t-il pas encore compris qu’avec la France la victoire se trouve au bout de la lutte et non au bout des compromissions ? Mr Affi vient de commettre la plus grosse erreur politique de sa carrière et a signé la fin de sa propre présidence. Aujourd’hui, avec les doutes et les compromissions dans lesquels il s’est engagé, Mr Affi Nguessan ne peut qu’être rejeté par le Congrès FPI (si Congrès il y a). La confiance lui a été retirée, pas parce qu’il est mauvais frontiste, mais parce qu’il a préféré tendre l’oreille à l’ennemi que d’écouter le peuple qui, en 2010 avait porté Laurent Gbagbo au pouvoir.

Nous l’avions dit et nous le répétons: la seule politique qui vaille aujourd’hui, c’est celle de la libération de Laurent Gbagbo. C’est parce que celui-ci est victime d’une grave injustice et d’une flagrante violation de ses droits que nous demandons à Mr Affi Nguessan de se joindre à nous pour exiger la libération du Président Gbagbo. Pendant que Mandela était en prison, l’African National Congress (ANC) ne s’est pas déculotté pour plaire au pouvoir satanique de l’apartheid. Pourquoi Affi veut-il faire la cour à Ouattara alors que le FPI est en position de force? Ce n’est pas le FPI qui tue ou affame les ivoiriens à longueur de journée! Le FPI est la victime d’une machination internationale menée par la France. D’où vient-il donc que la FPI doive plier l’échine devant ses pourfendeurs? Ouattara sait qu’il est un putschiste mal aimé des ivoiriens. Ouattara sait que, parce qu’il est arrivé au pouvoir par un coup d’état, il est vomi par tous. Et la seule façon de légitimer son pouvoir, c’est d’avoir en face de lui le FPI de Affi Nguessan qu’il battra en trichant puis ira dire à ses amis : « voyez, je vous avais dit que la FPI était minoritaire en Côte d’Ivoire ». Pourquoi donc légitimer et pérenniser la dictature des « rattrappeurs » ? Affi sortira donc par la petite porte, lui qui n’a pas compris que le FPI est « un esprit » et non un corps à vendre au premier venu, encore moins à la France.

Par Papou Diomandé
Papou.diomande@yahoo.fr
Jeudi 14 Août 2014
La Dépêche d'Abidjan



Tribune
Notez


1.Posté par Akossia Pierre le 15/08/2014 03:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Vous savez, Paris salue la nouvelle CEI qu'elle qualifie d'impartiale par le biais de Laurent Fabius, et qu'on retrouve toutes les sensibilités politiques.

Il y a bien longtemps que j'ai commencé à dénoncer la façon dont lorgne Affi N'Guessan le mossi DAWA.

Et il a aggravé par réaménagement du parti au gré de ses connivents, au moment où on a beaucoup besoin de solidarité entre nous pour renforcer la lutte afin de libérer notre pays, nos grands hommes et femmes, la seule préoccupation d'Affi, c'est sa candidature avec sa CEI consensuelle que Paris apprécie avec véhémence selon leur goût.

Qu'il s'en aille de la direction du FPI.
Salut les grands médiateurs du peuple que j’appellerai les libérateurs !

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correct et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Opinion | Contributions | Vidéos | Zouglou Feeling | People | Reportages | Tribune | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Tourisme - Voyages | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN | Espace Kamite



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 18/05/2018 | 2577 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 12/12/2017 | 3279 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 11/07/2017 | 2153 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 27/04/2016 | 5358 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 24/10/2015 | 50976 vues
33333  (36 votes) | 14 Commentaires
La Dépêche d'Abidjan | 12/05/2015 | 3525 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 04/01/2015 | 5740 vues
00000  (0 vote) | 3 Commentaires