Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

La Dépêche d'Abidjan

LA LIBERTÉ D'INFORMER








PARIS - "On vit ici, on reste ici !"


PARIS - "On vit ici, on reste ici !"
LA PREFECTURE NOUS EXPULSE
LE COLLECTIF BARAS CONTINUE À LUTTER !


Nous sommes environ 250 migrants originaires d’Afrique de l’Ouest et Centrale, rassemblés dans le collectif Baras. Depuis de nombreuses années, nous vivions en Libye : la guerre de 2011 nous a forcés à en partir. Aujourd’hui nous sommes en France pour vivre tranquillement et pour travailler. La France est responsable de notre condition de sans papiers ici aussi bien que de la guerre et du pillage qui nous ont poussé à partir. Nous demandons sans cesse au préfet de nous régulariser au plus vite ! Mais les critères imposés par la loi sur la régularisation par le travail sont beaucoup trop restrictifs. Actuellement, nous travaillons dans les secteurs du nettoyage, du bâtiment, du gardiennage, de la restauration… où nous sommes exploités, puisque nous ne disposons d’aucun statut. C’est pourquoi il faut obtenir la régularisation de tou.te.s les sans papiers !
Le collectif Baras est aussi déterminé à obtenir un toit pour l’ensemble de ses membres. Toutes nos démarches et demandes d’hébergement auprès des pouvoirs publics (ministères, préfectures et les 9 maires d’Est-Ensemble) ont toujours fait l’objet de refus. Nous avons passé plusieurs mois à la rue entre 2012 et 2013. Nous avons occupé des bâtiments vides à Montreuil, à Bagnolet et aux Lilas. À chaque fois, nous en avons été expulsés. Un squat comme le nôtre est une solution par défaut, pour répondre à l’urgence de la situation.
L’urgence est toujours là ! Nous avons été expulsé pour ordre de la préfecture le 29 juin 2017, au petit matin et sans aucun préavis, du lieu où nous avons vécu pendant trois ans, au 72 rue René Alazard à Bagnolet. Deux membres du collectif ont été arrêtés et se trouvent actuellement dans le CRA de Mesnil-Amelot. Nous dormons sous le pont de l’échangeur de Bagnolet, dans une condition pénible. La police nous empêche même de monter de tentes pour nous protéger de la pluie. Est-ce que nous sommes des êtres humains ? La préfecture, la mairie et la police nous traitent comme des bêtes, mais nous continuons la lutte.
Nous exigeons :
La libération immédiate de nos deux camarades enfermés au CRA !
La fin du harcèlement policier contre les migrant.e.s !
Un toit et des papiers pour tous et toutes !
On vit ici, on reste ici !
Collectif Baras
Passez nous soutenir sous l’échangeur de Gallieni, métro Gallieni.
Contact : FB Collectif Baras
0698781039
Dimanche 2 Juillet 2017
La Dépêche d'Abidjan



Tribune
Notez

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correct et d'éviter des affirmations sans preuves.





Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 8 Juillet 2020 - 20:07 La Turquie a-t-elle colonisé la Libye?

Actualité | Opinion | Contributions | Zouglou Feeling | Vidéos | People | Reportages | Tribune | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Économie | Tourisme - Voyages | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN | Espace Kamite



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 18/05/2018 | 2370 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 12/12/2017 | 3090 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 11/07/2017 | 2048 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 27/04/2016 | 5159 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 24/10/2015 | 44023 vues
33333  (36 votes) | 14 Commentaires
La Dépêche d'Abidjan | 12/05/2015 | 3426 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 04/01/2015 | 5601 vues
00000  (0 vote) | 3 Commentaires