Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

La Dépêche d'Abidjan

LA LIBERTÉ D'INFORMER









Ouattara et la stratégie de la diversion


Ouattara et la stratégie de la diversion
À Abobo, quartier situé au Nord d'Abidjan, des jeunes s’attaquèrent, le mercredi 19 mai 2021, à des Haoussas du Niger et à leurs biens. C’est une jeune fille qui, quelques heures plus tôt, mit le feu aux poudres. Prenant prétexte d’une vidéo tournée il y a 2 ans au Nigeria, Nawa Fofana, militante du RDR et présente sur Facebook sous le pseudonyme “Succès”, fit d’abord croire que les gens molestés dans cette vidéo étaient des Ivoiriens et que la scène se déroulait au Niger. Elle appela ensuite “Boussoumani” (déformation de Bushmen ou gens de la forêt), partisans de Laurent Gbagbo et “Dioulas” (Le dioula n’est ni une ethnie ni une langue) à ne pas laisser impuni ce que leurs compatriotes avaient enduré au Niger. Avant la fin de la journée, chacun s’aperçut toutefois que Nawa Fofana avait menti et manipulé les esprits faibles. Ce sont ces esprits faibles qui causèrent des dégâts dans la communauté haoussa et au-delà car des magasins appartenant à des Ivoiriens d’Adjamé, de Yopougon ou de la Riviera auraient également fait les frais de cette barbarie. Aux dernières nouvelles, la jeune fille qui incita à la chasse aux Haoussas aurait été arrêtée et condamnée à 5 ans d’emprisonnement ferme. En attendant que les fins limiers de la police mettent la main sur les jeunes coupables de blessures et de vols, beaucoup à Abidjan se posent les questions suivantes : À qui profite le crime ?

Les Microbes sont réputés agresser et tuer d’honnêtes citoyens pour voler leur argent ou bijoux. Ils ont coutume de sévir à Adjamé, à Yopougon et dans d’autres quartiers d’Abidjan. Bien que leur parrain, Hamed Bakayoko soit décédé, ils bénéficient toujours de la protection du pouvoir. Ces enfants/adolescents drogués et violents, de nombreux témoins affirment les avoir vus en train de poursuivre des Haoussas avec des couteaux et des gourdins. Pour ces témoins, il ne fait donc l'ombre d'aucun doute que c'est le Rassemblement des Républicains (RDR) qui est derrière les violences et pillages subis par les Haoussas, le 19 mai dernier. Ils ajoutent que le RDR, qui s’est toujours présenté comme le défenseur des étrangers contre les affreux “Ivoiritaires”, ne les soutient plus. Ils croient surtout que, si le RDR a laissé ses partisans se déchaîner contre les Haoussas d’Abidjan, c’est uniquement pour faire oublier 3 déconvenues.
La première est l'acquittement et le retour de Laurent Gbagbo dans son pays. Le RDR avait juré ses grands dieux que l'ancien président serait condamné par la Cour pénale internationale (CPI) et qu'il mourrait en exil comme le Guinéen Samory Touré, Béhanzin, le roi du Dahomey, et l’Ivoirien Kadjo Amangoua. L’acquittement définitif de Laurent Gbagbo est à la fois un cinglant camouflet infligé à Ouattara qui pensait tourner la page Gbagbo en transférant celui-ci de la prison de Korhogo à La Haye le 30 novembre 2011 et une humiliation pour la France qui magnifie les résistants sur son sol mais les diabolise en Afrique;
2) Le second revers est la pénurie d'eau et d'électricité. Le 28 février 2011, quand le pays faisait face à des coupures de courant et d’eau, Ouattara ne trouva pas de mots assez durs pour critiquer le régime de Laurent Gbagbo. Tout en accusant l’ex-président d’incompétence, il se permit même de dire qu’il ferait mieux s’il arrivait au pouvoir. Quand on prétend être le plus compétent, quand on se dit capable de faire ce que les autres n’ont pu faire, on n’annonce pas que le délestage prendra fin en août 2021.
3) La troisième gifle est la découverte par le peuple ivoirien de la nudité du roi, de son incapacité à gérer un État. Ouattara s'était présenté comme la solution. Les Michel Camdessus et autres petits flagorneurs-profiteurs ne tarissaient pas d’éloges à son endroit avant son installation au pouvoir par Nicolas Sarkozy. Aujourd'hui, tout le monde se rend compte que non seulement il n'a pas de solution aux problèmes des Ivoiriens mais qu'il fait partie de leurs problèmes. Est ainsi brisé le mythe de l’économiste qui aurait relevé l’économie de certains pays tels que le Japon et qui promettait de faire de la Côte d’Ivoire un pays émergent en 2020;

Lorsque les carences, limites et mensonges d’un individu sont mis à nu, comment réagit-il ? Que fait-il pour rebondir ? Il fabrique un faux problème (des Ivoiriens maltraités au Niger) pour masquer un vrai problème (la pénurie d’eau et d’électricité dans le pays, l’incompétence et la médiocrité de ceux qui sont au pouvoir). C’est ce que Pierre Bourdieu (1930-2002) appelle “le fait-diversion”. C’est un concept qu’il forgea à la fin des années 1990. Pour le sociologue français, “les faits divers, ce sont aussi des faits qui font diversion [dans la mesure où] le fait divers est cette sorte de denrée élémentaire, rudimentaire, de l’information qui est très importante parce qu’elle intéresse tout le monde sans tirer à conséquences et qu’elle prend du temps, du temps qui pourrait être employé à dire autre chose”.  Selon lui, lorsqu’un régime accorde plus d’importance à un événement qu’à un autre, l’objectif est de “cacher en montrant autre chose que ce qu’il faudrait montrer si on faisait ce que l’on est censé faire, c’est-à-dire informer” (cf. ‘Sur la télévision’, Liber éditions, 1996). Sylvain Timsit abonde dans le même sens quand il écrit : “En mettant l’accent sur les faits divers, en remplissant le temps avec du vide, du rien ou du presque rien, on écarte les informations pertinentes que devrait posséder le citoyen pour exercer ses droits démocratiques.  En politique, la diversion est l'une des formes de manipulation et de contrôle social les plus fréquemment utilisées. Elle permet, à peu de frais, de détourner l'attention du plus grand nombre des problèmes sociaux importants et des réformes préparées par les élites politiques et économiques” (cf. S. Timsit, ‘Stratégies de manipulation’, 2002, www.syti.net).

Ce que j’ai essayé de démontrer dans ces lignes, c’est que des personnes mal intentionnées, en utilisant une vidéo tournée au Nigeria pour faire croire que des Ivoiriens avaient été attaqués au Niger, ce qui poussa des voyous et des drogués à vandaliser les magasins des Haussas d’Abidjan, voulaient non seulement manipuler mais faire diversion. Laquelle diversion a pour but de détourner l’attention d’un vrai problème et de focaliser l’attention sur un faux problème. Un régime en difficulté peut créer un problème de toutes pièces dans le seul but de distraire la population, de détourner son attention des vrais problèmes. Cela ne peut marcher tout le temps car la réalité rattrape toujours ceux qui voulaient la faire oublier. On ne détourne pas indéfiniment l’attention des gens de ce qui les fait souffrir. On ne confisque pas pour toujours leur prise de conscience. Un jour, ils se réveillent et ils agissent comme un fleuve qui a rompu ses digues. Et puis, détourner momentanément l’attention des gens d'un problème réel ne signifie pas que ce problème n'existe plus. Après l’émotion suscitée par les violences contre les Haussas, les populations ivoiriennes continuent de manquer d'électricité et d'eau. Et leur calvaire durera quatre mois, semble-t-il. C’est une honte pour un homme qui déclarait que cinq ans au pouvoir lui suffisaient pour que la Côte d’Ivoire retrouve son lustre d’antan. Un tel homme, il n’est pas nécessaire d’attendre 2025 pour le dégager. Mais nos syndicats, partis d’opposition et mouvements de la société civile le désirent-ils ? Jusqu’où sont-ils capables d’aller dans leur solidarité avec le peuple humilié, opprimé et appauvri ?

Jean-Claude DJÉRÉKÉ
Jeudi 27 Mai 2021
La Dépêche d'Abidjan



Opinion
Notez

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correct et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Opinion | Contributions | Vidéos | Zouglou Feeling | People | Reportages | Tribune | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Tourisme - Voyages | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN | Espace Kamite



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 10/07/2020 | 3311 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 06/02/2020 | 1751 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche D'Abidjan | 04/05/2011 | 3157 vues
11111  (1 vote) | 0 Commentaire