Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

« Ouattara est inéligible à la présidentielle de 2015″, selon Faustin Kouamé, ex-Garde des Sceaux sous la présidence de Konan Bédié


Me Faustin Kouamé, ex-Garde des Sceaux sous la présidence de Konan Bédié.
Me Faustin Kouamé, ex-Garde des Sceaux sous la présidence de Konan Bédié.
Me Faustin Kouamé, ex-Garde des Sceaux, ministre de la justice sous Henri Konan Bédié, a déclaré, jeudi, ‘’ Alassane Ouattara inéligible, en l’état actuel ’’ à sa propre succession, aux élections présidentielles de 2015 en Côte d’Ivoire.
Le ministre Faustin Kouamé s’exprimait, à la cérémonie de présentation à la presse de son ouvrage » Elections du Président de la République en Côte d’Ivoire 1993-2010, Espoirs, dérives, droit et antidroit » à paraître le 8 août prochain.
Selon le juriste, le chef de l’Etat ‘’ candidat à titre exceptionnel à l’élection de 2005 » suite à une décision du 5 mai 2005 du ‘’président Gbagbo » ne peut l’être encore ‘’ en l’absence d’un référendum modifiant la constitution ».
‘’ En effet, tandis que l’article 35 de la Constitution dispose clairement que le candidat élu président de la République est rééligible une fois, la décision du 5 mai 2005, contrairement, à l’esprit de Pretoria qui entendait régler les obstacles à l’éligibilité présidentielle de façon durable et en harmonie avec l’article 35 de la Constitution, par l’adverbe uniquement , exclut le bénéfice de ses dispositions dérogatoires pour le second mandat éventuel des Marcoussistes » qui en ont bénéficié à l’occasion de la présidentielle d’Octobre 2010 », explique-t-il.
Poursuivant, l’ex-Garde des Sceaux affirme mettre ‘’quiconque » au défi de lui prouver le contraire. ‘’S’il se trouve un juriste pour dire au Président Ouattara qu’il est éligible, c’est qu’il est soit aveugle soit ignorant soit qu’il attend quelque chose de M. Ouattara ».
L’ouvrage de 423 pages parle de la vie politique ivoirienne d’un ‘’point de vue institutionnel », de la fin 1993, année du décès du premier Président ivoirien Félix Houphouët-Boigny à l’année 2010, date de la dernière élection présidentielle, précédée d’une ‘’rébellion armée déclenchée le 19 septembre 2002 » qui plongea la Côte d’Ivoire dans une ‘’crise institutionnelle et politique sans précédent ».
Selon l’auteur, les hésitations, incohérences et dérives des organes et institutions gérant l’élection présidentielle, notamment, le Conseil Constitutionnel, au second tour de scrutin du 28 novembre 2010 de cette élection ‘’ dite de sortie de crise » provoquèrent ‘’paradoxalement » une grave crise postélectorale, faisant du pays une République ‘’bicéphale » avec deux présidents pendant presque six mois.
‘’ C’est le Conseil Constitutionnel version 2010 qui a précipité la Côte d’Ivoire dans la crise postélectorale qu’elle a connue » accuse l’ancien ministre de la justice.
Me Faustin Kouamé, tirant les enseignements de l’élection présidentielle d’octobre 2010, émaillée de » manipulations électorales sans garantie » où rivalisaient ‘’ habilement » mais ‘’insidieusement », ‘’méprises juridiques et apologie de l’antidroit au détriment du droit », consacre le dernier titre du livre à des propositions.
Au titre de ses réformes, Me Kouamé propose le ‘’report de l’élection présidentielle d’octobre 2015 à octobre 2016 » afin de prévenir, selon lui, un ‘’ éventuel blocage institutionnel », la ‘’ consécration de la double Vice-présidence et d’un poste de Vice-Premier ministre ».
Les postes de deuxième Vice-président et du Vice-Premier ministre devant être dévolus de plein droit à l’opposition « majoritaire » issue de l’élection présidentielle ou à l’opposition dans sa globalité », estime Me Faustin Kouamé.
En définitive, l’auteur préconise des ‘’réformes institutionnelles consensuelles, en dehors de toute ‘’considération partisane et politique », en sorte qu’elles puissent ‘’apporter malgré les dérives, excès du passé et la présence de douleurs encore vives dans les cœurs et dans les corps, espoir et paix sociale durable » en Côte d’Ivoire.

Source : APA
Samedi 2 Août 2014
La Dépêche d'Abidjan



Actualité
Notez


1.Posté par Akossia Pierre le 02/08/2014 22:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Nous remercions l’ivoirien Faustin Kouamé de rappeler qu’Alassane Dramane Ouattara n’est pas un citoyen ivoirien d’origine, donc, il est inéligible à de multiples raisons.

En 2005, pour satisfaire la France par contraintes, Alassane Dramane Ouattara à titre exceptionnel, le président de la république Laurent Gbagbo a octroyé à cet étranger malfaisant de pouvoir se présenter aux élections présidentielles.

Comme la Côte d’Ivoire est un pays souverain et démocratique, on se demande pour le second mandat, le mossi DAWA va-t-il s’autoproclamer ? Ou alors, va commencer à vouloir nous tuer tous ?

C’est ce qu’on va voir !

Vive l’article 35 de la constitution de la Côte d’Ivoire !

2.Posté par Akossia Pierre le 03/08/2014 00:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La dérision dans cette affaire électorale régit de l'abrutissement d'un voltaïque, non seulement il n'est pas passé au second tour, ni avoir gagné les élections présidentielles, et pire encore, ce n’était qu’un candidat par dérogation, c'est-à-dire par une violation exceptionnelle de notre constitution, malgré cet effort pour lui, il nous emprisonne, il nous tue, il nous vole.

Un individu quelconque non conforme aux règlements de la loi du pays. Tout en lui, est arbitraire à la constitution.

Toujours, dans la tricherie, une falsification permanente, homme public amoral. Aucune normalité dans les décisions de ce mossi DAWA en toute circonstance.

On l’aura !

3.Posté par Akossia Pierre le 03/08/2014 20:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Alassane Dramane Ouattara vient de se faire attraper par son mensonge de falsificateur. Voici ce qu'il dit : Cet homme qui se dit ivoirien prévoit modifier l’article 35 de la constitution avant les élections de 2015.

En vertu de quoi, tu changerais la constitution si tu es ivoirien ? Puisque tu as ta mère ivoirienne et ton père ivoirien, tu n'as pas besoin de modifier l'article 35 pour te présenter cher mossi.

Il ne réfléchit même pas quand il prend ses décisions.

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correct et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Opinion | Contributions | Zouglou Feeling | Vidéos | People | Reportages | Tribune | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Économie | Tourisme - Voyages | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN | Espace Kamite



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 25/05/2020 | 1216 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 12/03/2020 | 2481 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 17/02/2020 | 1503 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 13/02/2020 | 1638 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 06/02/2020 | 3127 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire