Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan









Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

BLOCO - COUPER, DÉCALER

03/11/2017 - La Dépêche d'Abidjan

BLOCO - ON VA OÙ ?

20/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOIRÉE CARITATIVE AU PROFIT DES ORPHELINATS D'AFRIQUE

03/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

LOGOBI STYLE - "ICI, C'EST ABIDJAN"

22/09/2017 - La Dépêche d'Abidjan

YODÉ ET SIRO - ASEC - KOTOKO

22/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOUM-BILL EN CONCERT À PARIS - EXTRAIT 2

11/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOUM-BILL EN CONCERT À PARIS - EXTRAIT 1

10/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

AU CONCERT DE SOUM-BILL, LE 05 AOÛT 2017, À PARIS

09/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

MAGA DINDIN - A CAPPELLA

30/06/2017 - La Dépêche d'Abidjan

DIDIER BILÉ - "N'OUBLIEZ PAS"

17/04/2017 - La Dépêche d'Abidjan

ZOUGLOU FEELING (DOCUMENTAIRE) - EXTRAITS

21/02/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Magic System au Festival RAÏ NB Fever - Bercy 2009

20/11/2015 - La Dépêche d'Abidjan

PETIT DENIS : APPELEZ-MOI "EL CAPO"

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan








L’ORIGINE DE LA FÊTE DE NOËL (PAR CHEIKH ANTA DIOP)

29/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

10 mars 1893 - Naissance de la Côte d'Ivoire

26/08/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Laurent Gbagbo dans le tourbillon du Golf de Guinée.

27/09/2015 - La Dépêche d'Abidjan

HISTOIRE - Le premier instituteur ivoirien

08/07/2014 - La Dépêche d'Abidjan

ON NE FAIT RIEN AVEC / JOSEY


ON NE FAIT RIEN AVEC / JOSEY
Cette jeune dame fredonne des notes musicales écrasées pour les rendre sous un timbre particulier. Son timbre vocal illumine de sa beauté les cœurs comme un rayon de soleil créant des colorations verdâtres sur les palmes des palmiers. Sa chaleur couverte d’une résonance nasale douce suscite des spasmes musicaux engendrant des désirs passionnels. N’est-ce pas aussi l’effet de ses rondeurs paraissant appétissantes à vu d’œil qui affolent tant les cœurs? Quand on sait que le métier du chant prend en compte posture, voix y compris les artifices qui l’entourent, inutile de se poser de tas de questions. Cependant l’on ne peut pas mettre sa langue dans la joue en ignorant ce qui est visible. Ce qui précède n’est nullement une caution décernée à quiconque frémit au moindre vibrato du timbre vocal de cette dame agitant les cœurs comme les murmures des vents font bouger les feuilles endormies dans une fébrilité durant les aubes hivernales. Pour l’histoire, un artiste aux appétits féministes très prononcés avait parodié le nom d’une dame de même résonnance que celui de l’artiste dont il est question. Cet artiste aurait passé de tendres insomnies pendant de longues nuits de cogitations passionnelles en versant quelques belles strophes musicales sur les parcelles des mamelles d’une jeune fille qui portait ce nom de même résonnance à la différence que son orthographe, n’est pas la même. Jean Baptiste Zibodi s’était écrié, transi de joie face à la beauté d’une certaine Josée en la chantant à haute voix. Ceux qui ont pu voir cette perle rare, la couvrent d’éloges de beauté aux allures d’une pluie ravageuse rentrant partout, n’épargnant aucun espace verdoyant jouissant d’une virginité. Voilà que quelques années plus tard, une dame nommée Josey, à la voix contemplative aux notes musicales pucelles remet le couvert. Avec charme vocal, elle se met au devant du pupitre musical pour arroser les chaumières au travers des notes musicales d’alunage à rendre médusées les petites voix à petites tonalités musicales. Sans donner dans une diversion littéraire tendant à remplir les pages, cette dame a tous les atouts : physiques et moraux pour encenser la voix épelée en faisant languir toutes sortes de passions qui s’enflamment dès les premières notes de sa voix. Car, loin des bourdonnements mélodiques qui se plaignent d’être logés à la mauvaise enseigne, la voix de Josey vient de se frayer une voie parsemée de belles notes musicales écrasées à résonance nasillarde ne laissant personne indifférent au travers desquelles, elle livre ce message : (…) Il djafoule sur moi dans le quartier/Toi tu dja dans ma maison/Et puis tu djô dans mon jeton/Tu me dis que toi tu es beau/Tu peux avoir les gos que tu veux…/Tes amis se battent pour essayer de travailler, pour se marier/Toi tu comptes sur ta beau…/Entende qui veut cogiter et aurait semé des grains de convoitise passionnelle dans le jardin de Josey. Attention donc aux cœurs qui tanguent à la moindre apparition d’une brise vocale frémissante. Car, les notes musicales de Josey bien qu’étouffées par un timbre à résonance nasillarde, indexent un être logé à la deuxième personne du singulier. Au travers de cette clarté narrative, qui donc joue des toupies danseuses et de suroît fait voir de toutes les couleurs à la fille à la voix et aux mensurations sublimées au figuré comme au propre attirant les regards intrus? Est-ce cela qui vaut à Josey d’accoucher de cette phrase (on en fait rien avec ça) à teneur provocatrice laissant les cœurs qui s’affolent pantois sur les partitions musicales? Cette dame, ne cherche-t-elle pas à remettre son cœur à l’endroit en commençant par son environnement immédiat? Par le passé, les étoiles de certaines chanteuses, ont perdu aussitôt de leur brillance pour avorter dans l’œuf étant entendu qu’elles étaient suivies de près comme de loin par une ombre protectrice épiant tout geste. Elles ont eu une carrière abrégée alors qu’elles avaient de l’or mélodique accroché à leur aura étouffé par la passion charnelle! Les notes voilées de : on ne fait rien avec ça de notre Josey nationale, ne chantent-elles pas aussi de façon voilée son agacement? Auditrices et Auditeurs de Fréquence 2, ne versez pas des grains de sable dans mon attiéké acheté au prix fort avec mon togo garba après avoir cassé drap sur vasco. Mais, tant que Josey continuera d’inonder de sa voix suave toutes les scènes musicales, pour sûr, il y a quelque chose qui peut faire autre chose avec son : on ne rien avec ça, d’autant plus qu’il y a des contre-chants qui dressent les auteures de ce genre de romances. Voilà donc la teneur du message que le commandant de bord du Carrefour Weekend, me charge de lire dans une tonalité passionnelle sur les antennes sensuelles de l’Autre Face de la Mélodie.

Valen Guédé
Valen_guede@yahoo.fr

Samedi 24 Janvier 2015
La Dépêche d'Abidjan



Arts et Cuture
Notez

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correcte et d'éviter des affirmations sans preuves.




Opinion | Actualité | Interviews | Contributions | Vidéos | Zouglou Feeling | People | Reportages | Tribune | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Économie | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 29/12/2015 | 2339 vues
00000  (0 vote) | 1 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 17/10/2015 | 1903 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 12/04/2015 | 1587 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 24/02/2015 | 2779 vues
00000  (0 vote) | 1 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 21/02/2015 | 2377 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 12/01/2015 | 1779 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 22/11/2014 | 1569 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 15/11/2014 | 1990 vues
00000  (0 vote) | 1 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 30/08/2014 | 1978 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire



Facebook

Partager ce site