Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

La Dépêche d'Abidjan

LA LIBERTÉ D'INFORMER









Non au 3ème mandat, Monsieur Dramane Ouattara !

La constitution ivoirienne interdit à quiconque de briguer un 3ème mandat. Dramane le sait. Cependant il s'est autoproclamé candidat et s'est fabriqué un statut de "président" artificiel. Il séquestre des opposants, ses otages et exige qu'en échange de leur libération, que le peuple accepte et applaudisse sa forfaiture de constitution violée. Peine perdue !


Alassane Dramane  Ouattara, le 05 mars 2020 à Yamoussoukro : "J’ai décidé de ne pas être candidat à l’élection présidentielle de 2020".
Alassane Dramane Ouattara, le 05 mars 2020 à Yamoussoukro : "J’ai décidé de ne pas être candidat à l’élection présidentielle de 2020".
Oui les membres de son syndicat, l'ONU et ses succursales types Ua, Cedeao, Uemoa et consorts dont il est adhérent, l'ont reconnu, puisqu'il y cotise. Mais il sait que cette reconnaissance extérieure n'est que factice. Pour être dépositaire du pouvoir légitime, il faut avoir l'onction du peuple souverain. Dramane ne l'a pas. Il en pâtit. Car pour les Ivoiriens, il n'est plus président depuis le 31 octobre 2020.

Dramane implore la France pour sa forfaiture.


Sacré Dramane ! Il se croit tellement intelligent qu'il insulte celle des autres. Peut-être que dans sa bêtise pense-t-il que ces derniers sont dépourvus de cerveaux. Il a refusé hier de rencontrer ceux qui souhaitaient prévenir la situation de chaos dans laquelle le pays se trouve aujourd'hui. Autoproclamé président de pacotille de sa République de narcotrafiquants et de microbes, il se croit soudainement en position de force pour dicter sa volonté à la grande majorité du peuple éburnéen qui le vomit.

Homme de mauvaise foi, il feint de ne pas comprendre pourquoi les citoyens inondent les rues. Et pourtant pour l'aider, les manifestants agitent des pancartes - "Non au 3ème Mandat - Ado Assassin du Peuple dehors - Non au viol de la Constitution - Libération des prisonniers politiques" etc.

Les Ivoiriens lui disent qu'il ne peut pas être président de leur pays, car les constitutions successives dont celle qu'il a traficotée lui-même en 2016 limitent le nombre de mandats à deux. Que lui, le faussaire est forclos dans sa candidature. Pas de troisième mandat. Il demeure sourd et aveugle à ces revendications qui exigent son départ. Dans son délire il clame vouloir composer un gouvernement de large union nationale."

Pendant ce temps, ses milices privées, ses microbes, ses tontons macoutes sèment la terreur. Il ne comprend pas que le peuple ne désarme pas malgré les atrocités des assassinats perpétrés par ses milices. Pour la réussite de son forfait, il implore la France avec à la clef des contrats juteux. - Aéroports, ports, ponts à péage en plein centre d'Abidjan etc. -

La sortie hasardeuse du français Le Drian.

Force est de constater que la France semble plus préoccupée par la sauvegarde de ses intérêts dans ses anciennes colonies que par le respect des droits de l'homme. Si tel n'était pas le cas, comment expliquer que le ministre Le Drian puisse déclarer le 10 novembre 2020 que :

" Le règlement des différends auquel j'invite le régime Ouattara et l'Opposition doit se faire dans le respect du cadre constitutionnel et dans le respect de l'état de droit."

Pourquoi ce type donne-t-il des ordres "doit se faire ". Où était-il quand Dramane violait la constitution pour briguer un mandat anticonstitutionnel. La France officielle n'ignore pas que Dramane piétine les droits fondamentaux des citoyens et qu'il n'a aucune limite dans sa folie de dictateur invétéré. Pourquoi la France n'a t-elle jamais rien dit.

La France mesure l'ampleur des dégâts causés par son poulain qui risquent d'exacerber des sentiments antifrançais en Eburnie, peut-être est-ce la raison de la sortie inappropriée et hasardeuse du français Le Drian.

L'opposant Fayulu traite Le Drian de "guignol".

La prise de position du ministre Le Drian ressemble à son ingérence, mettant en cause la véracité des résultats proclamés par la Centrale électorale de la RDC donnant Félix Tshisekedi vainqueur de l'élection présidentielle du 30 décembre 2018. Il soutenait que c'était Fayulu le vrai vainqueur car,

"la Conférence Épiscopale des Evêques du Congo a fait des vérifications et a annoncé des résultats qui étaient totalement différents.....Que la clarté soit faite sur ses résultats....Monsieur Fayulu était a priori le leader sortant ".

Le goupillon au secours de l'acacia, quelle triste association ne ferait-on pas pour sauvegarder des intérêts. Ce même Fayulu, déconcerté par le volte-face du ministre français, le traitera le 13 juin 2019 de "guignol", car entre temps en février de la même année, Le Drian avait retourné sa veste et reconnu la victoire de Tshisekedi.

Il en résulte par conséquent que les ivoiriens ne doivent compter que sur leur propre détermination pour se libérer.

Dramane prend des otages comme monnaie d'échange.

Son monde s'écroule et avec, son impunité. Affolé il veut dialoguer, discuter avec l'opposition dans un cadre prétendu constitutionnel. Pour se prémunir contre tous désagréments, il a pris des opposants en otage pour s'en servir comme un bouclier ou une monnaie d'échange.

L'obtention du passeport du Président Gbagbo, les libérations de Guikahué, d'Affi et de ceux qui sont détenus arbitrairement dans sa Dst déshumanisante, cette sorte de Stasi, constituent des éléments de chantage. "Vous me reconnaissez comme président et je les libère et je résous immédiatement le problème du passeport." Gonflé, le Dramane ne manque vraiment pas d'air !

La goutte de trop.

Nous y sommes et on ne peut plus reculer. Dramane doit rendre le pouvoir dont il s'est accaparé frauduleusement depuis 2010 grâce à la France de sarkozy. Nous nous trouvons à la croisée des chemins. Le peuple ivoirien a choisi le sien. Se battre pour le respect de l'ordre constitutionnel.
Il a été surpris que le peuple exige son départ, lui rappelant que trop c'était trop et que le viol de la constitution du pays constituait cette goutte d'eau que le vase ne pouvait plus contenir.

Dramane n'a fait que tromper tout le monde de tout temps. À cet égard, il symbolise le scorpion d'Esope.

Le scorpion d'Esope.

Dramane semble être mu par des comportements irrépressibles, compulsifs, mensongers comme ce scorpion qui supplia une grenouille de le faire traverser une rivière sur son dos, en promettant de ne pas la mordre. Au milieu de la rivière, il mordit son bienfaiteur. Quand l'aiguillon pénétra mortellement dans sa chair, la grenouille voulut comprendre le comment et le pourquoi de cette ingratitude. Le scorpion lui répondit "c'est dans ma nature". Les comportements passés et actuels de Dramane ne font que ressortir son inclination à l'ingratitude, aux mensonges et à la traîtrise.

Les grenouilles mordues par ce type sont nombreuses dans le paysage politique ivoirien, à commencer par ceux qui comme Soro Kigbafori l'ont porté sur leurs dos durant sa longue traversée du désert. Le temps a fait son effet et ceux qui, pour diverses raisons le portaient pour lui éviter un péril certain, ont découvert l'égoïsme, l'arrogance, la malhonnêteté et la fausseté du personnage.

Ils ont donc décidé de le quitter et surtout de le combattre pour mettre fin à la dangereuse aventure dans laquelle il entraîne le pays. Ce combat ne peut se mener malheureusement sans engendrer des pertes en vies humaines et c'est regrettable.

Le sacrifice.

Chasser un scélérat requiert l'acceptation de sacrifices. Eh oui c'est dur, le peuple doit affronter les milices privées de Dramane et une partie corrompue de l'armée. Des morts probablement et c'est pénible, mais c'est le tribut à payer pour vaincre une dictature. On ne peut pas en faire l'économie, car c'est à ce prix que se trouve la libération de la patrie. Les personnes qui ont entretenu les dictatures les plus féroces ont toutes été vaincues Mobutu au Zaïre, Dada en Ouganda, Duvalier à Haiti avec ses tontons macoutes, Ben Ali en Tunisie. La liste des dictateurs défaits par leurs peuples est longue. Dramane devrait le méditer.

Le dialogue une fausse bonne idée.

Conscient que sa perte est inéluctable et qu'il ne s'agit que d'une question de temps, il veut dialoguer. Mais sous quel statut. Le dialogue constitue une arme pacifique qui sert à régler les conflits entre gens civilisés et surtout de bonne foi.

Mais avec Dramane la bonne foi ne peut qu'être chimère, car cet homme vit dans le reniement et le mensonge permanents. L'homme est indigne de confiance, tant il s'est parjuré. Tous ceux avec lesquels il a été en affaires, il les a tous trahis. Il cherche donc à gagner du temps car les faits ci-dessous n'encouragent pas à discuter avec lui.

I - Konan Bédié apporte son soutien à Alassane Ouattara le 17 septembre 2014 à condition qu'en 2020, que le candidat soit issu du PDCI et soutenu par le rdr.

Malheureusement en 2020, Dramane a lâché Bédié en jurant qu'il ignorait totalement cette histoire d'alternance.

II- Dramane déclare devant son congrès le 05 mars 2020 à Yamoussoukro. "(...) J’ai toujours accordé une importance (...) au respect de mes engagements. (...) J’ai décidé de ne pas être candidat à l’élection présidentielle de 2020 ".

Il recevra à ce titre les félicitations du président français Macron en ces termes. (...) " Je salue la décision historique du président Ouattara, homme de parole et homme d’État, de ne pas se présenter à la prochaine élection présidentielle. Ce soir, la Côte d’Ivoire donne l’exemple ".

Pour la décision historique et l'homme de parole qui donneraient l'exemple, il faudra repasser. Sacré Dramane !

Car le jeudi 06 août 2020, AlassaneOuattara fait volte-face et annonce sa candidature. Et pourtant, le "président" Dramane Ouattara voulait transférer le pouvoir à une jeune génération.

Comment peut-il être possible de faire confiance à une telle personne dans un cadre de recherche de paix par le dialogue, quel crédit accordé à la parole d'un menteur pathologique ? Il en résulte que l'idée de dialogue ne peut qu'être qu'une fausse bonne idée. En revanche continuer la lutte par tous moyens jusqu'au départ de Dramane constitue la seule et unique voie.

Pensons plutôt à ceux qui sont tombés pour continuer la lutte.

La noblesse et la justesse du combat symbolisé par la désobéissance civile active sont établies. Il faut l'amplifier pour rétablir l'ordre constitutionnel violé et surtout pour que les nombreux morts pour la défense de cette cause ne le soient pour rien. La lutte doit donc se poursuivre car ceux qui sont morts pour la cause ne comprendraient pas notre abandon.

Le dialogue certes, mais il ne peut s'instaurer que si le statut de Dramane est bien défini. Il doit renoncer au statut de "président" qu'il s'est auto fabriqué. Et accepter de venir à la table de cette négociation si elle a effectivement lieu, sans qu'il se dresse sur ses petits ergots de président autoproclamé.


Une Contribution de T. Briga


Dimanche 6 Décembre 2020
La Dépêche d'Abidjan



Opinion
Notez

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correct et d'éviter des affirmations sans preuves.




Opinion | Actualité | Contributions | Zouglou Feeling | Vidéos | People | Reportages | Tribune | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Tourisme - Voyages | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN | Espace Kamite



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 22/09/2021 | 938 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 25/06/2021 | 1325 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 10/07/2020 | 3470 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 06/02/2020 | 1928 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche D'Abidjan | 04/05/2011 | 3309 vues
11111  (1 vote) | 0 Commentaire