Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

La Dépêche d'Abidjan

LA LIBERTÉ D'INFORMER









Niangon - près de 3 mois après le crime: Les présumés tueurs du patron des bars climatisés « Facebook », arrêtés à un anniversaire


Cruel destin pour Sourabié Christian Bernard, arraché à l'affection des siens à l'âge de 33 ans, par des criminels.
Sourabié Christian Bernard, promoteur et gérant des bars climatisés dénommés « Facebook », tué à Yopougon-Cité verte, peut à présent dormir dans la paix du Seigneur.
En effet, deux mois et demi après son meurtre, des individus, qui en seraient les auteurs, ont été arrêtés. C'était dans la nuit du samedi 24 au dimanche 25 août 2013, dans un maquis, au sous quartier « Lièvre Rouge », à Yopougon-Niangon. Selon nos sources, cette nuit-là, au nombre des clients de ce maquis, sont assis à une table, quatre hommes et deux jeunes dames. Ils avaient avec eux, un bébé. Ce bout de choux était à l'honneur. Vu que c'est son anniversaire qui était célébré. Mais quelques instants après, la fête va se gâter.
En effet, les quatre hommes, formellement identifiés par des témoins comme étant les tueurs de Sourabié Christian Bernard, sont appréhendés par la police qui, sur information, effectue une descente au maquis en question. Les présumés meurtriers sont M. Méto, S. A. Yannick, Kpéhé L. et D. K. Nabel, tous des Ivoiriens. Ils sont conduits au commissariat de police du 17ème arrondissement.
Interrogés, à en croire nos sources, ils disent n'être ni de près, ni de loin, impliqués dans le crime. Ils revendiquent plutôt un statut d'honnêtes citoyens. N'empêche, hier lundi 26 août 2013, ils sont mis à la disposition de la Police criminelle pour continuation d'enquête.
Pour rappel, dans la nuit du dimanche 9 au lundi 10 juin 2013, à Yopougon, aux environ 2h du matin, Sourabié Chistian Bernard, le patron des bars climatisés dénommés « Facebook », rentrait à son domicile après son job. Domicile situé à l'arrière de la pharmacie « Maty », non loin de la cave dénommée « Valdo », servant également de bar climatisé. C'est là, malheureusement, qu'il tombe sur quatre quidams qui venaient justement d'attaquer le bar climatisé.
Et ces criminels, sans autre forme de procès, l'abattent à bord de son véhicule. La vie pour le malheureux, qui n'espérait qu'un repos réparateur, s'arrête donc là, de façon tragique. A seulement un jet de pierre de son logis.

Madeleine TANOU
In Soir Info

Mercredi 28 Août 2013
La Dépêche d'Abidjan



Faits et Méfaits
Notez

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correct et d'éviter des affirmations sans preuves.




Politique | Interviews | Faits et Méfaits | En Région | Société