Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

NIKWES (Artiste Chanteur) : "La dépression a emporté beaucoup d'artistes faiseurs de Nawadance "

Membre créateur de Nawadance, danse originaire de la ville de Divo, Nikwes est désormais un chantre de l'Éternel. Bien que converti en Christ, l'artiste garde encore ses pieds dans la Nawadance qui a fait les beaux jours des mélomanes ivoiriens en particulier et ceux du Loh Djiboua, dans les années 90. Pour le repositionnement de ce rythme, Nikwes et ses autres compagnons préparent un grand événement qui aura lieu bientôt dans la ville de Divo. Nous l'avons rencontré. Dans cette interview, l'enfant du Djiboua revient sur les raisons qui sont à l'origine de la disparition de cette danse, et nous donne les détails sur l'événement qu'il prépare.


NIKWES (Artiste Chanteur) : "La dépression a emporté beaucoup d'artistes faiseurs de Nawadance "
Que deviennent les différents groupes qui pratiquaient la Nawadance, ce rythme qui a fait la fierté de la ville de Divo?

Merci de nous donner l'occasion de parler de notre patrimoine musical qui est la Nawadance. Il faut dire que beaucoup de groupes et artistes faiseurs de ce rythme sont encore là. D'autres par contre ne sont plus de ce monde à cause de nombreux problèmes qu'ils ont rencontrés. Il y en a qui sont décédés à cause de la dépression pendant que d'autres se sont retrouvés au village. Sinon, les mélomanes ivoiriens ont tous connu les Nawayou, Nawaday's, Fazolozo, Sénateur 1er, Miky's, Camus BB, Noyou et moi même Nikwes qui vous parle.

Alors, quel est le véritable problème de tous ces artistes et groupes que tu as cités ?

Ces artistes qui ont fait la fierté du Loh Djiboua à un moment donné n'ont jamais eu de soutien de la part des cadres de la region. Je suis bien placé pour le dire. On s'est toujours débattus seuls comme on peut, pour avancer tant bien que mal,.mais la musique, sans bon et grand soutien ,est vaine. On a crié, fait appel à des personnes pour relancer ce mouvement, mais en vain. Que ce soit dans la Production d'oeuvres, la promotion ou le financement des projets événementiels, culturels , on n'a eu aucune oreille attentive de nos parents de Divo.
Plus grave, ces artistes n'ont jamais été associés aux manifestations culturelles de la région. Même les autorités de la ville ne nous associent pas aux grands rendez-vous culturels, musicaux qu'elles organisent à tel point qu'on se pose souvent des questions. Cette situation de délaissement ou d'abandon total a fait que certains de nos amis artistes de la Nawadance sont morts à la suite de dépression. Je citerai entre autres Mignon , Grazo, Timbele ,Casimir, Agostino etc..

Un peu comme c'est le cas du Youssoumba au niveau de la Côtière ?

On va dire qu'au niveau du Youssoumba, c'est nettement mieux parce que les cadres et autorités commencent à s'intéresser à nouveau aux artistes. Ce qui est totalement différent au niveau de la Nawadance où les artistes sont abandonnés à eux mêmes.

Que comptez-vous faire pour revenir sur la scène musicale ?

Premièrement, nous venons de créer un réseau qu'on a baptisé le "Réseau des Artistes Nawadance pour les Actions d'Amédée Kouakou( RANAAK)". Nous avons constaté que le Ministre- Maire de Divo porte un regard attentionné sur le cas de ces jeunes artistes que nous sommes.Nous avons jugé utile donc de soutenir ses actions de développement à travers ce réseau mis en place et qui est composé de plusieurs artistes de la région. Avec lui, nous sommes convaincus qu'il est possible de repositionner la Nawadance à Divo, ce patrimoine musical qui a fait la fierté de Divo, après l'époque du groupe Woya, et la Troupe Djiboua de Divo. Cette danse est une identité pour Divo. Il faut qu'elle renaisse de ses cendres. Deuxièmement, nous avons un projet culturel dénommé " La Nuit de la Nawadance" que nous comptons réaliser au mois de Juillet à Divo, s'il nous vient en aide.

Il va s'agir de quoi concrètement lors de cette nuit?

C'est une journée 24h Chrono consacrée uniquement à des activités qui vont permettre la redynamisation et le repositionnement de la Nawadance. Ce jour-là, il y aura une procession dans la ville avec un groupe de fanfares, un match de gala, un concours de détection de nouveaux talents de chanteurs et danseurs de la Nawadance, des témoignages sur l'origine de cette danse, une distinction d'artistes et premiers promoteurs de cette danse et le tout sera couronné par un concert live géant avec de nombreux artistes Nawadance. Cette fête aura lieu en Juillet prochain à Divo. Nous avons voulu le faire pour l'instant en une seule journée parce que c'est la première édition.
Mon rêve, c'est de voir dans quelques années la NawaDance repositionnée ,et préparer une nouvelle génération à travers cet événement. Parce que je ne peux pas admettre que cette danse soit mise aux oubliettes. C'est pourquoi ,nous disons aujourd'hui merci d'avance au ministre Amédée kouakou, car lui seul, dans la continuité de ses bonnes actions dans la région, projette de nous aider dans la mesure de ses possibilités en venant au secours de ce rythme. En tout cas, dans notre entendement, si c'est le Ministre Amédée qui doit permettre au NawaDance de se repositionner ,alors nous artistes NawaDance, sommes prêts à l'accompagner et à le soutenir dans toutes ses actions, partout il ira. Personnellement, je suis peiné de voir mes frères artistes mourir. La dépression a emporté beaucoup de faiseurs de Nawadance parce qu'ils n'ont pas de soutien.

Votre mot de fin

C'est un appel que je vais lancer à l'endroit du Maire ministre Amédée kouakou. Qu'il vienne au secours du NawaDance pour qu'à travers l'édition 2020 de la Nuit du NawaDance, qu'on sache que Divo a son identité musicale et que cela reste gravé dans la mémoire des populations. Nous sommes déjà fiers de ce digne fils de Divo mais nous le serons plus s'il a permis de relever cette identité musicale qu'est la NawaDance. Car, lui seul aujourd'hui peut faire ce que d'autres cadres, autorités n'ont pas pu faire pour la culture, notamment pour la NawaDance.

José TETI
Correspondant permanent à Abidjan

Vendredi 6 Mars 2020
La Dépêche d'Abidjan



Arts et Cuture
Notez

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correct et d'éviter des affirmations sans preuves.




Opinion | Actualité | Contributions | Zouglou Feeling | Vidéos | People | Reportages | Tribune | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Économie | Tourisme - Voyages | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN | Espace Kamite



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 19/02/2020 | 1641 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 09/04/2019 | 2224 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 29/12/2015 | 2833 vues
00000  (0 vote) | 1 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 13/11/2015 | 3787 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 17/10/2015 | 2378 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 12/04/2015 | 2137 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 24/02/2015 | 3916 vues
00000  (0 vote) | 1 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 21/02/2015 | 3282 vues
44444  (1 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 24/01/2015 | 2442 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 12/01/2015 | 2336 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 22/11/2014 | 2100 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire