Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

Mécontentements / Augmentation du prix du carburant : Le RHDP tue la grève des transporteurs ou comment une mobilisation spontannée et populaire devient victime de récupération politicienne

Djédjé Mady a-t-il voulu voler au secours de Laurent Gbagbo ? En tout cas, c’est la question que l’on se pose. Dans un pays en sortie de crise marqué par le refus des syndicalistes de mêler militantisme syndical et récupération politicienne, l’appui sans réserve de Djédjé Mady aux transporteurs, vise à les mettre dans l’embarras.


Photo : DR
Photo : DR
Dans un communiqué daté du mercredi 14 Avril 2010 Alphonse Djédjé Mady au nom de la coalition des partis politiques regroupés au sein du RHDP disait ceci à propos de la grève des transporteurs : «L’on ne peut manquer d’être choqué par le niveau des prix du carburant en Côte d’Ivoire, quand on sait que les pays de l’hinterland (le Burkina Faso, le Mali et le Niger) qui y achètent leur carburant, pratiquent des tarifs moins élevés (…). Le Directoire du RHDP condamne cette hausse intolérable, brutale et socialement inacceptable. Le Directoire du RHDP salue l’esprit patriotique des transporteurs qui ont décidé de combattre l’arbitraire en ne répercutant pas sur la population la hausse des prix du carburant. Le Directoire du RHDP apporte son soutien aux transporteurs et à l’ensemble de la population ivoirienne, pour toute cette souffrance endurée sous le candidat Laurent GBAGBO. Le Directoire du RHDP exige du Chef de l’Etat Laurent GBAGBO, que des mesures diligentes donnant satisfaction aux transporteurs soient prises pour ramener les prix du carburant à des proportions raisonnables. Le RHDP assure le peuple de Côte d’Ivoire de son engagement permanent à ses côtés et lui réitère son soutien constant, sa totale solidarité pour tout combat qu’il mène pour son bien être ». Désormais mal à l’aise, les syndicalistes pourront-ils rester unis contre le gouvernement? La crise en cours est une crise contre l’Etat et le gouvernement incarnés par Laurent Gbagbo, Guillaume Soro, les ministres en charges des questions dont un ministre PDCI-RDA, celui du commerce Yapo Yapo Calice et un de l’UDPCI en l’occurrence Albert Flindé aux côtés des autres. Il s’agit pour les syndicats d’amener cet Etat et le gouvernement qui comprend tous les partis politiques y ont achevé librement, à baisser les prix. En soutenant les grévistes à visage découvert, le RHDP ne sabote-t-il pas le travail de ses cadres dans le gouvernement, alors qu’ils sont ceux-là-même chargés de plaider pour faire accepter la baisse de 15 F aux transporteurs. Les ministres RHDP dans le gouvernement ont-ils été consultés par leur rassemblement dont la sortie du porte-parole ressemble fort à un sabotage de leur mission. C’est une manière de dire aux syndicalistes de ne pas écouter les ministres Flindé et Yapo Yapo. Cela pose à nouveau la question de la pertinence de la participation du RHDP au gouvernement. Si le RHDP ne peut faire preuve de loyauté et solidarité à tout instant, il doit en tirer les leçons. D’ailleurs la sortie du porte-parole du RHDP ne semble pas faire l’unanimité au sein de l’opposition. Approchée mercredi 14 avril pour la même cause, Henriette Diabaté du RDR, avait jugé qu’il n’était pas opportun de mêler la politique et les partis à la grève des transporteurs. ‘’Si certains avaient déploré la timidité du soutien des partis politiques à la grève, c’était pour obtenir une assistance logistique, matérielle et financière et non des déclarations de soutien à même de nous porter préjudice. Ils ne font jamais rien contre la vie chère, mais quand on bouge, ils veulent faire de la récupération’’, se plaint un syndicaliste qui craint que le FPI et le gouvernement ne se saisissent de la sortie de Djédjé Mady pour discréditer leur combat qui prend des relents politiques. Des proches et partisans de Laurent Gbagbo, qui depuis le début disaient que la grève des transports visait à préparer la marche des jeunes du RHDP prévue le 15 Mai prochain, voient en la sortie de crise de Djdjé Mady la preuve de la collusion et du complot. Tandis que des voix au sein du RHDP s’interrogent sur les vraies motivations du SG du PDCI, car sa sortie est inopportune et ne rend pas service au RHDP. Dans la mesure où tous les acteurs de la crise ivoirienne savent que depuis le déclenchement de la crise en 2002 qui a vu la partition du pays en deux, le prix du carburant dans les zones CNO a toujours été en dessous de celui pratiqué par Abidjan. Jamais le RHDP n’a levé le petit doigt pour dénoncer cet état de fait. Raison pour laquelle son soutien aux transporteurs est mal perçu par certains acteurs de la crise ivoirienne. Cette tentative de récupération de la grève des transporteurs dessert les grévistes plus qu’elle ne les sert. C’est à juste titre donc que des syndicalistes connus pour leur soutien au FPI ont été aperçu au côté du porte-parole autoproclamé qui a appelé à la reprise du travail sans avoir été entendu apparemment.

ID et DV



Avant le carburant le plus cher au monde : Il y a eu l’identification la plus chère au monde avec SAGEM

Photo : DR
Photo : DR

“Pays où le carburant est le plus cher au monde“, a-t-on entendu ces jours-ci. Cela doit-il étonner dans un pays ayant connu l’élection et l’identification les plus chères au monde. Quand il faut près de 200 milliards de F CFA pour financer la sortie de crise, où croit-on trouver cela ? Il est malsain que des partis politiques acteurs du processus de paix, acceptent de faire payer un prix si élevé pour l’idenfication et la sortie de crise, tandis qu’ils refusent en même temps d’assumer ce que cela implique pour l’Etat. On ne peut pas avoir applaudi et cautionné les milliards de F CFA de SAGEM et Sidi Kagnassi, puis verser en même temps des larmes de crocodiles pour les consommateurs et les transporteurs. La lutte contre l’imposture et la cherté de la vie devait commencer par le refus de l’inflation ou de la surfacturation au niveau de SAGEM et de l’identification. Quand on paye si cher une expertise qui ne met pas à l’abri des soupçons de fraude, il faut en tirer les leçons. Avant donc le carburant le plus cher au monde, il y a eu en Côte d’Ivoire, l’identification la plus chère au monde. Sans que le prix élévé payé ait mis le pays à l’abri des périls actuels. M. Jean Louis Billon à qui cette expression sur le coût du carburant, aurait été empruntée, ne doit pas avoir l’indignation sélective.

Par Charles Kouassi

Avec notre partenaire L'Intelligent d'Abidjan
Vendredi 16 Avril 2010
La Dépêche d'Abidjan



Actualité
Notez

Opinion | Actualité | Contributions | Zouglou Feeling | Vidéos | People | Reportages | Tribune | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Économie | Tourisme - Voyages | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN | Espace Kamite



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 25/05/2020 | 1085 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 12/03/2020 | 2408 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 17/02/2020 | 1466 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 13/02/2020 | 1607 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 06/02/2020 | 3044 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire