Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan
La Dépêche d'Abidjan









Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

Marie-Odette Lorougnon (vice-présidente du Fpi) : «Mobilisons-nous tous contre les tortures et les camps de concentration»

C’est demain, jeudi 4 octobre 2012, que la JFpi organise un sit-in devant la cathédrale Saint-Paul au Plateau (Abidjan). La vice-présidente du Fpi chargée de la mobilisation, l’ex-député Marie-Odette Lorougnon, engage tous les militants et les démocrates de tout bord dans cette initiative qui revendique le droit à la vie.


Marie-Odette Lorougnon (vice-présidente du Fpi) : «Mobilisons-nous tous contre les tortures et les camps de concentration»
Notre Voie: La jeunesse du Front populaire ivoirien (Fpi) annonce un sit-in pour ce jeudi devant la cathédrale Saint-Paul du Plateau. En votre qualité de vice-présidente du Fpi chargée de la mobilisation, quel est le niveau d’implication de votre parti?

Marie-Odette Lorougnon: Je voudrais faire remarquer qu’en optant pour la cathédrale pour faire ce sit-in, la jeunesse du Fpi n’a pas fait un choix fortuit. Parce que le clergé donne un sens à l’humanité. Ce sit-in qui est annoncé par la jeunesse engage toutes les structures du parti. C’est d’ailleurs pour cela que nous lançons un appel à la mobilisation de toutes les structures du Front populaire ivoirien. Nous appelons tous nos militants, toutes les personnes éprises de paix, de liberté et de démocratie à rejoindre la jeunesse du Fpi, le jeudi 4 octobre, devant la cathédrale Saint-Paul d’Abidjan-Plateau. Nous invitons tous les démocrates à accompagner les enfants qui ont décidé de crier leur ras-le-bol contre les tortures et la répression sauvage qui s’abat sur toute la Côte d’Ivoire. Un pays dans lequel il y a, d’un côté les pro-Gbagbo qui n’ont pas droit à la vie et de l’autre les pro-Ouattara qui vivent sans crainte. A travers ce sit-in nos enfants veulent interpeller le gouvernement et dire de vive voix à Alassane Dramane Ouattara d’humaniser la politique en Côte d’Ivoire. Nous assistons à la déshumanisation de la société ivoirienne, à la banalisation et à la désacralisation de la vie humaine. Nous appelons donc à une mobilisation des forces vives qui croient encore à la démocratie et aux valeurs sociales afin de dire ensemble : Oui à la vie !

N.V.: La direction du Fpi s’associe donc fermement au sit-in annoncé par sa jeunesse ?

M.O.L.: Effectivement, la direction du Front populaire ivoirien ne peut se désolidariser de sa jeunesse qui prend cette belle initiative. Nous demandons aux fédérations du Fpi de mobiliser les sections et les bases. Nous demandons aux coordinations et à toutes les structures spécialisées de se mobiliser pour ce jeudi 4 octobre. Nous réitérons l’appel à la mobilisation de la jeunesse pour inviter les femmes, les cadres du parti et la direction du Fpi à rallier notre jeunesse afin de donner un succès éclatant à ce sit-in. Qui participe de la lutte pour notre survie et notre existence. Nous avons tous l’obligation de nous mobiliser sans réserve contre les tortures, les enlèvements, les exécutions, les camps de concentration et les emprisonnements arbitraires. Seule notre détermination conditionnera notre existence. Notre survie dépendra de notre capacité de mobilisation permanente. Nous irons dire au président Alassane Dramane Ouattara que le slogan « vivre ensemble » ne doit pas être vidé de son sens. « Vivre ensemble », c’est accepter l’autre dans la fraternité et dans la différence des opinions. « Vivre ensemble », ce n’est pas réserver l’enfer à l’autre, ni ôter la vie à l’autre. « Vivre ensemble », c’est reconnaitre le droit à la vie à l’autre.

N.V.: Vu la situation délétère qui prévaut, n’avez-vous pas peur que ce sit-in dégénère?

M.O.L : Que les Ivoiriens soient rassurés. Parce que la jeunesse du Fpi est suffisamment mature et responsable. Notre jeunesse est à l’image de notre parti qui a une vieille tradition démocratique. Le Fpi est un parti non violent, un parti pacifique et profondément respectueux des valeurs démocratiques. Le Fpi ira donc réaffirmer son attachement à la démocratie et à la dignité humaine. Le sit-in est un moyen d’expression dans une démocratie. Il n’y a pas de raison de craindre parce que toutes les démarches sont faites selon la loi. Nous osons croire que les autorités ne donneront pas un autre sens à notre sit-in. Parce que le Fpi a toujours affiché son ambition de conquérir le pouvoir par les urnes. Par ce sit-in, nous œuvrons à l’enracinement d’un Etat de droit et d’un Etat démocratique. Il revient donc à l’Etat d’assurer la sécurité de cette manifestation pour éviter des infiltrations et des débordements.

Entretien réalisé par Benjamin Koré in NOTRE VOIE
Jeudi 4 Octobre 2012
La Dépêche d'Abidjan



Interviews
Notez

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correcte et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Opinion | Interviews | Contributions | Vidéos | Zouglou Feeling | People | Reportages | Tribune | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Économie | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN | ESPACE KAMITE



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."



Facebook

Partager ce site