Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

Mali. Mais que se passe-t-il donc?


Mali. Mais que se passe-t-il donc?
Des tirs nourris ont été entendu ce soir lundi aux abords de la Radio Télévision Malienne. D'après les dernières informations il semblerait que ce soit un accrochage entre la nouvelle garde présidentielle et son responsable ; ancien chef d 'État-major de l'ex Président ATT, et les forces de la Junte du Capitaine Sanogo qu'ils entendaient arrêter selon un scénario qu'ils répètent à l'envi depuis une semaine et ce malgré les accords d'Abidjan et de la CEDEAO – réunissant dix chefs d 'état de la région- qui prévoyaient une période de transition de 12 mois, la nomination du Président de l'Assemblée Nationale, comme Président de la Transition , Dioncounda Traoré, et la nomination d'un Premier Ministre, Modibo Diarra.

Dans le courant de la semaine le Premier Ministre a nommé un gouvernement de transition faisant la part belle aux putschistes en accordant et l'Intérieur et la Défense et la Protection Civile aux compagnons du Capitaine Sanogo. Et en nommant Lamine Sow, ex conseiller de Blaise Compaoré, Président du Burkina et maitre d 'œuvre des accords d'Abidjan, que présidait Ouatarra, aux Affaires Etrangères.

Mais la Capitaine Sanogo, qui tout en remettant le pouvoir aux civils se déclarait, nous le soulignions dans un précédent billet, « chef des armées » entend aujourd'hui manifester sa colère et considérer que les accords de la CDEAO ont été obtenus sans son accord. Il entend laisser au gouvernement de transition 40 jours et non un an pour organiser des élections, ce qui est bien sur impossible. Il entend surtout interdire aux 2000 ou 3000 « casques bleus », prévus dans l'accord ,de venir au Mali « sécuriser la situation. » Bre, il frappe du poing et les accords de la CEDEAO dont tout le monde s'accordait à dire grand bien, comme je le pensais et écrivais, s'écroulent. Il a fait masser 200 hommes en armes sur la tarmac des aéroports où sont susceptibles d'aterrrir les forces de la CDEAO. Et pendant c e temps là la crise humanitaire et sanitaire se creusent et d'intensifient. La famine gagne.

Et pendant ce temps là la moitié du pays est hors de tout contrtôle alors qu'apparait à Tombouctou un nouveau mouvement le FNLA- Force Nationale de Libération de l'Azawad- différent et distinct voire opposé au MNLA – Mouvement de Libération de l'Azawad- qui vient de prendre position avec 300 hommes armés aux portes de la ville sainte où Ansar Dine a décrété la charia. D'où vient ce mouvement que l'on dit « arabe » ? Quels sont ses rapports avec l'AQMI- Al Quaeda au Maghreb Islamique- seul mouvement à ma connaissance « arabe » actuellement en action au Mali ?

Que craint Sanogo qui bénéficie non seulement du soutien de l'armée mais aussi de la centrale syndicale CSTM et du menu peuple de Bamako ? Le retour des anciens politiciens proches de ATT dont l'essentiel de l'activité consistait, comme souvent en Afrique, à s'occuper de leurs intérêts plus que de l'intérêt général ? Mais rien dans ses discours ni dans son action depuis maintenant un mois ne laisse penser qu'il se situe dans la lignée des Jerry Rawlings au Ghana ni des Salou Djibo au Niger , putschistes militaires comme lui et comme lui excédés des exactions et incompétences impunités des rapaces et autres charognartds au pouvoir.

Que peut-il ? Que veut-il alors que la CEDEAO a le pouvoir et la possibilité de fermer les frontières, de bloquer les avoirs et partant d'asphyxier totalement un pays déjà en passe de mourir de faim ? Que peut-il alors que des milliers de maliens déjà sont accueillis dans des camps de réfugiés et que toutes les associations humanitaires tirent la sonnette d 'alarme et appellent à grands cris à l'aide ?

Que veut la CEDEAO qui n'avait pas à glisser dans le package gouvernemental son cheval de Troyes, tant Sadio Lamine Sow qu Amadou Touré qui travaillait à l'ONUCI- ONU pour la Cote d 'Ivoire - dont on sait le rôle néfaste qu'elle a joué dans la crise ivoirienne-.Qui n'avait pas à jouer les matamores en imposant des troupes qui ne peuvent être ressenties que comme des troupes d 'occupation, redorant ainsi le blason de Sanogo trop heureux de jouer les patriotes alors que de toute évidence il fallait confier à ce jeune capitaine le soin,en remettant le pouvoir,de remettre de l'ordre dans l'armée. Et d 'assurer lui-même la « écurisation de la transition » ?

Crise identitaire, crise humanitaire, crise politique, crise économique..dans le pays le plus pauvre de la planète et certainement le plus attachant le plus riche le plus vivant...que se passe-t-il au Mali ?

kakadoundiaye in http://blogs.mediapart.fr/




Mardi 1 Mai 2012
La Dépêche d'Abidjan



Lu pour vous
Notez

Dans la même rubrique :
< >

Actualité | Opinion | Contributions | Vidéos | Zouglou Feeling | People | Reportages | Tribune | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Tourisme - Voyages | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN | Espace Kamite



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 14/07/2020 | 3012 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 31/03/2019 | 3549 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 26/02/2019 | 3988 vues
44444  (2 votes) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 20/12/2017 | 3224 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 09/11/2015 | 6485 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 09/06/2015 | 5274 vues
33333  (1 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 22/04/2015 | 3770 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire