Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

Macron "à la limite du racisme" : ce qui se dit au Burkina Faso de l'"incident diplomatique"


Macron "à la limite du racisme" : ce qui se dit au Burkina Faso de l'"incident diplomatique"
Grosse blague, mépris ou racisme ordinaire ? Dans la classe politique, les réactions outragées pleuvent sur Emmanuel Macron après un passage particulièrement relevé des ses échanges ce mardi 28 novembre avec les étudiants de l’université de Ouagadougou, au Burkina Faso. « Vous m'avez parlé comme si j'étais le président du Burkina Faso », a rétorqué le président français à une question sur les pannes d'électricité. Et d’inciter, sourire aux lèvres, ses interlocuteurs à s’interroger sur le « sous-jacent psychologique » de cette question : « Quelque part, vous me parlez comme si j'étais une puissance coloniale. Mais moi, je ne veux pas m'occuper de l'électricité dans les universités au Burkina Faso, c'est le travail du président (burkinabè, ndlr) ! »
Sur ces entrefaites, son homologue Roch Marc Christian Kaboré quitte la salle. Et Macron de plaisanter : « Du coup il s'en va. Reste là ! (...) Du coup, il est parti réparer la climatisation ».
Ce mercredi, les politiques de l'opposition se déchaînent contre cette sortie humoristique du chef de l'Etat. « Il a été d’une arrogance à l’égard des autorités du Burkina Faso, très méprisante, à la limite du racisme », flingue Nicolas Dupont-Aignan sur Europe 1. Sur France 2, le chef de la délégation FN au Parlement européen, Nicolas Bay, renchérit : « Je voudrais revenir sur un point essentiel, c’est l’incident diplomatique qu’il a créé avec le président burkinabè, qu’il a pratiquement insulté ouvertement (…) Quand il lui dit qu’il doit faire son travail, aller réparer la climatisation… Qu’est-ce que c’est que cette attitude ? C’est une attitude de mépris incroyable. »

Le groupe France insoumise à l’Assemblée n'est pas en reste. Ses députés se sont fendus d’un communiqué sévère, estimant qu’un « nouvel écart de langage des plus méprisants a entaché les relations diplomatiques » entre la France et le Burkina Faso. Ils relèvent encore que « Monsieur Kaboré a immédiatement quitté la salle ».
Lire la suite
Mercredi 29 Novembre 2017
La Dépêche d'Abidjan



Actualité
Notez

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correcte et d'éviter des affirmations sans preuves.





Dans la même rubrique :
< >

Actualité | Opinion | Interviews | Contributions | Vidéos | Zouglou Feeling | People | Reportages | Tribune | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Économie | Tourisme - Voyages | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN | ESPACE KAMITE



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 31/03/2019 | 1791 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 27/03/2019 | 1258 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 12/03/2019 | 960 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire