Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

Libanais, Américains, Chinois… Qui détient les terres en Afrique ?

Depuis vingt ans, plus de 35 millions d’hectares de terres africaines ont été cédés à des capitaux étrangers. Qui sont-ils ? Où investissent-ils ? Qu’y produisent-ils ? Réponses en infographies.


L’Afrique est la région du monde la plus ciblée par les transactions foncières à grande échelle, selon la base de données publique Land Matrix. Depuis 2000, de nombreux investisseurs chinois, émiratis, libanais, américains et européens ont acquis en concessions plusieurs dizaines de millions d’hectares de terres arables africaines – un peu plus que la superficie de la Côte d’Ivoire.
Ces investissements, dont le pic survient peu après la crise alimentaire de 2008, sont souvent perçus par les pays hôtes comme un levier pour atteindre l’autosuffisance alimentaire, développer, industrialiser leur agriculture et diminuer la pauvreté.
En principe, ils s’accompagnent de recettes fiscales significatives – cependant difficilement quantifiables, car les accords de concessions ne sont pas rendus publics – et de créations d’emplois nationaux. Cette obligation est mentionnée dans 15 % des contrats signés sur le continent selon l’ONG Land Matrix.

Un impact très variable

Dix ans après la vague, l’impact de ces investissements est très variable. Nombre d’entre eux ont été rentables et se sont accompagnés d’engagements positifs auprès des communautés (offre de pâturages, formations, transfert de savoir faire, possibilités de travail permanent et décent etc.).

Néanmoins, la faiblesse du droit foncier et les choix politiques d’autres pays ont facilité des acquisitions à grande échelle, ce qui a conduit, dans certains cas, les exploitants locaux à quitter leurs terres entraînant plus de cinquante conflits, selon le recensement de l’ONG.

Ces concessions, signées pour une durée moyenne de trente ans, peuvent également avoir des conséquences sur l’environnement : de l’usure des sols à long terme – quand les cultures sont intensives – à la déforestation massive, notamment dans le Bassin du Congo.
Lire la suite sur jeuneafrique.com
Dimanche 25 Avril 2021
La Dépêche d'Abidjan



Économie
Notez

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correct et d'éviter des affirmations sans preuves.




Politique | Interviews | Faits et Méfaits | En Région | Société | Économie



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 03/09/2021 | 764 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 11/12/2020 | 7740 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 15/07/2019 | 3025 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 30/04/2013 | 1212 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire