Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

BLOCO - COUPER, DÉCALER

03/11/2017 - La Dépêche d'Abidjan

BLOCO - ON VA OÙ ?

20/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOIRÉE CARITATIVE AU PROFIT DES ORPHELINATS D'AFRIQUE

03/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

LOGOBI STYLE - "ICI, C'EST ABIDJAN"

22/09/2017 - La Dépêche d'Abidjan

YODÉ ET SIRO - ASEC - KOTOKO

22/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOUM-BILL EN CONCERT À PARIS - EXTRAIT 2

11/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOUM-BILL EN CONCERT À PARIS - EXTRAIT 1

10/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

AU CONCERT DE SOUM-BILL, LE 05 AOÛT 2017, À PARIS

09/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

MAGA DINDIN - A CAPPELLA

30/06/2017 - La Dépêche d'Abidjan

DIDIER BILÉ - "N'OUBLIEZ PAS"

17/04/2017 - La Dépêche d'Abidjan

ZOUGLOU FEELING (DOCUMENTAIRE) - EXTRAITS

21/02/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Magic System au Festival RAÏ NB Fever - Bercy 2009

20/11/2015 - La Dépêche d'Abidjan

PETIT DENIS : APPELEZ-MOI "EL CAPO"

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan








L’ORIGINE DE LA FÊTE DE NOËL (PAR CHEIKH ANTA DIOP)

29/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

10 mars 1893 - Naissance de la Côte d'Ivoire

26/08/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Laurent Gbagbo dans le tourbillon du Golf de Guinée.

27/09/2015 - La Dépêche d'Abidjan

HISTOIRE - Le premier instituteur ivoirien

08/07/2014 - La Dépêche d'Abidjan

Le retour à la terre de Frédéric Bruly Bouabré

Frédéric Bruly Bouabré s'est éteint ce 28 janvier. L’Ivoirien, qui s'est révélé artiste après avoir eu une vision mystique, laisse derrière lui plus de soixante ans de créations. Parmi elles, le fameux alphabet bété. Frédéric Bruly Bouabré était bien plus qu’un simple artiste. Un homme d’ici et d’ailleurs, d’ici-bas et de l’au-delà…


Frédéric Bruly Bouabré chez lui à Abidjan, dans le quartier de Marcory en décembre 1996. André Magnin Courtesy MAGNIN-A/Paris
Frédéric Bruly Bouabré chez lui à Abidjan, dans le quartier de Marcory en décembre 1996. André Magnin Courtesy MAGNIN-A/Paris
Frédéric Bruly Bouabré avait tout l’air du sage qui veille sous le baobab d’un village africain. Celui à qui rien n’échappe. Celui qui observe la vie se dérouler. « Il n’avait pas besoin de se déplacer pour archiver le monde », explique celui qui l’a fait connaître dans les milieux artistiques internationaux, le galeriste André Magnin.

Frédéric Bruly Bouabré avait quelque chose de poétique, d’apaisant, de magique, dans le regard. Une magie qui a fait de lui ce qu’il est devenu. Cette magie s’est opérée en 1948. « Depuis le 11 mars, racontait Frédéric Bruly Bouabré, depuis que le ciel s’ouvrit à mes yeux et que les sept soleils colorés décrivirent un cercle de beauté autour de leur Mère-Soleil, je suis désormais Cheikh Nadro, celui qui n’oublie pas ».

Pour André Magnin, cette révélation « entretiendra en permanence une relation d’échange entre son œuvre et sa vie qui s’opère chaque jour par un approfondissement de tout ce qui est caché ou donné à la surface des choses (…) en révélateur du monde ».

Jusqu’à sa mort, l’Ivoirien, né entre 1920 et 1923 à Zépréguéhé, dans le centre-ouest du pays, est investi d’une mission : transmettre à son peuple et au monde les connaissances de l’univers. Il consigne ses recherches dans des manuscrits - plus d’une centaine - traitant de tous les champs du savoir. Il révèle ainsi une magistrale figure de poète, de penseur, d’encyclopédiste, d’humaniste, de créateur… « Il devient l’apôtre du réalisme du réel tout autant que celui du réalisme de l’irréel », explique André Magnin.

L’alphabet bété pour pacifier l'humanité

Frédéric Bruly Bouabré, « prophétisé » par cette révélation, quitte le monde du travail pour se consacrer, au début des années 50, à l’écriture. Il veut que la langue bété soit transcrite pour qu'elle devienne une écriture. Il invente alors un alphabet, alphabet inspiré de petits cailloux qu’il imagine comme des éléments d’écriture antique*.

L’alphabet bété, un syllabaire, est composé de plus de 400 pictogrammes correspondant à des phonèmes. Cet inventaire très élaboré des sons permettrait de retranscrire toutes les langues du monde. Parce que pour l’humaniste Frédéric Bruly Bouabré, tous les hommes sont frères et ils pourraient tous se comprendre avec une même écriture. Et cette œuvre traduit sa pensée universelle : réunir et pacifier l’humanité.

Consigner les savoirs du monde

Frédéric Bruly Bouabré, désormais surnommé le « nouveau Champollion », se lance ainsi dans la retranscription de poésies, de contes traditionnels, de récits de mythologie cosmique bété jusqu’aux derniers événements de la vie politique française. Il enseigne son écriture à qui veut l’apprendre devant sa maison en Côte d’Ivoire. Rappelons-le : pour lui, tout est écriture.

Mais il faut attendre 1958 pour que son œuvre se fasse connaître en dehors de son pays. L’anthropologue et naturaliste français Théodore Monod, alors directeur de l’Institut français d’Afrique noire, publie le syllabaire de Frédéric Bruly Bouabré.

Homme de créativité hors-norme, Frédéric Bruly Bouabré est souvent comparé à un entomologiste : il ne perd pas une miette du monde qui l’entoure, du temporel comme du spirituel et compile, dans les années 70, tous les éléments de la vie sur des petits bouts de cartons de la taille d’une carte postale. Il y explique le monde.

Au stylo à bille ou avec des crayons de couleurs, il réalise des milliers de dessins, figuratifs et abstraits, « des bricolés », comme il les définit alors. Très souvent, ses dessins sont entourés d’une marge dans laquelle il écrit en français les légendes afin que les non-initiés entendent son message. L’artiste ivoirien écrit en dessinant, comme les civilisations maya ou égyptienne; la peinture et l’écriture ne font qu’un.

Frédéric Bruly Bouabré voulait consigner tous les savoirs dans ses manuscrits. « Chacun de ses dessins était un relevé, un petit savoir. Il était à l'écoute de tout ce qui se passait : une empreinte, un nuage, un papier apporté par le vent », raconte André Magnin.
Lire la suite
Samedi 1 Février 2014
La Dépêche d'Abidjan



Actualité
Notez

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correcte et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Interviews | Contributions | Zouglou Feeling | Vidéos | People | Reportages | Tribune | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Économie | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN


"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 29/11/2017 | 1058 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 25/08/2017 | 2210 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 25/06/2017 | 2013 vues
11111  (1 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 19/06/2017 | 966 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire


CÔTE D'IVOIRE - 2017 EST EN TRAIN DE NOUS FAIRE SES ADIEUX : Les 10 engagements pris par Alassane Ouattara 1. «A pr… https://t.co/D3Y1tyb1JK

Facebook

Partager ce site