Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

La Dépêche d'Abidjan

LA LIBERTÉ D'INFORMER









Le présumé violeur parisien est en prison à Anvers

L'homme suspecté d'avoir sauvagement agressé trois femmes a fini par être arrêté en Belgique pour un simple vol.


Le présumé violeur parisien est en prison à Anvers
Le violeur parisien qui a affolé toutes les polices au moment des fêtes de fin d'année est en prison en Belgique. L'information révélée par LCI mardi a été confirmée à la préfecture de police de Paris. L'homme est soupçonné d'avoir violé deux femmes à Paris et une à Étampes (Essonne) fin décembre. Il était activement recherché par la police judiciaire du Quai des Orfèvres. Il se trouve donc actuellement en détention dans une prison belge, à Anvers, pour un simple vol. Il a été identifié grâce à ses empreintes digitales. La police française va demander son extradition. Elle va tenter d'obtenir la confirmation de son possible lien avec les faits commis dans l'Hexagone, notamment grâce à l'ADN prélevé sur les scènes de crime.

L'appel à témoin diffusé en France après les faits faisait froid dans le dos. La PJ avait diffusé au public des photos extraites de séquences filmées par des caméras de vidéosurveillance sur les lieux de l'une de ses agressions. On y voyait très nettement un homme de type africain aux traits fins, le crâne rasé, le visage ovale, froid, impénétrable, fumant tranquillement sa cigarette, tandis qu'il accompagnait sa victime jusqu'à un distributeur d'argent pour lui extorquer quelques centaines d'euros, après l'avoir violée. Un «monstre à la Guy George», disent les policiers. À cette différence près qu'il n'a apparemment tué personne, même s'il a poignardé à plusieurs reprises deux de ses victimes au moins.

Blondes aux yeux bleus

La première agression connue remonte au 23 décembre, près de la porte d'Orléans (XIVe arrondissement). Une jeune blonde aux yeux bleus - comme d'ailleurs toutes les victimes connues de ce psychopathe - l'a vu surgir de nulle part, vers 1h30 du matin, alors qu'elle ouvrait sa porte. Il l'a suivie dans son appartement, lui a soutiré de l'argent et l'a violée chez elle, alors que sa famille dormait dans les pièces d'à côté. Puis, il l'a forcée à se rendre à la banque pour qu'elle lui retire encore un peu d'argent.

Lors de la seconde agression, le même jour, vers 8h30 du matin, l'homme s'est attaqué à une autre femme, dans le XVe arrondissement, près du métro Convention. Il lui a soutiré sa Carte bleue et son code. Cette fois, la victime s'est débattue. Il l'a poignardée à 19 reprises, avant d'abuser d'elle, la laissant pour morte.

La troisième agression connue a eu lieu le 28 décembre, dans une cité à Étampes (Essonne). Sa proie est une adolescente de 15 ans. Il la force, sous la menace d'un couteau, à le conduire chez elle. Mais la gamine ne se laisse pas faire et le repousse. Il la poignarde alors deux fois puis essaie de l'étrangler, avant de la violer avec une brutalité extrême. Là aussi, il va lui dérober de l'argent. Et signe «encore plus inquiétant», selon les policiers, il quitte les lieux après s'être excusé auprès de sa victime.

Depuis deux mois, la PJ enquêtait tous azimuts pour retrouver ce dangereux criminel. Elle a arrêté plusieurs suspects placés en garde à vue puis innocentés par leur ADN. Le «bon» suspect déjà avait quitté la France…

lefigaro.fr
Mercredi 29 Février 2012
La Dépêche d'Abidjan



Faits et Méfaits
Notez

Politique | Interviews | Faits et Méfaits | En Région | Société