Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

Le jeu politique d’attrape-nigauds


Le jeu politique d’attrape-nigauds
Le multipartisme intégral se porte bien en Côte d’Ivoire. Notre beau pays a, depuis ce week-end pascal, un nouveau parti, le Front populaire-Uni (FP-U) à ne pas confondre avec le Front populaire ivoirien (FPI) de Laurent Gbagbo. Après LIDER de Mamadou Koulibaly, le CAP-UDD de Gervais Délinpelna-Coulibaly et le RPC d’Henriette Lagou, le FP-U est le quatrième parti à voir le jour après la fin de la crise post-électorale; il vient s’ajouter aux plus de 130 formations politiques qui existent déjà sur l’échiquier ivoirien.
Sa particularité : en créant la similitude avec les sigles, il veut créer la confusion avec le FPI et abuser de ses militants et sympathisants. Car, les objectifs apparents sont les mêmes que le FPI : libération de tous les détenus à commencer par Laurent Gbagbo, son épouse Ehivet Simone et Charles Blé Goudé. Mais les divergences portant sur l’allégeance et la collusion avec le pouvoir Ouattara, sont profondes. C’est ainsi que se proclamant digne héritier de la politique menée par l'ex-président ivoirien, Zadi Djédjé se dit dans une logique de réconciliation pour se départir, selon lui, du «camp des extrémistes».
Cet ancien président de la Coalition de la jeunesse patriotique pour la paix et la réconciliation (CJPPR) est sur la lancée des opérations de diversion, de déstabilisation et d’attrape-nigauds qui ont cours depuis la chute de Laurent Gbagbo. Des anciens membres de La majorité présidentielle (ex-LMP, plate-forme des partis politiques, syndicats, Ong qui ont soutenu la candidature de Laurent Gbagbo à la présidentielle) non seulement se sont constitués, pour certains, en partis politiques, mais ont décidé de porter sur les fonts baptismaux La Ligue des mouvements pour le progrès (LMP, association comprenant Gervais Coulibaly de CAP-UDD, Apiah Kabran de MNG, Mel Eg Théodore de l’UDCY, l'UDT-CI de Tia Monnet Bertine et Henriette Lagou du RPC).
Le mot d’ordre : concurrencer et brouiller le message du FPI et établir des contacts suivis avec le nouveau pouvoir. Mais cette stratégie ne fait pas long feu sur le terrain car cette nouvelle mode ne donne aucun véritable résultat probant. A preuve, Charles Blé Goudé a été transféré, le 22 mars, à la prison de la CPI à La Hayes alors que Gervais Coulibaly et ses partenaires avaient fait de sa libération l’un des points-phares de leurs discussions avec le pouvoir. De ce fait, la LMP dissidente de l’ex-LMP a vécu le temps d’un manifeste pour rompre, officiellement, les amarres avec le FPI et le Congrès national de la résistance pour la démocratie (CNRD, alliance politique de partis et syndicats). Elle a aujourd’hui disparu pour faire place au Cadre permanent de dialogue (CPD, plate-forme comprenant onze partis politiques).
Mais le CPD, à la croisée des chemins devant les discussions peu encourageantes avec le pouvoir, est en train de voler en éclats. Certains de ses membres (LIDER de Mamadou Koulibaly et RPC de Lagou Henriette) ont rejoint Joseph Martial Ahipeaud, président de l’UDL, pour former une nouvelle coalition de partis baptisée La Coalition de la 3è voie quand d’autres (RPP de Laurent Dona-Fologo et URD de Danièle Bony-Claverie) se sont jetés, avec le FPI, dans l’Alliance des forces démocratiques en Côte d’Ivoire (AFDCI).
L’opposition, atomisée, fait ainsi le jeu du pouvoir qui, comme d’habitude, la divise pour mieux régner en tirant les ficelles. Pendant que le Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP, alliance du RDR, du PDCI-RDA, de l’UDPCI et du MFA à la naissance) est passé de quatre à cinq membres avec l’intégration de l’UPCI de Gnamien Konan, ministre de l’Enseignement supérieur et candidat à la direction nationale de campagne d’Alassane Dramane Ouattara, l’opposition ivoirienne s’émiette. A couteaux tirés malgré des revendications quasi- identiques, elle évolue en ordre dispersé pour le seul bénéfice du régime en place; ne constituant pas un front uni pour constituer une réelle chance d’alternance.
En même temps, la naissance du nouveau parti appelé FP-U, dissident du FPI, montre le niveau de formation de la classe politique ivoirienne qui évolue au gré du vent. Comme des girouettes. Attirée par le pouvoir qui représente un aimant, la classe politique sèche son linge là où brille le soleil. Sans état d’âme et sans scrupule. Le dernier exemple en date est celui de Fofana Zémogo, ancien ministre et cadre du RDR. En juin 2007, il quittait le RDR, alors dans l’opposition, pour fonder son propre parti, l'Alliance pour une Nouvelle Côte d'Ivoire (ANCI) avec d'autres anciens dirigeants du RDR au nombre desquels Jean-Jacques Béchio, Aly Kéita, Kouamé Oi Kouamé, feu Georges Coffy et Amidou Sylla. En mars 2012, il revenait au RDR en annonçant la dissolution de son parti. Pour soutenir celui qu’il avait combattu : Alassane Dramane Ouattara.

Ferro Bally
Samedi 26 Avril 2014
La Dépêche d'Abidjan



Tribune
Notez

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correct et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Opinion | Contributions | Vidéos | Zouglou Feeling | People | Reportages | Tribune | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Tourisme - Voyages | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN | Espace Kamite



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 18/05/2018 | 2586 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 12/12/2017 | 3283 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 11/07/2017 | 2157 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 27/04/2016 | 5365 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 24/10/2015 | 51021 vues
33333  (36 votes) | 14 Commentaires
La Dépêche d'Abidjan | 12/05/2015 | 3533 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 04/01/2015 | 5747 vues
00000  (0 vote) | 3 Commentaires