Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

Le Gouvernement ivoirien vers l'interdiction du FPI ?


ET SI KONÉ BRUNO LA FERMAIT UN PEU?

Disons-le tout net, la Côte d’Ivoire n’est pas à son premier gouvernement et ce n’est pas non plus la première fois qu’un gouvernement ivoirien a un porte-parole. La règle dans les gouvernements normaux veut que celui qui porte la porte du gouvernement d’un pays qui se respecte, soit un modèle. Or M. Koné Nabagné Bruno n’en est pas un. Du point de l’éthique, il vient d’abandonner sa famille de galère au profit de la nièce de son patron et collaboratrice par pur opportunisme. Pour mémoire c’est ce même opportunisme qui le faisait rôder autour du Président Gbagbo.
Le sage a dit : « quand on t’envoie il faut savoir t’envoyer ». Si Bruno est le porte-parole du gouvernement RHDP, rien ne l’oblige à y mettre du zèle et faire des sorties insensées du genre le FPI doit avoir des élections conformément à la loi ivoirienne.
Pour rappel Le FPI parti père du multipartisme en Côte d’Ivoire et promoteur de la démocratie dans le même pays n’a aucune leçon à recevoir en la matière du RHDP et personne ne les a sollicités pour un quelconque arbitrage. Même s’il est vrai que c’est un secret de polichinelle que Affi est le choix de Dramane et que Bruno veuille lui donner un coup de pouce mais c’est peine perdu car si Bruno et ses mentors connaissaient un peu l’histoire du FPI ils se seraient rendu compte que c’est peine perdu. Cette sortie ne fera que nous mobiliser d’avantage contre leur poulain car nous l’écrasante majorité des militants de base du FPI refusons d’être une opposition de service.
Que le Gouvernement dont Bruno prétend porter la porte assure d’abord la sécurité des ivoiriens au lieu de se mêler des affaires d’une organisation privée.
Trop c’est trop et ne continuez pas à tirer sur la corde. Les FRCI ont montré la voie.
À bon entendeur salut !

Demba Traoré militant FPI.
Jeudi 20 Novembre 2014
La Dépêche d'Abidjan



Tribune
Notez


1.Posté par Akossia Pierre le 20/11/2014 17:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ils veulent nous bâillonner dans tous les sens les membres du RDR. Ce qui est impossible, Alassane Dramane Ouattara ne pourra pas s'immiscer dans la vie politique intérieure du FPI de loin ni de près.

Eux, ils nous rappellent la loi ivoirienne pendant qu'ils ne la respectent pas, la dernière en date, candidat non originaire du pays, et non démissionnaire de son parti, s'il se dit président de notre pays ce mossi DAWA.

De toute façon, la bagarre que vous cherchez, vous en aurez plein à un moment venu...

2.Posté par Akossia Pierre le 20/11/2014 21:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
J’ai lu pour vous !

« Blaise Compaoré, qui a démissionné le 31 octobre avant de s’exiler en Côte d’Ivoire, a quitté Yamoussoukro, selon l’AFP. Il se dirige vers le Maroc, où il était prévu qu’il soit accueilli. » Rapporte ce soir le site de l’hebdo panafricain Jeune-Afrique.

« Blaise Compaoré a quitté jeudi 20 novembre la Côte d’Ivoire, où il était arrivé le jour de sa démission, le 31 octobre, pour rejoindre le Maroc, a-t-on appris auprès de la présidence ivoirienne. » poursuit JA.

« Blaise Compaoré, sa femme et des membres de sa famille ont quitté dans l’après-midi Yamoussoukro, la capitale politique ivoirienne, où ils se trouvaient depuis trois semaines », a indiqué cette source selon Jeune-Afrique.

Selon nos informations, le départ de l’ancien chef de l’État burkinabè est définitif même si des séjours sporadiques en Côte-d’Ivoire ne sont pas à exclure dans le futur. Le président ivoirien, Alassane Ouattara avait récemment affirmé que « Compaoré pouvait rester en Côte-d ivoire aussi longtemps qu’il le souhaitait »


3.Posté par Akossia Pierre le 20/11/2014 22:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Koné Nabagné Bruno et le.. me font vomir. Si vous saviez la haine que j'ai pour ces gens, voulant même s'interférer dans la décision du FPI, pendant que le dernier n'est qu'un simple usurpateur.

Il n'y a plus personne pour lui " octroyer " le droit de candidat exceptionnel, il a mis en prison son patron, quel pauvre demeuré.

Et l'article 35 de la constitutionnel qui attend Alassane Dramane Ouattara, tant disque le président Laurent Gbagbo, rien que du naturel, l'homme originaire du pays.

Si Alassane Dramane Ouattara nous cherche dans les règles internes du FPI et le manquement de la constitution, il nous trouvera sur son chemin !

4.Posté par Akossia Pierre le 20/11/2014 23:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je crois qu'Affi N'Guessan a de sérieux problème, voici ce qu'il vient de dire : Affi réclame «l’irrecevabilité» de la candidature de Laurent Gbagbo à la présidence du FPI.

Je crois qu'il est plus débile que le ...

5.Posté par Akossia Pierre le 21/11/2014 00:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Voici le texte complet honteux de la réclamation d'Affi N'Guessan qui parle à la place du ...

A lire ci-dessous, la pauvreté d'esprit du désespéré Affi. J'ai lu pour vous !

LA LETTRE DE LA HONTE DE AFFI TENTATIVE DE PARICIDE ?

Abidjan, le 19 novembre 2014
N/Réf. : FPI/PP/Cab-PP/134-2014/D.A
Au
Camarade VY Paul
Président par intérim du Comité de Contrôle du Front Populaire Ivoirien
Abidjan
Objet : Réclamation relative à la candidature du Président
Laurent Gbagbo à l’élection de la présidence du FPI
Camarade,
Je viens par la présente formuler une réclamation aux fins de voir déclarer irrecevable la candidature du Président Laurent Gbagbo et par conséquent solliciter le retrait pur et simple de son nom de la liste provisoire des candidatures à la Présidence du Front Populaire Ivoirien, au 4e congrès ordinaire, que vous avez publiée le mardi 18 Novembre 2014.
1. De l’absence de convocation et de délibération du Comité de Contrôle
Par voie de presse, tu as procédé à la publication de la liste provisoire des candidats à la Présidence du FPI, à travers un communiqué paru dans le quotidienLe Temps N° 3344 du mardi 18 novembre 2014.
Ce même mardi 18 novembre, deux (2) camarades, membres du Comité de Contrôle ont animé, au siège provisoire du Parti, un point de presse au cours duquel, ils ont dénoncé ce communiqué. Ils ont soutenu que le Comité de Contrôle, depuis la date de clôture du dépôt des candidatures, ne s’est pas réuni à l’effet d’examiner les dossiers de candidature. Ils se sont insurgés, puis, ont condamné « l’acte solitaire du camarade VY Paul qui n’engage pas le Comité de Contrôle ».
Les circonstances sus évoquées conférant à l’acte ainsi publié un caractère irrégulier, il en résulte qu’il est nul et de nul effet puisqu’il n’émane pas du Comité de Contrôle en tant qu’instance du Parti.
2. De la non conformité du dossier de candidature du Président Laurent Gbagbo
Il convient de rappeler que suivant le communiqué du Président du bureau du Congrès publié dans le quotidien Notre Voie N° 4859 des samedi 8 et dimanche 9 novembre 2014, le dossier de candidature à la présidence du FPI doit comporter les pièces suivantes :
-Une demande manuscrite;
- La photocopie de la carte nationale d’Identité ou l’original de l’attestation d’identité ;
- 2 photos d’identité de même tirage;
- La carte de militant de l’année 2014;
- L’attestation de régularité de cotisations depuis l’année 2012, délivrée par le SNAFIP;
- L’attestation d’appartenance à une fédération délivrée par le Secrétaire Fédéral;
- L’attestation d’appartenance à un organe central ou de contrôle, délivré par l’organe concerné;
- le reçu du droit de candidature d’un montant de 100.000 FCFA délivré par le SNAFIP.
Il en résulte que les documents suscités doivent être produits par tous les candidats de façon impérative et cumulative ; de sorte qu’à défaut de produire l’un des documents requis, le dossier de candidature doit être déclaré irrecevable. En l’espèce, le dossier de la candidature proposée du Président Laurent Gbagbo ne comporte ni « une demande manuscrite » ni « l’attestation d’appartenance à un organe central ou de contrôle, délivrée par l’organe concerné ».Concernant spécifiquement l’attestation d’appartenance à un organe central, je précise qu’en ma qualité de président du Parti, donc président du Secrétariat Général et du Comité Central, je n’ai été à aucun moment sollicité aux fins de signature d’un tel document. Dès lors, le dossier de candidature du Président Laurent Gbagbo devrait être rejeté et la candidature déclarée irrecevable pour dossier incomplet.
3. De la violation des dispositions statutaires
L’article 12 des statuts du Parti dispose que : « A l’occasion des élections au sein du Parti, tout militant a le droit de proposer, de critiquer les candidats ou de demander le retrait de candidature dans le délai de dix (10) jours à compter de la publication de celles-ci. La demande de retrait est adressée à la structure immédiatement supérieure s’il s’agit d’un organe de base ou au Comité de Contrôle s’il s’agit d’un organe de Direction ».
C’est sur le fondement de cet article que M. Michel Gbagbo et les Fédéraux, Soro Kélofoua ; Djadou Raymond ; KanéMohitié ; DiomandéSopoudé ont proposé et déposé la candidature du Président Laurent Gbagbo.
Or, cet article dispose clairement que la proposition de candidature ne peut intervenir avant la publication de la liste provisoire des candidats.
Cette procédure n’a pas été suivie en l’espèce.
En effet, il est constant que le dossier de proposition de candidature du Président Laurent Gbagbo a été déposé au Comité de contrôle le 31 octobre 2014, alors même que la liste provisoire des candidats a été publiée le 18 novembre 2014. Le dépôt est donc intervenu 18 jours avant la période fixée par les statuts, et ce, en violation flagrante des dispositions de nos statuts.
C’est pourquoi, Il y a lieu de déclarer irrecevable lacandidature du Président Laurent Gbagbo, proposée par un groupe de Fédéraux.
4. De l’Impossibilité d’exercer la fonction de Président du Parti
Le Président Laurent Gbagbo est engagé dans une procédure judiciaire à la Cour Pénale Internationale (CPI) depuis 3 ans. Le début de son procès est fixé au 07 juillet 2015, soit 8 mois après la tenue du Congrès du Parti.Il va sansdire que le Président Laurent Gbagbo ne peut être physiquement présent au moment de l’élection du Président du FPI qui a lieu le 14 décembre 2014. Il y aurait donc vacance de la présidence dès l’élection éventuelle du Président Laurent Gbagbo, violant ainsi l’article 18 alinéa 7du règlement intérieur qui stipule : « En cas de vacance de la Présidence, le Premier vice-président convoque un Congrès extraordinaire, en accord avec le Comité Central, pour l’élection d’un nouveau Président si la durée à courir du mandat en cours est supérieure à un(1) an et demi ».
Il résulte de la lecture de cette disposition qu’on ne peut accepter la candidature d’un militant qui est dans l’impossibilité physique d’exercer immédiatement la fonction de Président du Parti.
Par ailleurs, l’article 42 alinéas 1 et 2 dispose « Le Président nomme les membres du Secrétariat Général qu’il soumet à l’investiture du congrès.
Il détermine leurs attributions».
En d’autres termes le Président élu doit être physiquement présent pour constituer et défendre le choix des hommes qui composeront le Secrétariat Général.
En outre, l’article 6 alinéa 3 du Règlement intérieur précise que le Président doit être investi par le congrès. Or, le Président Laurent Gbagbo ne peut également être physiquement présent au congrès pour y être investi, encore moins pour défendre le choix des membres du Secrétariat Général.
Il s’ensuit que la candidature proposée du Président Laurent Gbagbo ne doit pas être retenue.
De tout ce qui précède, il ressort que la situation spécifique du Président Laurent Gbagbo constitue un facteur objectif qui rend irrecevable sa candidature, au regard du risque de vacance de la présidence au-delà de 18 mois.
Camarade, pour tous ces motifs, je te demande de convoquer une séance du Comité de Contrôle à l’effet de se conformer aux textes du FPI et déclarer irrecevable la proposition de candidature du Président Laurent Gbagbo.
Je te souhaite bonne réception des présentes et te prie de recevoir, Camarade, mes meilleures salutations.
Pascal Affi N’Guessan
Candidat à la présidence du FPI.

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correct et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Opinion | Contributions | Vidéos | Zouglou Feeling | People | Reportages | Tribune | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Tourisme - Voyages | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN | Espace Kamite



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 18/05/2018 | 2577 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 12/12/2017 | 3279 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 11/07/2017 | 2153 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 27/04/2016 | 5358 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 24/10/2015 | 50986 vues
33333  (36 votes) | 14 Commentaires
La Dépêche d'Abidjan | 12/05/2015 | 3525 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 04/01/2015 | 5740 vues
00000  (0 vote) | 3 Commentaires