Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

BLOCO - COUPER, DÉCALER

03/11/2017 - La Dépêche d'Abidjan

BLOCO - ON VA OÙ ?

20/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOIRÉE CARITATIVE AU PROFIT DES ORPHELINATS D'AFRIQUE

03/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

LOGOBI STYLE - "ICI, C'EST ABIDJAN"

22/09/2017 - La Dépêche d'Abidjan

YODÉ ET SIRO - ASEC - KOTOKO

22/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOUM-BILL EN CONCERT À PARIS - EXTRAIT 2

11/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

SOUM-BILL EN CONCERT À PARIS - EXTRAIT 1

10/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

AU CONCERT DE SOUM-BILL, LE 05 AOÛT 2017, À PARIS

09/08/2017 - La Dépêche d'Abidjan

MAGA DINDIN - A CAPPELLA

30/06/2017 - La Dépêche d'Abidjan

DIDIER BILÉ - "N'OUBLIEZ PAS"

17/04/2017 - La Dépêche d'Abidjan

ZOUGLOU FEELING (DOCUMENTAIRE) - EXTRAITS

21/02/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Magic System au Festival RAÏ NB Fever - Bercy 2009

20/11/2015 - La Dépêche d'Abidjan

PETIT DENIS : APPELEZ-MOI "EL CAPO"

08/10/2015 - La Dépêche d'Abidjan








L’ORIGINE DE LA FÊTE DE NOËL (PAR CHEIKH ANTA DIOP)

29/10/2017 - La Dépêche d'Abidjan

10 mars 1893 - Naissance de la Côte d'Ivoire

26/08/2016 - La Dépêche d'Abidjan

Laurent Gbagbo dans le tourbillon du Golf de Guinée.

27/09/2015 - La Dépêche d'Abidjan

HISTOIRE - Le premier instituteur ivoirien

08/07/2014 - La Dépêche d'Abidjan

Le FPI exige une commission d’enquête internationale sur les massacres de la MACA


Déclaration Relativement au massacre de prisonniers à la MACA



Dans la nuit du 23 au 24 Juillet 2013, une rixe entre les gardes pénitentiaires et un détenu de la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (MACA), a déclenché une offensive des FRCI contre les prisonniers en panique, bilan : 3 morts selon les décomptes officiels et au moins 50 morts selon les prisonniers qui ont contribué à ramasser les corps et plusieurs blessés graves dont deux, dans un état très préoccupant.

LES FAITS

Des prétextes à la réalité, plusieurs versions ont circulé pour expliquer cette nième barbarie du pouvoir Ouattara contre ses propres citoyens.

A l’origine, un détenu du nom de Yacou le Chinois qui refuse d’être transféré dans une prison autre que la MACA. Pour faire barrage à ce transfert, il active son puissant réseau de malfaisants qu’il entretien et ces derniers ameutent les prisonniers en ouvrant les portes d’accès aux bâtiments de la prison. Les prisonniers en panique, se ruent dans la cour et trouvent en face d’eux les FRCI qui tirent sans sommation sur la foule en panique. Le vrai bilan reste à ce jour à déterminer.

LES PRÉTEXTES

Le premier prétexte utilisé pour justifier l’intervention des FRCI est que la foule en panique était armée. Ce premier prétexte était très grossier et surréaliste car après une fouille minutieuse des chambres des prisonniers, aucune arme n’a été découverte. Cela est tout simplement impossible car un prisonnier, avant d’être admis à la MACA est presque nu et subit une fouille corporelle en règle.

Le deuxième prétexte, celui de la tentative d’évasion a été retenu pour justifier le massacre. Qui voulait s’évader, le détenu Yacou ou tous les prisonniers? La seule personne qui avait des raisons connues de tous de s’évader selon toute vraisemblance est le caïd Yacou. Le sachant pourquoi massacrer les prisonniers en panique et épargner celui-là même qui est à la base de la panique qui , de surcroit est un FRCI « incarcéré » ayant la liberté d’aller et venir au vu et au su de tout le monde?

ANALYSE

Pour le Front Populaire Ivoirien, ce cas n’est pas isolé, c’est un élément d’une série macabre qui rythme quotidiennement la vie des ivoiriens. A chaque instant des FRCI surarmés avec l’appui de mercenaires installés dans des plantations, des villages, des prisons, ont pour mission officielle ou officieuse d’assurer la sécurité en lieu et place de la police et de la gendarmerie désarmée.

Des faits divers sont montés en épingle avec divers prétextes pour faire massacrer des populations désarmées. De Nahibly, à Angovia en passant par les occupations de terres par les mercenaires de M. Ouattara à l’Ouest, au Nord, au Centre, à l’Est et au Sud, les mêmes scenarios, les mêmes acteurs, les mêmes victimes. Le régime de M. Ouattara est incontestablement et obstinément en guerre ouverte contre la paisible population ivoirienne.

Revendiquer sa terre occupée par un mercenaire, revendiquer la sécurité des plantations pillées par des bandes armées, revendiquer ses droits sur ses richesses et ses biens sont des appels lancés aux FRCI et aux mercenaires du régime pour une opération programmée de massacre. Les prisons dans les quelles sont enfermés les prisonniers politiques du régime, considérés comme des obstacles majeurs à cette politique d’horreur, constituent la cible privilégiée et visible de cette série macabre avec le même scénario.

Pendant que les ivoiriens sont massacrés, emprisonnés et contraints à l’exil, le régime de M. Ouattara dont la mission régalienne est d’assurer la sécurité des personnes et des biens en Côte d’ivoire », organise leur insécurité physique et juridique en multipliant délibérément et impunément les actes de violations constantes des droits humains. Bien au contraire, le régime se préoccupe beaucoup plus de la sécurité juridique, physique et économique des supposés apatrides en leur distribuant des armes et des terres.

Sous le regard complice de la communauté internationale et des organisations de défense des droits de l’homme, la Côte d’Ivoire est en train d’être poussée vers une poudrière antinationale insoutenable et une désintégration sociale à terme.

NOS PROPOSITIONS

Pour mettre fin à ce scénario macabre le FPI demande :

1-Une commission d’enquête internationale sur les massacres de la MACA pour identifier les vraies causes, les vraies circonstances et le vrai chiffre sur les victimes. Les ivoiriens ne croient plus aux prétextes et aux chiffres de victimes souvent annoncés avant le décompte pour servir d’écran de fumé aux intensions génocidaires du régime.

2-la libération de tous les prisonniers politiques.

3-Le cantonnement immédiat des FRCI et des Dozos. A moins que le régime Ouattara n’est déclaré implicitement la guerre à «ses propres concitoyens », la place des forces armées en période de paix est dans les casernes et pendant cette période, la sécurité des biens et des personnes est assurée par des policiers et des gendarmes qui sont formés à propos. Continuer de contrôler de façon ostentatoire les citoyens ou à assurer au quotidien leur sécurité avec des armes de guerre relève tout simplement d’un Etat de guerre.

Le FPI demande, en tout état de cause, à tous les démocrates et à tous ceux qui ont un intérêt certain dans le développement d’une nation unie, solidaire et prospère en côte d’Ivoire, de donner de leur voix à celle des victimes pour que justice soit faite.

Le Secrétaire Général par intérim & Porte-parole

Dr. KODJO Richard

Fait à Abidjan, le 1er août 2013
Vendredi 2 Août 2013
La Dépêche d'Abidjan



Actualité
Notez

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correcte et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Interviews | Contributions | Zouglou Feeling | Vidéos | People | Reportages | Tribune | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Économie | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN


"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 29/11/2017 | 1121 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 25/08/2017 | 2212 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 25/06/2017 | 2016 vues
11111  (1 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 19/06/2017 | 967 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire


CÔTE D'IVOIRE - 2017 EST EN TRAIN DE NOUS FAIRE SES ADIEUX : Les 10 engagements pris par Alassane Ouattara 1. «A pr… https://t.co/D3Y1tyb1JK

Facebook

Partager ce site