Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

La nationalité, l'apatridie et les explications confuses du RDR.


« L'apatridie est simple. Des personnes peuvent être dans notre pays, et qui n'ont pas de nationalité. Par exemple les personnes qui sont d'origine libérienne, en raison de la guerre du Liberia il y a 20, 25 ans, sont arrivées en Côte d'Ivoire, ont décidé de rester en Côte d'Ivoire. Elles n'ont pas la nationalité libérienne, elles n'ont pas la nationalité ivoirienne. Cela est contraire au droit international. L'apatridie permet de leur demander de choisir, et elles choisiront. Si elles veulent être ivoiriennes, elles seront ivoiriennes, du fait de leur séjour de longue durée en Côte d'Ivoire », ainsi parlait Ouattara le 07 Août 2013 pour tenter de justifier une manoeuvre politicienne qui consiste à donner des papiers ivoiriens à un grand nombre de personnes étrangères.

C'est la première fois qu'on entend parler des libériens réfugiés en Côte d'Ivoire dans le débat récurrent sur la nationalté. Et il est étonnant qu'au moment où le débat fait rage, leur cas soit mis en avant.

Mais on voit surtout ici que Ouattara ne dit pas la vérité, et essaie de distraire l'opinion puisqu'il avait déclaré lors de sa visite au nord que cette partie du pays avait désormais la possibilité, grâce au combat de la rébellion, de " retrouver sa dignité par la nationalité."

D'ailleurs, tout ce qu'on a entendu jusqu'ici depuis le film " Côte d'Ivoire, poudrière identitaire ", et même bien avant, a toujours concerné le nord et son mal-être identitaire. On peut même remonter jusqu'à la Charte du Nord pour trouver, selon ceux qui voulaient convaincre de l'exclusion de cette région, que le nord n'était pas assez considéré comme une partie intégrante de la Côte d'Ivoire. En réalité, ils voyaient même au-delà du nord ivoirien, tout le sahel ouest-africain qui partage les mêmes noms et la même religion, parfois même la même langue. " On ne veut pas que je sois candidat parce que je suis musulman et du nord " avait même dit Ouattara qui n'avait pas hésité par la suite à revendiquer une majorité sociologique que ne peut manifestement pas composer le seul peuple du nord de la Côte d'Ivoire.

D'où vient-il donc que le mentor du RDR parle maintenant de libériens qui vivent dans ce pays depuis 20, 25 ans ? Les libériens vivant en Côte d'Ivoire ont-ils fait des demandes de naturalisation ? A-t-on jamais vu des libériens se plaindre de ce qu'on leur refuserait la nationalité ivoirienne ? Ces frères africains ont été accueillis en côte d'Ivoire sans qu'intervienne le HCR dans le processus de leur intégration. Ils ont été tout simplement pris en charge par des familles ivoiriennes.. Et on peut retrouver un témoignage intéressant à ce propos dans le livre écrit par la ministre Clotilde Ohouochi Yapi " On ira jusqu'au bout ", page 131.

En prenant l'exemple des libériens, Ouattara masque délibérément ses intentions véritables, mais réussira-t-il à faire croire qu'il a fait la guerre pour donner des papiers ivoiriens aux libériens qui se sont réfugiés en Côte d'Ivoire à cause de la guerre dans leur pays, et qui n'ont rien demandé.

On note aussi que Ouattara n'est pas seul à essayer d'expliquer aux ivoiriens la nécessité d'une loi sur l'apatridie et la nationalité. Au RDR, chacun y va de son explication, dans une remarquable cacophonie.

On ne sait plus qui croire.

Karamoko Yayoro explique qu'il s'agit de " régler le problème des gens nés en CI, et qui n'ont pas de papiers ". On voit donc déjà ici qu'il ne s'agit pas pour ce député RDR de personnes venues en Côte d'Ivoire comme le dit Ouattara, mais plutôt de personnes nées en côte d'Ivoire. Comment d'ailleurs serait-il possible qu'un non-apatride fasse un enfant apatride ?

Cissé Bacongo lui, explique qu'il s'agit de donner des papiers ivoiriens à des personnes qui vivaient en Côte d'Ivoire au moment de la proclamation de l'indépendance de ce pays, et qui n'ont pas usé de leur droit d'option dans les temps impartis. Pour lui, ils ne peuvent être considérés comme forclos puisqu'ils sont des ivoiriens d'origine. Ce qu'a d'ailleurs contesté, preuves à l'appui le professeur Hubert Oulaye. Mais on voit bien là que ces personnes n'ont pas opté pour la nationalité ivoirienne au moment où cette possibilité leur était offerte, et on imagine qu'elles n'avaient pas le choix entre cette nationalité ivoirienne et l'apatridie. On peut donc supposer raisonnablement ici que, si elles n'ont pas usé de leur droit d'option, c'est parce qu'elles avaient déjà une nationalité qu'elles ont préféré garder.

« Tout ce qui se raconte est pur mensonge. On fait croire qu’Alassane Ouattara veut donner la nationalité à tous les étrangers. Qu’on arrête d’intoxiquer la population », a déclaré quant à lui Soro Alphonse, avant d’expliquer que le projet de loi « vise simplement à accorder le statut d’apatride à 20.000 personnes ». « Les textes que nous avons, ne feront pas d’eux ( des étrangers) des Ivoiriens mais des apatrides. Ils ne seront ni électeurs, ni éligibles. Qu’on arrête de faire croire que le Chef de l’État veut se constituer un bétail électoral ». http://nouvelles.abidjantv.net/actualite-18962-apres-leur-liberation-soro-alphonse-qu-affi-n-guessan-se-calme.html

Soro Alphonse prend donc le contre-pied de Ouattara puisque là où ce dernier parle de donner le choix de leur nationalité aux libériens soi-disant apatrides,lui parle d'un simple statut d'apatride qui ne leur donnerait aucun droit civique lié à la nationalité ivoirienne.

Les députés RDR auraient-ils besoin qu'on leur explique davantage de quoi il s'agit véritablement, puisqu'alors qu'ils sont décidés à voter cette loi, ils semblent en ignorer les conséquences ?

Le député RDR Soro Alphonse contredit le député RDR Karamoko Yayoro en disant qu'il s'agit juste d'accorder " un statut d'apatride " là où l'autre parle de " naturaliser des personnes nées en côte d'Ivoire et sans papiers".

Dans tous les cas, au regard de toutes ces explications confuses, on voit que le véritable objectif est caché parce qu'il est inavouable. Aucune des raisons citées plus haut ne justifie cette volonté de Ouattara de naturaliser des centaines de milliers de personnes, car c'est de cela qu'il est véritablement question, même si on essaie de minorer leur nombre pour que le PDCI avale plus facilement l'amère pilule. On n'oublie pas qu'ils ont commencé par avancer le chiffre de 400.000 apatrides.

La seule et vraie raison qui justifie cette envie frénétique est que le régime Ouattara veut donner la nationalité ivoirienne à des personnes qui ont déjà une nationalité , comme cette dame malienne, assesseur dans un bureau de vote en Côte d'Ivoire lors de la présidentielle malienne, qui a été prise avec une carte d'identité ivoirienne.

Étrangers donc les jours pairs, et Ivoiriens les jours impairs, comme dirait Robert Guëi. Par la seule volonté de Ouattara, là où le président Gbagbo voulait ouvrir un vrai débat national sur la nationalité, après sa réélection.



J'ai fini de parler.



Alexis Gnagno
Dimanche 18 Août 2013
La Dépêche d'Abidjan



Tribune
Notez

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correct et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Opinion | Contributions | Vidéos | Zouglou Feeling | People | Reportages | Tribune | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Tourisme - Voyages | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN | Espace Kamite



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 18/05/2018 | 2586 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 12/12/2017 | 3283 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 11/07/2017 | 2157 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 27/04/2016 | 5365 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 24/10/2015 | 51021 vues
33333  (36 votes) | 14 Commentaires
La Dépêche d'Abidjan | 12/05/2015 | 3533 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 04/01/2015 | 5747 vues
00000  (0 vote) | 3 Commentaires