Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

La mort de Mikis Theodorakis et un souvenir de son séjour en Argentine dans les années 1970

Le grand musicien grec Mikis Theodorakis, immortalisé par la musique du film Zorba le Grec (1964), est décédé le 2 septembre à Athènes. La scène inoubliable avec Anthony Quinn qui danse. Il est mort à l'âge de 96 ans dans la capitale de sa Grèce natale.


La mort de Mikis Theodorakis et un souvenir de son séjour en Argentine dans les années 1970
Les nouvelles générations ne savent peut-être rien ou presque de lui. Mais Mikis Theodorakis était, d'une part, l'un des génies musicaux du XXᵉ siècle et, d'autre part, une personne engagée dès sa jeunesse dans de nombreux combats de l'époque, notamment contre le nazisme, le fascisme et les dictatures, en particulier celle des "colonels" grecs qui ont dirigé le pays entre 1967 et 1974. Il a combiné sa vaste production musicale avec le militantisme politique, qu'il a longtemps exercé depuis la gauche et en tant que membre du parti communiste grec, avec lequel il a finalement rompu en 1972, lassé de la bureaucratie de l'Union soviétique et de sa persécution de la liberté d'expression et de la liberté artistique. La même chose s'est produite avec d'autres personnalités de l'art et de la culture dans le monde entier.

Malheureusement, la carrière politique de Theodorakis a ensuite basculé de plus en plus à droite. En 1989, par exemple, il a été candidat indépendant pour le parti de centre-droit Nouvelle démocratie, ce qui lui a valu de nombreuses critiques de la part de la gauche. Il est venu et reparti en politique. À l'âge de 89 ans, il a rencontré le représentant du gouvernement de centre-gauche Syriza, pour lui demander d'"annuler toutes les mesures du mémorandum" et de dire Non à l'ajustement exigé par la "Troïka" financière de l'Union européenne.

Mais, au-delà de ces oscillations et de nos divergences politiques logiquement profondes avec Mikis Theodorakis, nous ne pouvons manquer de reconnaître un artiste qui a été l'un des grands artistes du monde. Nous ne pouvons pas non plus ignorer ses années de militantisme pour les causes démocratiques, pour les droits de l'homme et contre les dictatures. Ce qui lui valut d'être persécuté et emprisonné.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, il abandonne ses études pour rejoindre les forces de résistance grecques contre l'occupation des troupes de l'Axe (1943). En 1941, il a composé sa première chanson, Capitaine Zacharias, à l'occasion de l'invasion nazie-fasciste ; elle est ensuite devenue l'hymne de la résistance hellénique.

Après la défaite du nazisme, une guerre civile éclate en Grèce, les Britanniques intervenant pour empêcher les guérillas dirigées par les communistes de prendre le pouvoir. Theodorakis fait partie de cette nouvelle résistance populaire et est emprisonné de 1947 à 1953. À l'époque de la dictature militaire, il a été détenu de 1967 à 1970 ; ses chansons ont été interdites et il est ensuite allé vivre à Paris. Il est finalement rentré en Grèce en 1974. Avec l'actrice et chanteuse Melina Mercuri, il était le symbole de la résistance à la dictature en Grèce.
Parmi ses musiques de films, nous pouvons citer Zorba le Grec, Zeta (1969), État de Siège (1972), qui dénonce la dictature grecque, et Serpico (1973).
Certains considèrent que son chef-d'œuvre est la "trilogie (ou ballade) de Mauthausen". Basé sur l'expérience tragique du poète grec Iakovos Kambanellis dans le camp de concentration nazi. Theodorakis a également mis en musique le "Romancero Gitano" de l'Espagnol Federico García Lorca et le "Canto General" du Chilien Pablo Neruda.

En août 1972, Theodorakis se rend en Argentine pour donner un spectacle musical au Luna Park, lors d’une tournée au milieu de son exil à Paris. À l'époque, nous vivions la dernière époque de la dictature militaire d'Agustín Lanusse, qui avait été contraint, par les Cordobazos, Rosariazos, Tucumanazos et autres "azos", de convoquer des élections générales. Theodorakis avait provoqué un choc politique mondial en démissionnant du parti communiste grec en mars de la même année. Dans ce contexte, notre courant socialiste révolutionnaire, dirigé par Nahuel Moreno, qui a toujours combattu le stalinisme, a décidé de l'interviewer pour notre hebdomadaire de ces années-là, Avanzada Socialista. Quelques mois plus tard, nous fondions le PST. Nous voulions connaître son point de vue sur cette rupture et échanger avec lui sur son opinion concernant la nécessité de former de nouveaux partis révolutionnaires. Theodorakis a accepté la rencontre. Notre délégation était composée d’Ernesto González, Mercedes Petit et moi-même. Il nous a reçus dans le hall de l'hôtel où il résidait. Ce rapport a été publié dans Avanzada Socialista Nº 27, 30 août 1972. Il y a presque 50 ans. Il était annoncé en couverture avec sa caricature et un Z dans le dos, rappelant le film contre la dictature grecque. Quelques jours avant sa présentation au Luna Park, nous nous sommes rendus à la répétition pour lui demander la permission d'ouvrir une banderole, pendant sa présentation, demandant la liberté du leader paysan péruvien Hugo Blanco, emprisonné dans la prison de Villa Devoto. Ce qu'il a accepté sans problème.

À l'occasion de sa mort, nous nous souvenons du grand musicien et combattant contre le nazisme et les dictatures grecque, Mikis Theodorakis.

Miguel Sorans
Membre de la direction de l'Unité internationale des travailleuses et travailleurs – Quatrième Internationale (UIT-QI)


Lundi 6 Septembre 2021
La Dépêche d'Abidjan



Opinion
Notez

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correct et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Opinion | Contributions | Vidéos | Zouglou Feeling | People | Reportages | Tribune | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Tourisme - Voyages | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN | Espace Kamite



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 22/09/2021 | 829 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 25/06/2021 | 1325 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 10/07/2020 | 3469 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 06/02/2020 | 1923 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche D'Abidjan | 04/05/2011 | 3307 vues
11111  (1 vote) | 0 Commentaire