Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

La Dépêche d'Abidjan

LA LIBERTÉ D'INFORMER









La journée internationale des Nations Unies commémore la traite des esclaves et son abolition

La nuit du 22 au 23 août 1791, à Saint-Domingue (aujourd'hui Haïti et la République dominicaine) a vu le début du soulèvement qui allait jouer un rôle crucial dans l'abolition de la traite transatlantique des esclaves.


La journée internationale des Nations Unies commémore la traite des esclaves et son abolition
C'est dans ce contexte que la Journée internationale du souvenir de la traite négrière et de son abolition est commémorée le 23 août de chaque année.

Cette journée internationale vise à inscrire la tragédie de la traite négrière dans la mémoire de tous les peuples. Conformément aux objectifs du projet interculturel « La Route de l'esclave », elle doit être l'occasion d'une réflexion collective sur les causes historiques, les modalités et les conséquences de cette tragédie, et d'une analyse des interactions qu'elle a suscitées entre l'Afrique, l'Europe, les Amériques et les Caraïbes.

La Directrice générale de l'Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) invite les ministres de la Culture de tous les États membres à organiser chaque année à cette date des manifestations auxquelles participera l'ensemble de la population de leur pays et en particulier les jeunes, les éducateurs, les artistes et les intellectuels.

La Journée internationale du souvenir de la traite négrière et de son abolition a d'abord été célébrée dans plusieurs pays, notamment en Haïti (23 août 1998) et à Gorée au Sénégal (23 août 1999). Des manifestations culturelles et des débats ont également été organisés. L'année 2001 a vu la participation du Musée du Textile de Mulhouse en France sous la forme d'un atelier de tissus appelés « Indiennes de Traite » (un type de calicot) qui servaient de monnaie d'échange d'esclaves aux XVIIe et XVIIIe siècles.

Fin de l’esclavage et de la déshumanisation

Dans le message adressé par Directrice générale de l’UNESCO à l’occasion de la Journée internationale du souvenir de la traite négrière et de son abolition, Audrey Azoulay rappelle que le 23 août « nous honorons la mémoire des hommes et des femmes qui, à Saint- Domingue en 1791, se sont révoltés et ont ouvert la voie à la fin de l'esclavage et de la déshumanisation ».

« Nous honorons leur mémoire et celle de toutes les autres victimes de la traite négrière et de l'esclavage qu'ils représentent. (...) Une fois pour toutes, il est temps d'abolir l'exploitation humaine et de reconnaître la dignité égale et inconditionnelle de chaque individu sur Terre », ajoute-t-elle.

« Aujourd'hui, souvenons-nous des victimes et des combattants de la liberté du passé afin qu'ils puissent inspirer les générations futures à construire des sociétés justes », fait-elle valoir.
Source : un.org
Lundi 23 Août 2021
La Dépêche d'Abidjan



Politique
Notez

Politique | Interviews | Faits et Méfaits | En Région | Société | Économie



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 13/09/2021 | 91 vues
00000  (0 vote)
La Dépêche d'Abidjan | 19/08/2021 | 205 vues
00000  (0 vote)
La Dépêche d'Abidjan | 07/08/2021 | 223 vues
00000  (0 vote)
La Dépêche d'Abidjan | 30/07/2021 | 201 vues
00000  (0 vote)
La Dépêche d'Abidjan | 17/06/2021 | 281 vues
00000  (0 vote)
La Dépêche d'Abidjan | 17/06/2021 | 306 vues
00000  (0 vote)
La Dépêche d'Abidjan | 19/04/2021 | 235 vues
00000  (0 vote)