Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan
La Dépêche d'Abidjan









Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

La dépouille de la maman de Gbagbo transférée à Gagnoa - Tout sur sa mort et les tractations à Yamoussoukro


La dépouille de la maman de Gbagbo transférée à Gagnoa - Tout sur sa mort et les tractations à Yamoussoukro
C’est hier (Jeudi-ndlr) à 13h45 minutes que le corbillard transportant la dépouille mortelle de la vieille Gado Marguérite, mère du président Laurent Gbagbo, a quitté la morgue du Chr de Yamoussoukro
en direction de Gagnoa. Le cortège funèbre était accompagné des autorités préfectorales de la ville de Yamoussoukro, le préfet de police, le commandant de la gendarmerie, du procureur de Toumodi et des membres de la famille, dont Michel Gbagbo, fils aîné de Laurent Gbagbo, l’ex- ministre des Affaires étrangères, Alcide Djédjé. Mais avant, que de tractations à l’allure de séquestration autour du corps de la génitrice du célèbre prisonnier de La Haye !

Retour sur les faits.

Lundi 15 octobre. Les petits-enfants, respectant le vœu de leur grand-mère, ont pris la route de blouzon (S/P de bayota), comme souhaité par la vieille Gado Marguerite. Avec comme chef de délégation, l’ancien ministre Alcide Djédjé. Chemin faisant vers Sinfra, peu après Yamoussoukro, la vieille demande à boire. Une bouteille d’eau lui est tendue. Après avoir étanché sa soif, elle se met à prier. La prière achevée, la vieille se met à pleurer. Puis survient aussitôt la crise. La délégation rebrousse donc chemin. Direction, le Chr de Yamoussoukro. Aux urgences où maman Gado marguerite est internée, les infirmiers qui l’ont reçu, en premier lieu, n’ont pas le
temps de placer la perfusion qu’elle rend l’âme. Il est un peu plus de 19h. Commencent alors les
nombreuses tractations et difficultés pour les membres de la délégation qui l’accompagnent.
Ceux-ci, dont le ministre Alcide Djédjé, sont arrêtés par la police et conduits au commissariat
du 1er arrondissement de Yamoussoukro où ils passent la nuit au bureau de commissaire. Alain Porquet, fils de Jeannette Koudou (soeur cadette de Laurent Gbagbo) et de feu le célèbre
dramaturge Niangoran Porquet, qui souffre d’un problème de cœur pique une crise. Il est autorisé à prendre ses médicaments alors que cela lui avait été refusé quelques heures plus tôt par les policiers. Le lendemain, vendredi, ils sont sommés de se faire auditionner à la préfecture
de police de Yamoussoukro sise aux 100 logements garçon. il est 9h. Nous sommes à l’entrée de la morgue du CHR. Trois policiers montent la garde. Personne, en dehors du personnel de la morgue, n’a le droit d’y entrer. 9h45mn, le préfet de région, André Ekponon, accompagné du
Secrétaire général 2, Yépi Yesso narcisse, le 1er Adjoint au maire, Yaoura Konan, le député de la
sous-préfecture de Yamoussoukro, Kouamé Edouard, le préfet de police, le commandant de la gendarmerie et le procureur du tribunal de toumodi arrivent à la morgue. Après un entretien avec la responsable des lieux, la délégation repart. Les tractations se poursuivent à la préfecture
de police.
11h. Un corbillard vient prendre position devant la morgue. Débutent alors les formalités administratives. 13h, les membres de la famille et les journalistes présents sont vidés des lieux.
13h10, le préfet de police, Sanogo ismaïla, arrive.
13h 18, le corbillard sort de la morgue précédé du pick-up du préfet de police qui fait office d’escorte. Le convoi prend un chemin détourné puis emprunte, à vive allure, la voie qui mène à Sinfra.
13h25, l’ex-ministre Alcide Djédjé, Michel Gbagbo et les autres membres de la famille, le préfet de région et le procureur arrivent. Point de corbillard. C’est l’étonnement. « Ce n’est pas possible ! », « Ils ne peuvent pas partir comme ça ! », « Est-ce un enlèvement ? »… entend-on ça et
là. Le Préfet de région joint au téléphone l’escorte du corbillard.
13h35, le corbillard qui a rebroussé chemin revient sur le parvis de la morgue. Après des échanges et des concertations, le corbillard quitte la morgue à 13h45 accompagné des autorités de la ville et les membres de la famille en direction de Gagnoa.

OuAttara Abdul Mohamed
Correspondant permanent
à Yamoussoukro
In Notre Voie
Dimanche 19 Octobre 2014
La Dépêche d'Abidjan



Actualité
Notez

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correcte et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Opinion | Interviews | Contributions | Vidéos | Zouglou Feeling | People | Reportages | Tribune | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Économie | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 12/03/2019 | 800 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 01/08/2018 | 5707 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire


Facebook

Partager ce site