Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

La "Minute" de vérité...


La "Minute" de vérité...
La France est devenue raciste? Première nouvelle! Inspirant l’air méphitique des temps présents, pouvons-nous donc nous coucher moins bêtes, car emplis de la divine nouvelle ?

Et ce sur l’injonction d’une classe médiatico-politique largement complice et, Ô Dieu soit loué ! blanche et solidaire, dissimulatrice et paternaliste?

Parlant, grand merci patron, en notre nom, et Dieu en soit témoin, pour notre bien? Foutaises et non-dits, billevesées et sourires crispés, poings mollement levés, théodicées en contre-plaqué, sont censés nous protéger du mal. Amen !

Voici le panorama affligeant offert par une société dont la décomposition avancée et la putréfaction malodorante nous tirent d’ultimes spasmes nauséeux. Ceux-là même inscrits dans de finaux et définitifs constats médico-légaux.

R.I.P.

Requiescat in pace, douce France. Cher pays de notre enfance.

Des siècles de mépris institutionnalisé, scientifiquement étayé.

Une saloperie, un racisme culturellement et politiquement assumés. Elitaires en ce qu’ils viennent d’en haut, vulgaires en ce qu’ils révèlent d’ici-bas.

Malicieusement dissimulés sous les oripeaux de sanglant et d'ignoble rétablissement d’ivoirienne démocratie, de libyenne libération au missile, de malienne et militaire intervention, d’aide au développement octroyée à des peuples entiers étrangement concomitamment spoliés.

Ces mêmes peuples, naguère ici employés à la défense du tout petit pré carré, si ce n’est plus chanceux, employés à sa reconstruction et son développement. Mais toujours aspirés, usés jusqu’à la corde par un impérialisme et un néocolonialisme persistants.

Mais, « Alléluia ! » ils sont aujourd’hui récompensés, et de belle façon, avec élégance et raffinement : à la française.

Ad augusta per angusta.

Christiane Taubira, au commencement de sa carrière politique, fière guyanaise et indépendantiste, devenue héraut de l’union neutre et de ce fait cible des nostalgiques des champs de cotons. La Garde des Sceaux d’une amorale et décédée Vème république, est aujourd’hui comparée à une guenon.

Non pas seulement insultée par les macaques fascistes de « Minute », étrons de la pensée raciste française, mais aussi accueilli par la fine fleur de la jeunesse du pays, avec force jets de bananes.

Enfants méritant une bonne paire de gifles, élevés dans la haine de l'autre par d’indignes parents.

Chiens aux babines dégoulinantes des discours des Le Pen père, fille et petite-fille (maudites portées), se régalant des croquettes avariées, abondamment distribuées par les dresseurs à la haine que sont les Sarkozy, Copé ou autre Valls.

Etre non blanc, être noir, a toujours été un handicap, car irréductible balafre sur le visage de la blanche république. Mais ceux qui avaient choisi de nier la réalité, préférant détourner le regard se retrouvent aujourd’hui gênés aux entournures, face à l'expression d'un racisme décomplexé qu'ils semblent découvrir.

Réveil brutal.

Sortant d'une léthargie séculaire, les noirs frayant dans les hautes sphères et ayant voulu à toutes forces être de France, ceux-là même ayant accepté de se prostituer pour les plats de bananes frites offerts par la république, découvrent un paysage que certains, frayant dans les eaux troubles de sa réalité connaissent, comme le singe connait son arbre : la France, qui par bien des aspects est une vieille rombière, est également raciste.

2002 aura été une césure pour les sceptiques, 2013 une fracture pour les athées.

Une fracture consommée entre les Lou Ravi, chantres d'une intégration-désintégration hypocrite et les soutiers de la république, rameurs à mort du système. Ceux n’ayant jamais été dupes des suaves mélopées de la rhétorique dominante, bréviaire d’un monde géré, dirigé par l’homme blanc. Si blanc qu’il en est devenu transparent et milite pour la disparition de notre richesse : notre différence.

Parce que l’animal appartient à une race de babouins biberonnés au mépris, bercés par une culture du dénigrement de l’autre, plongeant ses racines dans l'abjection la plus totale, il est irrécupérable.

Mais doit-on l’en blâmer lorsqu’on sait d’où il vient, à quelle performante école républicaine il a été éduqué ?

Celle du code noir et de la colonisation, celle de la république de Jules Ferry et des sciences humaines de Gobineau, celle de la géopolitique de Charles De Gaulle et du brigandage de grand chemin de son fondé de pouvoir, Jacques Foccart, démiurge de l'Afrique "développement zéro" ?

De la grande France, celle des droits de l’homme, écrasant Toussaint Louverture, étouffant Dessalines, martyrisant Haïti. La France claquant la porte aux principes portés par la France minoritaire et révolutionnaire, la seule en laquelle nous accepterions de nous reconnaitre.

Celle maniant la guillotine. Celle de Maximilien Robespierre.

D’hypocrisie en non-dits, de solipsisme en vanité injustifiée, la France aujourd’hui se mire et se contemple. Fumiste patentée, elle feint d’être étonnée de se savoir raciste, alors qu’elle sait l’avoir toujours été.

Nous pouvons collectivement en témoigner. D’ailleurs, en sus d’avoir rédigé avec sa plus belle plume l'abject Code Noir, après avoir décolonisé le nègre pour le "néocoloniser" (s‘étant il est vrai entre-temps essayé à l’absolution par schœlcherisation), la France n'a pas hésité à livrer « ses juifs » qui étaient des blancs comme les autres. La constatation s'impose comme une évidence: pouvant le plus dans l'innommable, il n'est pas étonnant que la France renoue avec sa part raciste.

Les larmes pathétiques d’Harry Roselmack (1), nègre de l’affirmative action à la mode Sarkozy, les péroraisons de Koffi Yamgnane (2), qui fût un temps versait ses larmes de regret sur la période bénie de la colonisation (3), les maladroites lamentations, de la malheureusement perdue pour la cause, Christiane Taubira, ne sont pas les fidèles reflets de l’état d’esprit qui prévaut chez les « singes » de France.

Ils ne recherchent nullement la sollicitude d’une société aussi naturellement raciste qu’elle est productrice de vin et de fromage.

Non, loin de là.

Ils attendent sagement le moment où il faudra en découdre pour recoudre le visage de Marianne.

Le moment d'apposer les sutures sur des plaies encore béantes.

Maladroitement, Léonora Miano, lors de l’émission « Ce Soir Ou Jamais » du 9 novembre 2013, a dit à mots couverts ce qui est leur vérité.(4) Elle n'a pas plus à certains, mais là n'est pas l'objectif.

N'a pas encore été réclamé le paiement de ce qui est dû.

Les singeries, l'expression du racisme décomplexé, le lâchage généralisé des flatulences xénophobes peuvent se poursuivre, cela ne perturbe guère les "singes" de France. En effet, le compteur de la dette (la vraie celle-là), continue de tourner à leur avantage et son paiement ne se fera pas, c’est une certitude, en monnaie de singe.

La bonne nouvelle pour la France et ses dresseurs de "singes", est qu’aujourd’hui les calculs des agios et intérêts se poursuivent.

La mauvaise, est que la fin du bilan comptable se rapproche, chaque jour un peu plus.

Gageons qu'à cette échéance, les "singes" ne seront plus les seuls à faire la grimace…

A Sènami, ma fille nouvelle-née,



Ahouansou Séyivé

(1) http://www.huffingtonpost.fr/2013/11/05/harry-roselmack-tribune-france-raciste_n_4217016.html
(2) http://www.lepoint.fr/politique/kofi-yamgnane-la-france-a-toujours-ete-raciste-13-11-2013-1756268_20.php

(3)http://www.youtube.com/watch?v=bRmYeVJ58Fk

(4)http://www.youtube.com/watch?v=lGMyZQohue8&feature=youtu
Dimanche 17 Novembre 2013
La Dépêche d'Abidjan



Tribune
Notez

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correct et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Opinion | Contributions | Vidéos | Zouglou Feeling | People | Reportages | Tribune | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Tourisme - Voyages | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN | Espace Kamite



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 18/05/2018 | 2586 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 12/12/2017 | 3283 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 11/07/2017 | 2157 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 27/04/2016 | 5365 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 24/10/2015 | 51021 vues
33333  (36 votes) | 14 Commentaires
La Dépêche d'Abidjan | 12/05/2015 | 3533 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 04/01/2015 | 5747 vues
00000  (0 vote) | 3 Commentaires