Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

LA LIBERTÉ D'INFORMER








La Côte d’Ivoire va vers des élections truquées d’avance sans essence démocratique, pluraliste et multipartite.


La Côte d’Ivoire va vers des élections truquées d’avance sans essence démocratique, pluraliste et multipartite.
Chronique : CETTE COMMISSION ÉLECTORALE EST UNE FOUTAISE

Alassane Ouatera, conscient de la minorité acquise de son pouvoir par les armes (...), ne peut pas oser ouvrir le jeu démocratique. Non ! Cela signifie la perte du pouvoir d’état confisqué depuis 2010. Donc, Alassane Ouattara sera l’arbitre du processus électoral de 2020 avec comme mains dans la commission électorale, 3 représentants : 1 représentant d’Alassane Ouattara, 1 représentant de Ahmed Bakayoko son ministre, 1 représentant du Conseil supérieur de la magistrature suprême qu’Alassane Ouattara dirige, donc 3 représentants au total, en égalité avec les partis politiques qui ont 3 du RHDP ( coalition d’Alassane Ouattara ) et 3 des partis de l’opposition toute tendance confondue, dont le boycott des élections depuis 2010 a engendré plus de 80% d’abstention et avec le PDCI-RDA de Bédié. DONC CETTE COMMISSION ÉLECTORALE EST UNE FOUTAISE.
Il faut retenir ici que, quand il s’agit de l’organisation des élections démocratiques pluralistes et multipartites, il n’y a pas de président de la république arbitre, qui décide de tout le processus électoral. Il « le président de république » est un citoyen comme tous les autres citoyens, s’il peut se prévaloir encore de cette qualité. Ici on ne se revendique pas ostensiblement président de la république, autour du processus électoral juridiquement situé hors de ta portée de main, dans un état républicain de droit et démocratique. Ici il n’y a que des citoyens libres, égaux en droit et en devoir, dirigeants de partis, candidats potentiels et citoyens électeurs, qui discutent des conditions des élections démocratiques pluralistes et multipartites. Consensuelle-ment au terme d’un dialogue ouvert à tous. Qui transcende les tenants momentanés du pouvoir d’état.
Parce que les élections sont un droit inaliénable des peuples a disposés d’eux-mêmes qui se situent au-dessus en droit et en fait des institutions de la république. Que les peuples souverains enfantent, y compris la présidence de la république. Donc ici, les institutions étatiques subordonnées du processus électoral doivent s’affranchir des visions étroites pour s’enraciner résolument dans la politique démocratique des élections pluralistes et multipartites au sens le plus large. Et d’aligner le cadre organisationnel des élections démocratiques avec les engagements internationaux en matière de droits de l’homme. Cela inclut un engagement à faire preuve de transparence, d’honnêteté et de responsabilité.
Ici c’est l’intégrité du processus électorale qui est recherché, pour garantir par le biais d’une commission électorale Autonome, neutre, impartiale et transparente. Qui doit être assise sur un ensemble de conditions basées sur les principes universels démocratiques. Dans un système électoral, qui encourage, protège, de par son organisation, la tenue d’élections démocratiques, libres, justes, équitables et transparentes. Et ce système devrait être adapté au contexte social et politique de chaque pays. Celui de la côte d’ivoire exige un système ci-dessous décrit, exigible en droit inaliénable:
« Une commission électorale autonome et Apolitique, qui gèrera librement tout le système électoral sans aucune interférence de qui que ce soit et qui s’adjoindra librement tous les expertises quelles qu’elles soient.*- 2- qui nommera librement des Juges des élections impartiaux « conseil constitutionnel judiciaire ». 3- Qui procédera à un Découpage électoral équilibré sous les conseils des experts qu’elle s’attachera. 4*- Qui produira une liste électoral consensuelle  *-5- Qui fera une identification claire des électeurs *-6- Qui fixera une Condition claire d’accession à la candidature  *- 7- Qui se procurera des Instruments fiables et des modes de scrutins *- 8- qui exigera de l’état, des normes juridiques de régulation sociale et de régulation électorale pour, le bon fonctionnement juridico-politique de son organisme etc. ». Voici le système qui est adapté au conteste sociopolitique actuel de la cote d’ivoire. Mais les objectifs fondamentaux de tous les systèmes électoraux sont les mêmes et relèvent de la nécessité de tenir des élections propres, démocratiques, libres, justes, équitables et transparentes.
Cette élection juste exige toujours un processus électoral transparent, consensuel, et un système électoral équitable qui puisse garantir des chances égales pour tous les participants, avec une commission électorale Autonome, neutre, impartiale et transparente. Qui aussi exige formellement l’absence d’intimidation d’où qu’elle vienne et quelle qu’elle soit. Donc le pouvoir démocratique s’entend comme issu des élections, libres, transparentes, pluralistes, sans tricherie planifiées, sans fraudes orchestrées, et conforme aux normes internationales. Le tout dans le respect des droits, des règles, des libertés, qui proscrit tout usage des armes de guerres pour s'imposer au mépris des principes universelles de démocraties pluralistes et multipartites.
Donc la monarchie d’Alassane Ouattara dans sa condescendance a vouloir être l’arbitre du processus électoral ivoirien veut quoi ? Des citoyens vaches qui ne demandent qu’à manger dans un système condescendent de panurgisme moutonnier en ce 21e siècle ? Bon ! Peuple souverain de côte d’ivoire, ta camarade, la rue opposante consensuelle et équilibriste critique l’ami infaillible des démocraties de par le monde, a vu la côte d’ivoire de Félix Houphouët Boigny dans un coma, et elle te regarde d’un regard étonné et impatient. Elle entend être rassuré que tu n’es pas un peuple vache qui ne demande qu’à manger même à l’Abattoir d’un boucher sahélien. Ici c’est une alerte, nous sommes dans une logique de dénonciations.
*- les élections calamiteuses font que la côte d’ivoire va très mal.
Puisque la côte d’ivoire va mal, très mal même, il nous faut alerter et dénoncer, au risque de déplaire est notre mission ici. Nous sommes conscient que les sociétés humaine progressent non pas de façon linéaire, mais par fracture aussi imprévisible que le tremblement de terre. Donc nous souhaitons à la côte d’ivoire de Félix Houphouët Boigny sa salvatrice fracture sociopolitique imprévisible comme le tremblement de terre. La côte d’ivoire de Félix Houphouët Boigny va mal très mal même. Oui ! Depuis 1994 « front-républicain », en passant par le 24 décembre 1999 coup d’état arriviste dénommé « révolution des œillets », pour arriver aux 18-19 septembre 2002 « coup d’état manqué transformer en rébellion », jusqu’au 11 avril 2011 « date du honteux kidnapping postélectoral » la côte d’ivoire vie le chaos sempiternel des élections calamiteuses, qui sont toujours la cause controuvée par des politicards carriéristes.
Oui depuis 2002, la côte d’ivoire est habilement entrainer petit à petit dans un engrenage fatal par un homme et son escouade phalangiste peuplé d’une aride meute de clébards de guerres. La côte d’ivoire, d’élection a élections, confisquée entre les mains de ce nombrilisme Amoral, est comme un homme emporter par la violence de la puissance du courant de l’eau du fleuve, qui se noie petit-a-petit, tout en faisant des mimiques désespérées vers la gueule du prédateur crocodile. Et qui s’essaie intempestivement de rassurer les observateurs de la vie politique ivoirienne, en faisant des grimaces désespéré, comme tout allait bien, qu’il est un grand nageur. Alors que le prédateur crocodile imperturbable attend son festin sadique, pervers et macabre. Oui les politicards mafieux espèrent d’un passage en force en 2020 pour laisser les soins aux armes de faire le reste de l’imposition au prix des vies humaines.
C’est pourquoi, pour les élections de 2020, il faut éviter la division dans la lutte de reconquête du pouvoir d’état. Nous sommes convaincu que, Rien ne se fera en côte d’ivoire dans la division, rien ne sera réussi en côte d’ivoire dans la division, rien ne changera en côte d’ivoire dans la division. Nous sommes convaincus donc, que, c’est en luttant tous ensemble pour l’intérêt général, que nous réussirons à reconquérir le pouvoir d’état, que nous réussirons a forgé un état de droit, que nous réussirons à obtenir une stabilité politique et une paix sociale pérenne en côte d’ivoire. Ou l’ivoirien serait libre de faire la politique et aller dormir chez lui sans craindre d’être zigouillé ou d’être embastillé sinon être arrêté.
Dans une société ivoirienne ou la Gestapo ivoirienne « DST » deviendra une vraie police politique, qui aura moins de travail à faire dans une arène politique civilisée. Oui ! L’ivoirien ne doit pas accepter ou se plaire d’être enfermer dans un système électoral de prison de morts programmé par un parti politique attrape-tout, peuplé de transhumants iconoclastes, d’Arrivistes renégat alimentaires, de véritable oiseaux migrateurs nihilistes, en quêtent de bouffe a la table des convives mafieux. Le tout soutenu par un clanisme malsain comme socle politique. La côte d’ivoire ne doit pas entrer ou se plaire dans une chambre à gaz électorale préconstruite par une politique clanique de l’unilatéralisme absolutiste et monarchiste.
Donc notre soif citoyenne de démocratie, de droit, de liberté, de stabilité sociopolitique, de paix Houphouët-ienne, de justice juridique et sociale, d’égalité de tous, ne peut s’accommoder avec un pouvoir mafieux, autoritaire, déviant, issus toujours des élections truquées. Parce qu’il sait habillement exceller dans une politique compromissoire de confiscation du pouvoir d’état, sous la couverture d’un légalisme hybride et ostensiblement assis sur la force matérielle des armes « fusils » comme socle de pouvoir. Nous devons désormais veiller à ce que les hommes politiques ivoiriens partent à des élections démocratiques pluralistes, propres, comme les sportifs vont aux compétitions sportives, avec la certitude qu’ils peuvent gagner, comme ils peuvent perdre.
Parce que rassurer que l’organisme électoral, qui est l’arbitre est autonome, indépendant, impartial, neutre. Cela conduira à une côte d’ivoire harmonieuse débarrassée de toutes les scories d’élections passéistes d’implantations mafieuse. Une côte d’ivoire de l’Olympiade discursive démocratique ou l’homme politique serait contraint de convaincre, de persuader, de dissuader, de jouer le rôle de gyroscope, d’éclaireur. Ou le pouvoir ne serait plus au bout des armes « fusils » et ne serait plus jamais acquis sous la base de fausse notoriété assis sur l’escroquerie morale et intellectuelle, et sur les faux prismes ventilés et entretenus à dessein.
Une côte d’ivoire où le peuple souverain ultime détenteur du pouvoir d’état devenu libre, enfin totalement libre, n’aura plus que le droit inaliénable et les règles librement établies, pour limite. Et qui pourra élire sa représentation revalorisée au terme des élections qui mérite se Nom. Parce que réellement démocratique pluralistes multipartites et biens organisées par une commission électorale Autonome, neutre, impartiale et transparente. Dans une côte d’ivoire unie, rassemblée, réconciliée et ouverte sur le monde. Pour que le Bateau du progrès humain commun, reprend la voie royale vers la lumière du développement économique et social, au service du citoyen ivoirien et de tout homme, dans la stabilité sociopolitique et dans la paix sociale pérenne.
Au défaut de cette côte d’ivoire au rapport humain civilisée, Humanisée et revalorisée dans le concert des nations, le chaos sociopolitique aura de beaux jours devant lui en côte d’ivoire, avec les élections truquées vidées de tous essences démocratiques, pluralistes et multipartites. Et de trucages en trucages depuis 2010, pour les trucages des élections de 2020, les cartes nationales d’identités seront un outil majeur de ce trucage programmé. Le prix de cette carte d’identité hors de la bourse de tous les citoyens est fait uniquement en fonction de la rentabilité financière au profit de l’entreprise confectionneuse. Sans tenir compte de la crise, et de l’extrême pauvreté engendrée par la mauvaise gouvernance de l’ultralibéralisme économique et du dirigisme économique. Qui visiblement ne gouverne pas pour le peuple souverain, sinon la gratuité de ces cartes nationales d’identités s’impose comme droit du peuple. C’est de l’exploitation du citoyen par les gouvernants en cette période de vache maigre.
Oui, il faut le redire encore. La Carte nationale d’identité indispensable à la participation aux élections à  venir de 2020 a désormais un coût pas à la portée de tous les citoyens. Or les pièces d’identité d’avant les élections de 2010 sont ou seront à validité de date expirée en 2020. Donc elles restent a renouvelé au prix fixé, et il y a de nouveaux majeurs qui doivent se faire des pièces d’identités en vue de leurs participations aux élections à venir de 2020. Mais alors que la gratuité s’impose dans une situation de crise sociopolitique à la recherche de solution durable, ce pouvoir mafieux fixe un prix inaccessible pour tous a desseins. Bon ! Des citoyens sans pièces sont des électeurs gênant de moins, pour un pouvoir qui connait désormais son poids électoral, qui se situe entre 14% et 18%, après les plus de 80% d’abstentions aux dernières élections, qu’il a unilatéralement organisé. Donc le tout est une stratégie mécanique savamment élaborée, et sa logique d’appareil est rapide à se mettre en place, par l’élimination procédurale et textuelle et par la division pour régner. C’est ça le pouvoir d’Alassane Ouattara.
Ainsi comme récemment, les extraits de naissance offerts à des centaines de milliers d’élevés, on pourra ainsi à dessein offrir des centaines de milliers de cartes nationales d’identités a des populations et citoyens appauvris, en échange de la promesse de voter pour le donateur et bien faiseur « TRUCAGE ELECTORAL». Donc au lieu d’une bonne gouvernance bien administrée et bien pensée, au profit du peuple souverain et des citoyens, la même logique mafieuse s’impose au renouvellement des cartes nationales d’identités arrivées en expirations de date, qui est aussi une affaire de gains à obtenir du prix a payé. Sinon l’identité des citoyens ne change pas lors du renouvellement de la date de péremption prescrite de la carte nationale d’identité. Donc ici une prorogation allègent, de la date de péremption de 10 ans des cartes nationales d’identités se pose comme droit, en cette période de vache pas maigre seulement, mais aussi mourante. LA PROROGATION D’UN AN EST UNE FOUTAISE.
Ici une grande partie du potentiel de l’électorat total de 2020, est exclue de fait des élections qui doivent avoir lieu dans 17 mois. Exclue de fait, par le coût très élevé de la carte nationale d’identité totalement au-dessus de leurs moyens du moment. Exclue de fait, surtout qu’il faut souvent d’emblée se faire délivré un extrait de naissance qui a aussi un coût, et aussi payé le frais de transports pour aller dans les lieux d’établissement des pièces nationales d’identités, indispensable à la participation aux élections comme électeurs. Les citoyens sont ainsi de façon mafieuse exclure d’emblée, oui, un grand nombre de citoyens de l’électorat total, qui a vomis déjà a plus de 80% le pouvoir d’Alassane Ouattara. Donc ainsi exclue de fait de façon mafieuse par des procédés controuvés anti-droits, est l’objectif du pouvoir d’Alassane Ouattara, par le biais du prix très élevé de la carte nationale d’identité. Et aussi d’obstrué l’arrivée imminente sur la liste électorale des appoints a cette abstention électoral de 80% qu’est les nouveaux majeurs qui aspirent à devenir des électeurs. TRUCAGE, parce qu’ici le principe qui veut que, le peuple souverain soit à l’origine de la création libre d’un gouvernement car il possède la puissance arithmétique de produire une majorité politique institutionnelle, est ici faussé par un trucage dès l’entrée de jeux et indétectable au cours des processus de votes.
CETTE COMMISSION ÉLECTORALE EST UNE FOUTAISE, parce que, la démocratie se reconnaît dans la possibilité offerte aux citoyens de créer par leur vote une majorité politique. Le gouvernement devient alors l’institution centrale de la démocratie. Mais ici dans le système électoral mafieux d’Alassane Ouattara, ces principes démocratiques universels sont truqués au profit d’une minorité habile et escrocs, qui dispose de force, du pouvoir de légiféré sur des normes de régulations sociale non-acceptées par tous. TRUCAGE ELECTORAL. Donc le tout est une question, de s’enrichir, d’enrichir et truquée les élections à venir par une abstention énorme est le but visé par le pouvoir d’Alassane Ouattara, via le prix très élevé des dates des cartes nationales d’identités. En lieu et place de la gratuité et de la prorogation des dates des cartes nationales d’identités préélectorales. COMMISSION ÉLECTORALE DE FOUTAISE ET PROROGATION DE FOUTAISE D’UN AN DES CARTES, FOUTAISE LOGIQUE DE TRUCAGE ÉLECTORAL, NOUS Y SOMMES. Donc il va falloir administrer un synergique unitaire sérieux coup de pied citoyen au cul bien exposé de ce pouvoir d’Alassane Ouattara désormais à la porte de sortie. Que la nature protège la côte d’ivoire de Felix Houphouët Bopigny. Nation une et indivisible, qui se doit de garantir droit, liberté, justice juridique et justice sociale pour tous.

De Lepetitfils Da Candy Leader de la Légitimité Citoyenne (en exil).
Mardi 9 Juillet 2019
La Dépêche d'Abidjan



Opinion
Notez

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correct et d'éviter des affirmations sans preuves.





Dans la même rubrique :
< >

Mardi 16 Juillet 2019 - 22:52 Heureux les insoumis !

Actualité | Opinion | Interviews | Contributions | Vidéos | Zouglou Feeling | People | Reportages | Tribune | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Économie | Tourisme - Voyages | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN | ESPACE KAMITE



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche D'Abidjan | 04/05/2011 | 2261 vues
11111  (1 vote) | 0 Commentaire