Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

La Dépêche d'Abidjan

LA LIBERTÉ D'INFORMER









LES PIONNIERS DE LA MUSIQUE


Leurs noms doivent y figurer en lettres d’or si l’on devait écrire l’histoire de ce pays. Ils ont assisté à son accouchement, participé à son édification. Ils l’ont porté dans leurs bras en guidant ses premiers pas à l’aube de son indépendance. Ils l’ont sublimé pour qu’il prenne à bras le corps son avenir. Ils ont écrit des partitions pour renforcer l’attachement des uns et des autres à la mère patrie comme l’attestent avec éloquence certaines chansons. Ils ont consacré une partie de leur vie à ce pays sans baisser pavillon. Avec hospitalité renouvelée, ils ont ouvert ses portes à d’autres genres musicaux. Des rivages du Congo en allant au-delà pour atterrir sur les rivages mélodiques du Ghana voisin, ces pionniers ont apporté d’autres notes pour agrandir le champ compositionnel. Un enrichissement, synthèse des éléments constitutifs de la musique Ivoirienne de variété. Tout en gardant leurs saveurs plurielles, ces emprunts s’inscrivent dans l’entité artistique Ivoirienne. Il ne pouvait en être autrement d’autant plus que ces pionniers n’étaient pas venus à la musique comme si l’on s’en allait au marché pour humer toutes sortes de saveurs sur les étagères. Et disparaitre une fois la nuit tombée. Que non ! De ces mamelles musicales sortent de grands instrumentistes, grands chanteurs et des poètes lyriques. Les derniers, maîtres de la parole proférée, inspirent certains intellectuels Ivoiriens, orfèvres de la pensée. Qui enseignent ladite parole aux apprenants. La poésie de nos traditions s’installe dans le temple de la connaissance. Son temple ! Pour les premiers cours aux apprenants, les œuvres de l’un des pionniers, sont au programme: Amédée Pierre. Comme cette carpe dont l’on ignore la succulence de la chair, a amené certains pêcheurs à l’abandonner sur le trottoir. Les sachants avec leurs plumes vagabondes, s’en emparent, la dépècent et en tirent une belle poésie dénommée Kpohoun Gaza à savoir la Carpe du chemin. Écoutons Amédée Pierre qui nous parle de cette Carpe du chemin que l’on croit sans valeur et que l’on jette enfouie dans la boue : Vous mes frères/Je sais, moi/Que sur moi vous pleurez de pitié/Que lorsque vient la nuit/Dans l’enceinte de vos cours/Vous pleurez sur mon sort/Et vous dites : Que n’avons-nous la fortune de notre cœur ?/Vous me l’auriez offerte/Pour que je fasse rayonner votre nom/Nos devanciers-là/Jamais ils ne plaident notre cause/Et nous voici devenus aujourd’hui, véritablement/La carpe du chemin/Cette carpe du chemin se trouve dans toutes les sauces car, lorsque l’on est placé là-haut comme en bas avec tous les pouvoirs, l’on ne cherche point à regarder auprès de soi pour sortir de l’impasse celle ou celui qui s’y est engouffré sans le vouloir. Dans nos sociétés transportées sur les rivages insensés de la modernité, l’entraide et la sociabilité ont pris le large loin de tout sentiment humain et l’on vit sans repère, sans secours. En faisant face aux difficultés de l’existence à travers des appels qui demeurent sans suite, Amédée Pierre revisite d’autres parcelles de la vie pour asséner ceci : Dormez dans vos maisons de Blancs/Que je m’en aille, moi, dormir dans nos murs de banco/Tu prétends ne pas vouloir manger l’igname des tes ancêtres/Mais les mets à la manière des Blancs ?/Mange ta nourriture de Blanc et que je me rassasie, moi,/Du foutou de bananes de mes ancêtres/Tous, nous sommes égaux/Du jour où nous appellera Tétié Gazoa/Oh ! Ce jour-là, camarades/Tous, nous sommes égaux/Au rendez-vous du cimetière/Tous, nous sommes égaux/La force de la verve de l’artiste Amédée Pierre consiste à emballer tous les défunts dans le même linceul quelle que soit la coloration au figuré comme au propre. Il fouine partout et trouve de par son flair poétique aiguisé une lumière dans l’immensité de la pénombre. Il pêche au large des eaux supposées sans poissons pour remplir son filet d’éléphants de mer. Il découvre, voit de l’or là où rien ne scintille. Dans son discours mélodique, gisent çà et là des perles poétiques dont seul son œil, capte le scintillement. Il avait cette capacité de faire tomber les gouttes d’une pluie diluvienne au travers des rayons caniculaires du soleil pour y tirer des semences afin de nourrir avec abondance la pensée. Il savait attirer l’attention des uns et des autres afin qu’ils sortent de la vision d’un monde d’apparat de château de sable qui, aux murmures d’un halètement, peut périr. Pour stigmatiser cette vision erronée de l’existence qui voudrait que l’on vive enfermé entre les quatre murs d’une affabulation au grand destin lui-même de conte de fée, l’artiste interpelle chacun afin qu’il regarde autour de lui en se disant qu’après tout : Je suis un humain comme toi, lui et eux. Et quoi qu’il advienne une tombe ne change pas de statut parce que, se serait destinée à un indigent ou riche. Le cimetière, logis des sépultures, jamais ne joue les caméléons. Il conserve toujours sa même dénomination en rétablissant l’égalité entre tous les êtres humains. Auditrices, Auditeurs du Carrefour Weekend sur Fréquence 2, soyez équitables dans ce que vous faites sur terre en vue de respecter la parole donnée sur l’Autre Face de la Mélodie.

Valen Guédé
Valen_guede@yahoo.fr
Jeudi 24 Juillet 2014
La Dépêche d'Abidjan



Arts et Cuture
Notez

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correct et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Opinion | Contributions | Vidéos | Zouglou Feeling | People | Reportages | Tribune | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Tourisme - Voyages | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN | Espace Kamite



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 17/05/2021 | 487 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 17/05/2021 | 619 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 19/02/2020 | 1839 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 09/04/2019 | 3043 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 29/12/2015 | 2946 vues
00000  (0 vote) | 1 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 13/11/2015 | 3961 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 17/10/2015 | 2505 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 12/04/2015 | 2237 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 24/02/2015 | 4154 vues
00000  (0 vote) | 1 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 21/02/2015 | 3476 vues
44444  (1 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 24/01/2015 | 2556 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 12/01/2015 | 2449 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire