Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

L’histoire politique de la Côte d’Ivoire, c’est aussi celle d’un cimetière de livres…


L’histoire politique de la Côte d’Ivoire, c’est aussi celle d’un cimetière de livres…
Le livre fantôme de l’ambassadeur Francis Lott

22 décembre 1999. Parmi les invités de marque qui assistaient à la séance spéciale de l’Assemblée nationale au cours de laquelle le président de la République de Côte d’Ivoire, alors Henri Konan Bédié, venait de prononcer le discours qui allait donner prétexte au putsch qui le chassa du pouvoir deux jours plus tard, Francis Lott, l’ambassadeur de France, daigna répondre, mais sobrement et avec modestie, à la question d’un journaliste :
« C'est un très beau discours que j'ai trouvé tout à fait intéressant, et qui a intéressé tous les parlementaires qui étaient présents. L'opinion publique ivoirienne doit, je pense, se retrouver dans ce discours. »
C’était aussi à peu près le sentiment de ses collègues d’Israël et des Pays-Bas.
« Nous avons écouté avec beaucoup d'attention le discours du président de la République. II a donné aux Ivoiriens un message d'espoir. Je profite de l'occasion pour souhaiter au peuple de Côte d'Ivoire, une année de millénaire pleine d'espoir, de progrès et de prospérité », déclara le premier.
« C'est un discours qui trace de nouvelles idées. Je crois qu'il est trop tôt pour le commenter maintenant. II faut l'étudier totalement », dit le second.
A propos, ces trois ambassadeurs furent-ils les seuls dont on jugea utile de recueillir l’avis ? Si oui, pourquoi eux et pas d’autres ? Mystère…Mais passons.
Quelques années plus tard, le général Guéi ayant à son tour perdu le pouvoir au profit de Laurent Gbagbo, nous retrouvons Francis Lott et Bédié encore associés dans un même événement, à savoir la sortie – annoncée par le premier comme « prochaine » – d’un livre de son cru sur la Côte d’Ivoire…
Un journaliste : « Excellence, vous venez de rencontrer le président Bédié. Pouvez-vous nous dire de quoi vous avez parlé ?
Francis Lott : Je suis venu voir le président Bédié, parce que j’écris un livre sur la Côte d’Ivoire où j’ai passé, comme vous le savez, trois ans. Ecrivant ce livre, j’ai souhaité le rencontrer pour bavarder avec lui de la rédaction de ce livre.
Qu’expliquez-vous dans ce livre ?
J’explique dans ce livre ce qu’un ambassadeur de France a vécu ici entre 1998 et 2001, lorsqu’il était en poste ici. Il s’est passé un certain nombre d’événements que vous connaissez sans doute. Je décris ce que j’ai vécu pendant cette période.
Dans votre livre, faites-vous mention de la période de transition qui a vu l’accession de Laurent Gbagbo au pouvoir ?
J’ai parlé de ce livre au président Bédié et j’ai l’intention de ne plus parler de ce livre avant qu’il soit publié. Il ne sera pas publié avant l’élection présidentielle. »
Un mot sur le processus électoral qui est en cours dans notre pays ?
Le processus électoral en cours est une chose magnifique dont je me félicite. Parce que la Côte d’Ivoire fait, en particulier avec le processus d’identification et le processus électoral qui s’ensuit, un pas en avant pour sortir des années de guerre civile.
Vous étiez en poste au moment où le président Laurent Gbagbo accédait au pouvoir. Huit ans après, votre avis sur sa gestion ?
Je n’ai pas d’avis à donner là-dessus. Merci.
L’élection présidentielle a eu lieu en 2010 et, plus de quatre ans après, le livre de Francis Lott, lui, n’est toujours pas paru ! Et il ne paraîtra sans doute jamais ! Car qu’est-ce que Son Excellence pourrait encore dire d’original ou d’intéressant après ce qui s’est passé entre le 28 novembre 2010 et le 11 avril 2011, et qu’apparemment il n’avait pas prévu ?

Les œuvres à jamais incomplètes de Ouezzin Coulibaly

L’ouvrage mort-né de Francis Lott n’est pas le seul livre intéressant l’histoire politique de la Côte d’Ivoire qui aura été, comme qui dirait, envoyé au pilon avant même d’avoir été imprimé. Car l’histoire politique de la Côte d’Ivoire, c’est aussi celle d’un cimetière de livres.
Cela a même commencé dès avant l’indépendance. Après la mort de Ouezzin Coulibaly dans un hôpital parisien juste avant le référendum de 1958, sa grande amie la journaliste Claude Gérard annonça la parution de ses œuvres complètes. Elle lança même une souscription à cette fin. Mais tout cela n’eut aucune suite. En lieu et place d’œuvres complètes, la pieuse Claude Gérard ne fit paraître qu’un opuscule-prétexte, qui ne contenait en tout et pour tout que quelques discours choisis parmi les plus inoffensifs de Ouezzin.
Rappelons que Ouezzin Coulibaly, qui au moment de sa mort était le chef du gouvernement autonome de la Haute-Volta (actuel Burkina Faso), avait été de 1946 à 1951 le deuxième député de la Côte d’Ivoire élu avec Houphouët au titre du Rassemblement démocratique africain (RDA). Vers 1950, au plus fort de « la guerre contre le Rda », sa popularité Ouezzin surpassait de beaucoup celle d’un Houphouët dont la trahison n’était plus un mystère pour le peuple RDA. L’intransigeance et le courage de Ouezzin face aux manœuvres d’intimidation des colonialistes lui avait valu le surnom de « lion du RDA ». Aussi devait-il absolument être « battu » lors des législatives 1951, et il le fut par le renégat Sékou Sanogo, alors grand favori du colonat de la Côte d’Ivoire qui n’avait pas encore tout à fait pardonné à Houphouët !
Nous savons, de source sûre, que tandis qu’il attendait la mort dans cet hôpital parisien, Ouezzin noircissait des dizaines de pages de son écriture rageuse après chaque visite de l’un ou l’autre de ses collègues parlementaires RDA, comme s’il pressentait qu’il serait bientôt privé de parole et qu’il ne pourrait plus s’adresser à son peuple que de cette manière. Apparemment, ce journal-testament d’un Ouezzin Coulibaly mourant mais toujours combatif a opportunément disparu en même temps que lui. J’écris « opportunément » parce que ça ne pouvait pas être par hasard, et parce que ce ne fut pas sans que quelqu’un n’en profite pour mieux nous escroquer.
Ce cas est certes différent du précédent et des suivants, mais seulement par sa nature, non par sa signification. C’est une destruction d’archives, comme il y en eut sans doute beaucoup d’autres, aux mêmes fins, entre 1950 et 1993. Songez à la destruction jusqu’aux fondations de la geôle privée d’Assabou, qui a été remplacée par la basilique Notre-Dame de la Paix, et, toujours à Yamoussoukro, à la suppression du monument que les Français avaient érigé en mémoire du traitre Kouassi Ngo, l’oncle à héritage d’Houphouët.

Le « brûlot » que Siradiou Diallo n’a jamais allumé

A la charnière des décennies 1980 et 1990, les meilleurs soutiens d’Houphouët en Europe, en Amérique et même au Vatican, craignant les difficultés d’une succession mal préparée, pressaient Houphouët de se retirer avant qu’il ne fût trop tard ou, au moins, d’accepter de partager un pouvoir que son grand âge et sa santé déclinante ne lui permettaient plus d’exercer avec un minimum d’efficacité. Et comme il s’entêtait à ne vouloir ni l’un ni l’autre, ils l’abandonnaient les uns après les autres. Alors le bruit courut qu’il allait publier ses souvenirs. En clair, Houphouët menaçait ses bons amis de Paris et d’ailleurs de déballer les petits secrets de sa belle success story françafricaine… La tâche de confectionner ce brûlot fut confiée au journaliste guinéen Siradiou Diallo, alors l’un des piliers de Jeune Afrique, qui s’y attela d’arrache-pied, et qui n’en faisait pas mystère quand il venait se documenter au Centre d’Etudes RDA (CERDA), boulevard de Lafayette. Mais au lieu des fracassantes révélations qu’il nous avait fait espérer, Siradiou Diallo ne publiera finalement, sous le titre « Houphouët-Boigny, le médecin, le planteur et le ministre » , qu’une nouvelle hagiographie d’Houphouët. C’est que le chantage, parfois ça paye… Pour ne pas risquer un déballage qui eut gravement compromis l’image de la Françafrique et son avenir en Côte d’Ivoire, Paris décida que l’esprit du fameux discours de La Baule ne s’appliquerait pas au pays d’Houphouët :
« Le discours de La Baule, dira même une ministre de la Coopération de passage à Abidjan, n’oblige pas la France à avoir une attitude uniforme, systématique envers tous les pays, alors que nous ne ferions jamais cela avec les pays d’Europe ou d’Amérique latine. (…) En Afrique, la mémoire et l’histoire sont importantes. La personnalité du président Houphouët-Boigny, le respect qu’il inspire ne sont pas des données négligeables. »
Et le nègre d’Houphouët remplaça son encrier de fiel par un pot de miel. Donnant, donnant…

L’« acting out » sans suite de Raphaël Lakpé

Traitre, et fier de l’être… Dans le numéro de L’Expression daté du 19 mars 2012, Raphaël Lakpé, l’« alassaniste » longtemps masqué, est tout heureux de pouvoir se dévoiler devant son confrère Ahmed M. Traoré :
« Vous êtes en train d’écrire un livre-témoignage, peut-on en connaître la teneur ?
C’est vrai, je travaille actuellement à la finition de mon livre. Je suis au stade de la mise en forme. Si le rythme du travail se maintient, je pourrais être en librairie fin avril-début juin. Dans ce livre, je remonte le temps. Je parle des événements dont j’ai été témoin ou acteur.
Qu’apprendront les lecteurs dans ce livre ?
Ils apprendront par exemple que je suis dans le mouvement alassaniste depuis 1993, que j’ai été un des porteurs d’eau au moment où le Rdr naissait. Ils sauront ce que Houphouët et Gbagbo m’ont dit quand j’ai rencontré l’un pour la dernière fois et l’autre pour la première fois ; comment la providence m’a aidé à l’aéroport de Washington quand j’allais rencontrer l’ancien Premier ministre, Alassane Ouattara, devenu Directeur général-adjoint du Fmi ; comment j’ai suivi les événements du 18 février 1992 ; comment l’exécution d’un mot d’ordre de Guillaume Soro m’a valu des tortures au camp commando de Koumassi, en 2000. Ils sauront ce qui s’est passé véritablement sur le plateau de la télévision ce 1er octobre 1992 entre le Premier ministre et moi…
Ah, vous parlez de cette émission ?
Oui !
Vous-vous justifiez ?
De quoi ? Je ne me justifie pas. J’explique ce qui s’est passé.
Et que s’était-il passé ?
Ne soyez pas pressé, vous le saurez en lisant mon livre. »
En effet ça ne servait à rien de se presser car à ce jour, plus de trois ans après cette fière déclaration, l’apologie lakpéenne de la félonie et du double-jeu n’est toujours pas parue en librairie, allez savoir pourquoi !

Quand lira-t-on le premier livre en sud-coréen consacré à la crise ivoirienne ?

Il fut la véritable cheville ouvrière du complot franco-onucio-étatsunien pour installer les Ouattara et leur cohorte cosmopolite d’affairistes goulus à la tête de la Côte d’Ivoire. Sa sale besogne accomplie, le Sud-Coréen Young Jin Choi, qui était censé représenter le secrétaire général de l’ONU en Côte d’Ivoire, s’apprêtait à rentrer dans son pays, pour se reposer. Mais il avait un autre projet : exploiter son expérience ivoirienne pour ajouter une nouvelle corde à son arc. Médecin à l’origine, changé en diplomate chelou après une formation spéciale à Paris – tiens ! tiens ! –, pourquoi pas ivoirologue pour finir, quand on tient un sujet aussi juteux que nos crises ante et post-électorales ?
« J’ai fini le manuscrit de mon livre intitulé "J’y suis, j’y reste". Avec ce titre, je parle de mon expérience de maintien de la paix en Côte d’Ivoire. A part cela, il faut que je prenne un peu de repos ; je vais aller en montagne une fois arrivé en Corée, pour un mois et demi ».
Bientôt cinq ans, donc, que ce manuscrit est bouclé, et toujours pas de… – au fait, comment dit-on « J’y suis, j’y reste » en sud-coréen ? – dans nos librairies. Mais peut-être ce livre existe-t-il dans sa version sud-coréenne, et n’a simplement pas encore été traduit en français, qui sait ? Allons, Mister Choi si près de l’apothéose, encore un petit effort !

Ça n’arrive pas qu’à nous…

En guise de conclusion, voici une nouvelle qui n’a plus rien de sensationnel après tout ce que nous venons de lire, mais qui a l’intérêt de nous donner le fin mot de tous ces avortements – j’allais écrire : ces infanticides – politico-littéraires. Pourquoi écrivent-ils, ces auteurs si manifestement incapables de soutenir l’idée de voir leur propre ouvrage dans les rayonnages d’une librairie quand selon le sens du vent il risquerait d’y diffuser une lumière trop crue ou sur eux-mêmes ou sur des vérités qu’ils ont déguisées ou qu’ils auraient aimé enfouir ? L’explication se trouve peut-être dans l’étrange événement que voici :
« Ségolène Royal renonce à faire paraître son livre "Notre chance d'être français", dont la sortie était prévue pour le 7 mai » (…) Selon sa maison d'édition Grasset, la nouvelle ministre de l'Écologie souhaite "se consacrer exclusivement" à ses nouvelles fonctions. Un mois avant la date de sortie programmée, elle renonce donc à publier "Notre chance d'être français". Le parti-pris de cet ouvrage est d'aborder avec lucidité ce qui malmène l'idée que nous nous faisons de nous-mêmes et de notre avenir commun, résumait Ségolène Royal dans la présentation du livre diffusée sur le site de l'éditeur. A toutes et à tous, il voudrait faire partager le goût de la France, ce pays qui n'est vraiment lui-même qu'assoiffé d'idéal, capable de fraternité, audacieux dans l'action. »
Comme quoi les motifs en apparence les plus nobles et les plus généreux de les écrire ne suffisent pas à sauver cette sorte de livres dès lors que leur parution risquerait d’impacter dangereusement l’image que leurs auteurs aiment à se donner d’eux-mêmes. C’est qu’il ne s’agit pas vraiment de livres, mais d’actes sournoisement et malignement prémédités en vue non d’éclairer l’opinion, mais de la polluer et la corrompre. De sorte que dans notre cas ces avortements, ou ces infanticides, de livres peuvent être interprétés comme autant de reculs de nos ennemis face à notre résistance et, par conséquent, comme autant de raisons de la continuer sans désemparer.
Jeudi 9 Juillet 2015
Marcel Amondji



Tribune
Notez


1.Posté par Akossia Pierre le 10/07/2015 16:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je remercie ces cimetières de livres ayant dit de vérité ou non, je dis au monde entier de nous aider à se débarrasser de ce monstre du Burkina Faso, fouteur de merde, ce criminel aidé par les rebelles du nord, dont la sentence de Soro et Hamed Bakayoko est dans la maille.

On les aura !
Le peuple a toujours raison !

2.Posté par Bamba le 10/05/2017 00:54 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le jeu à face cachée de nos dirigeants politiques africains finira par être deballer

3.Posté par zonk naton le 19/10/2018 02:06 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Peu importe ce qu''ils diront ou qu''ils feront, je veux l''apparition de ce livre,pour que mon pays puisse se porter mieux. Car nous ne pouvons pas enterrer un secret ou un mystère de mon pays sans l''avoir connu

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correct et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Opinion | Contributions | Vidéos | Zouglou Feeling | People | Reportages | Tribune | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Tourisme - Voyages | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN | Espace Kamite



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 18/05/2018 | 2586 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 12/12/2017 | 3283 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 11/07/2017 | 2157 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 27/04/2016 | 5365 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 24/10/2015 | 51021 vues
33333  (36 votes) | 14 Commentaires
La Dépêche d'Abidjan | 12/05/2015 | 3533 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 04/01/2015 | 5747 vues
00000  (0 vote) | 3 Commentaires