Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan
La Dépêche d'Abidjan









Le mal spirituel de l’Afrique : le christianisme et l’islam

L’ex-président de Côté d’Ivoire Laurent Gbagbo continue à mobiliser ses partisans

Malgré le froid de canard et les rafales venues de la mer du Nord toute proche, ils sont là, irréductibles. Réchauffés par le sentiment que l’histoire leur donnera raison. Vêtus des couleurs du drapeau ivoirien, ils s’époumonent à chanter « Respectez mon pays » ou, plus prosaïquement, « Libérez Gbagbo ».


Sur le morne parking qui jouxte le nouveau bâtiment de la Cour pénale internationale (CPI), ils étaient quelques centaines, jeudi 28 janvier, à s’être rendus à La Haye pour soutenir Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé, le chef des « Jeunes Patriotes », dont le procès conjoint pour crimes contre l’humanité vient de s’ouvrir. Il y a là d’anciens dignitaires du régime déchu, mais surtout des membres de la diaspora pour qui l’ex-président de Côte d’Ivoire s’apparente autant à un gourou qu’à un chef politique. Leur credo : « Gbagbo ou rien. »
« J’ai posé une journée, mais si ça doit me coûter mon boulot, j’assume. C’est la sixième fois que je viens à La Haye ! », proclame Michel Koudou. « Moi, la huitième ! », renchérit son ami Raphaël Kabi. Comme ces pères de famille de la région parisienne, la plupart des militants sont venus de France dans des autocars loués pour l’occasion ou en covoiturage. Sur cette esplanade ceinte de drapeaux des pays du continent africain, d’autres ont fait le voyage des quatre coins de l’Europe.

Clivages politiques

« Il y a aussi des gens venus de Côte d’Ivoire, du Gabon, des Etats-Unis. On nous a même signalé une délégation d’Australie avec un ancien ambassadeur du Zimbabwe », se félicite Raymond Koudou Kessié, un ex-diplomate exilé à Londres qui dirige la délégation du Front populaire ivoirien (FPI), le parti fondé par M. Gbagbo. « S’il est l’objet d’une mobilisation aussi grandiose, cela montre qu’il n’est pas le criminel que tente de présenter la CPI. Tout ce monde est l’expression populaire de ce qu’il représente pour la Côte d’Ivoire : un rassembleur », affirme-t-il.
Cette mobilisation est aussi la démonstration que les clivages politiques perdurent en Côte d’Ivoire, cinq après l’accession au pouvoir d’Alassane Ouattara. Dans le camp opposé à ce dernier, la défaite électorale puis l’intervention militaire de la France et des Nations unies et, enfin, le transfert devant la CPI n’ont toujours pas été digérés. « L’esprit de la CPI était de protéger les plus faibles, mais ceux qui sont dans le box des accusés sont ceux qui n’ont pas su avoir les alliés les plus puissants », analyse Fabrice Lago, un activiste connu sous le pseudonyme de Steve Beko.

Lire la suite
Lundi 1 Février 2016
La Dépêche d'Abidjan



Actualité
Notez

Nouveau commentaire :
Twitter

Conditions d'utilisation
Merci d'écrire dans un langage correcte et d'éviter des affirmations sans preuves.




Actualité | Opinion | Interviews | Contributions | Vidéos | Zouglou Feeling | People | Reportages | Tribune | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Économie | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN | ESPACE KAMITE



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."

La Dépêche d'Abidjan | 12/03/2019 | 810 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
La Dépêche d'Abidjan | 01/08/2018 | 5711 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire


Facebook

Partager ce site