Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

L'HOMOSEXUALITÉ DANS LA TRADITION INDO-EUROPÉENNE ET SÉMITIQUE

Les faits historiques démontrent nettement que l'homosexualité, la pédophilie ainsi que la pédérastie font partie des valeurs et normes sociales intrinsèques des peuples leucodermes notamment blancs, juifs et arabes, et ce depuis la nuit des temps.
Il faut savoir d'abord que ces peuples ont érigé des systemes de cultures basés autour du patriarcat, donc centrées sur l'homme pour ne pas dire le sexe masculin. Ceci dit, les femmes étaient stigmatisées et reléguées au second plan. Les hommes prétendaient donc être supérieurs à la femme. Ils pensaient ainsi que les relations amoureuses entre eux-mêmes (hommes) sont plus pures et plus jouissantes. Les femmes n'étant considérées qu'un moyen de reproduction et pas plus. Se sentant rejetées par les hommes manifestement sexistes et misogynes à la fois, les femmes leucoderdermes (indo-européennes et sémitiques) entretiennent à leur tour des relations amoureuses entre elles-mêmes. D'où la cause principale de l'homosexualité (lesbienne, gay...) chez les ces peuples.
L'HOMOSEXUALITÉ DANS LA TRADITION INDO-EUROPÉENNE (GRECQUE)


L'HOMOSEXUALITÉ DANS LA TRADITION INDO-EUROPÉENNE ET SÉMITIQUE
La fameuse mythologie grecque racontée par l'éminent écrivain grec Homère dans "Iliade" fait de Zeuss (c'est à dire le dieu des dieux chez les anciens Grecques puis à Rome) l'amant et le partenaire sexuel d'un très beau garçon du nom de Ganimède après avoir kidnappé ce dernier. Imaginez les effets que pourrait engendrer ce récit clairement pro-homosexuel et pro-pédéraste dans cette société très attachée aux mythes fondateurs. C'est comme si on apprend à une communauté entière que le violeur est le meilleur des modèles à suivre.
L'élite grecque s'est également illustrée dans des pratiques homosexuelles et pédophiles. Platon, l'un des plus éminents philosophes grecs raconte dans son ouvrage "Alcibiade majeur" que son maître Socrate était tombé amoureux d'un très beau, riche et sympa éphèbe appelé Alcibiade.
L'homosexualité était monnaie courante en Grèce antique. Elle était pratiquée et enseignée de génération en génération. Même le terme lesbienne ou lesbianisme qui renvoie au rapport sexuel entre femmes trouve ses racines sur l'île de Lesbos (île grecque de la mer Egée). L'histoire nous apprend que c'est Sapho (-VI e siècle), une poète grecque habitante de l'île qui en est l'origine. Elle avait coutume aussi bien d'écrire que de déclamer des poèmes faisant l'apologie de l'amour entre femmes sur l'île de Lesbos. Du coup, le nom de l'île s'est vu associé à la relation sexuelle entre sexes féminins (lesbianisme, lesbienne...).

L'HOMOSEXUALITÉ DANS LA TRADITION JUIVE

La destruction des villes de Sodome et de Gomorrhe par le souffre et le feu en guise de rétribution divine citée dans la Genèse (premier livre de la Bible) contre l'homosexualité qui y était pratiquée par les juifs, témoigne le caractère homosexuel du peuple juif des origines. Sans signaler que dans la communauté juive d’al-Andalus, l’homosexualité est considérée comme norme sociale au sein de l’élite.
Il est également à noter que les termes comme sodomie, sodomite, sodomiste... sont inspirés de la ville de Sodome. Gomorrhienne qui signifie lesbienne dérive quant à elle de Gomorrhe.

L'HOMOSEXUALITÉ DANS LA TRADITION ARABE

La littérature érotique, du moins de la plus grande qualité, s’épanouit au sein de la culture islamique à une époque où l’homosexualité, présentée comme raffinement culturel dans le califat omeyyade, inspire un grand nombre d’écrits, principalement dans la poésie.
La pratique de l’homosexualité était courante entre les rois andalous et de jeunes hommes. Abd al-Rahman III, Al-Hakam II, Abdallah ben Bologhin de la Taïfa de Grenade, le Nasride
Mohammed VI al-Ahmar, entre eux. L'Abbadide Al Mutamid ibn Abbad de la taïfa de Séville et Yusuf III du royaume de Grenade écrivent de la poésie homoérotique. Abd al-Rahman III, Al-Hakam II, Hicham II et Al Mutamid entretiennent ouvertement des harems masculins.
Parmi les poètes homoérotiques de langue arabe les plus influents, il y a Abu Nawas.
L’homoérotisme présent dans la poésie andalouse établit un type de relation similaire à l’homosexualité en Grèce antique : le poète adulte assume un rôle actif (sexualité) (es) face à l’éphèbe qui joue le passif (sexualité).
La poésie homoérotique commence à se développer dans la première moitié du
IX e siècle, au cours du règne d’Abd al-Rahman II, émir de Cordoue . La chute du califat de Cordoue au XI e siècle et la subséquente puissance des Almoravides combinée à la division des taïfas permettent à la culture de se disséminer à travers tout l'Andalousie, constituant une époque de splendeur en poésie. L’invasion almohade amène la venue de nouvelles cohortes littéraires au
XII e siècle et au XIII e siècle . La large autonomie féminine de cette ethnie nord-africaine fait apparaître un grand nombre de poétesses, dont quelques-unes composent des poèmes louant la beauté féminine.

ANALYSE

Compte tenu toutes ces considérations, nous pouvons dire sans risque de nous tromper que les pratiques homosexuelles (lesbianisme, gaytitude, pédophilie, pédérastie) étaient parfaitement en vogue dans les sociétés indo-européennes et sémitiques traditionnelles si tout apport étranger est écarté. Contrairement à la tradition négro-africaine qui les rejette par incompatibilité avec ses principes spirituels (même si certains noirs s'adonnaient à ses pratiques homosexuelles clandestinement ou en cachette).
Ayant été largement inspirées par les spiritualités d'origine négro-africaine comme celle de la vallée du Nil, celle des Sabéens ainsi que celle du culte d'Isis, les religions abrahamiques ont dû à leur tour interdire tant bien que mal l'homosexualité qui était pourtant normale à ses débuts chez les peuples qui les ont vues naître.
C'est pour dire que si aujourd'hui les leucoderdermes (blanc, juif, arabe) font la promotion de l'homosexualité, ils sont en train en réalité de retourner aux valeurs sociales établies par leurs ancêtres. Toutes les personnes cultivées le savent cela. Il serait cependant dommageable qu'une personne noire s'adonne à ces pratiques considérées comme déviantes et impies par ses ancêtres depuis belle lurette.
Hotep !

Pa Moussa Camara
Vendredi 22 Mars 2019
La Dépêche d'Abidjan



ESPACE KAMITE
Notez

Actualité | Opinion | Interviews | Contributions | Vidéos | Zouglou Feeling | People | Reportages | Tribune | Faits et Méfaits | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Économie | Tourisme - Voyages | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN | ESPACE KAMITE



"Le Franc des Colonies Françaises d'Afrique (FCFA) est une propriété à part entière de la France."