Connectez-vous S'inscrire
La Dépêche d'Abidjan

La Dépêche d'Abidjan

LA LIBERTÉ D'INFORMER









L'ANGOLA N'EST PAS UNE PUISSANCE COLONIALE


Le communiqué signé par Jean-Claude NZITA, du FLEC, Front de Libération de l'Enclave de Cabinda, pour justifier l'attaque qu'il a menée contre le bus transportant l'équipe du Togo dans cette province angolaise est à la fois insensé, inintelligible et irresponsable. L'auteur du communiqué, comme tout le FLEC, ne savent pas ce qu'ils veulent, ce qu'ils disent et ce qu'ils font. C'est en cela que leur geste est si grave. Lorsqu'on prétend représenter un peuple, on doit savoir traduire la volonté de ce peuple tant dans le discours que dans les actes.
 
Le communiqué confus du FLEC qualifie l'Angola de puissance coloniale. Ce qui est un mensonge qui enlève tout crédit à l'existence et à l'action de ce mouvement. Le fait de citer Victor Hugo, de parler des "dommages collatéraux" et de ne pas cacher sa soif de sang (c'est le sens de cette citation : "Que veux-tu fleur, beau fruit ou l'oiseau merveilleux ? Ami dit l'enfant grec, dit l'enfant aux yeux bleus, je veux de la poudre et des balles".).
 
Qu'est-ce qu'une puissance coloniale ?
 
Prenons les définitions données par le dictionnaire Le Petit Larousse illustré (Paris, 2003, p.p.  234-235), pour que tout le monde nous comprennent. Ces termes sont inconnus dans les langues maternelles africaines.
 
- La colonialisme. n.m. 1. Doctrine qui vise à légitimer l'occupation d'un territoire ou d'un Etat, sa domination politique et son exploitation économique par un Etat étranger ; mise en application de cette doctrine. 2. Cour. Ensemble de comportements adoptés à l'encontre de la population d'un pays, d'une région officiellement ou non colonisés.
 
- Colonie. n.f. (lat. colona, de colere, cultiver). 1. Territoire occupé et administré par une nation étrangère, et dont il dépend sur les plans politique, économique, culturel, etc.  2. Groupe d'expatriés ou de descendants d'expatriés installés dans un autre pays pour y fonder une cité, y exploiter des terres, etc. ; leur implantation. colonies grecques de l'Antiquité, colonies allemandes dispersées en Amérique latine.  3. Ensemble de personnes d'un même pays, d'une même région, résidant dans un pays étranger, dans ue autre région. La colonie française de Lima, la colonie bretonne de Paris.
 
- Colonisation. n.f. Action de coloniser ; situation qui en résulte.
Encycl. L'expansion des peuples et des Etats de l'Europe se développe à partir du XVè s. en trois étapes XVIè- XVIIIè s. : conquêtes portugaises (comptoirs en Afrique et en Inde, Brésil), espagnoles (Amérique centrale et méridionale), anglaises et françaises (Amérique du Nord, neerlandaises (Insulinde).
 
Une puissance coloniale est donc un Etat qui a occupé et qui exploite un autre Etat. Cela veut dire, précisément que c'est un peuple étranger qui dicte sa loi à un autre. En quoi l'Angola peut être considéré comme une puissance coloniale, colonisatrice du Cabinda ?
 
Historiquement, géographiquement, culturellement, ethniquement, juridiquement, spirituellement, écologiquement, etc., le Cabinda, c'est l'Angola. Ce n'est pas l'histoire coloniale qui a produit le Cabinda mais l'histoire de l'Afrique, l'histoire du Royaume du Congo. La lutte armée pour l'indépendance de l'Angola a été une et indivisible, le pays arraché à la colonisation portugaise, de même..
 
Le FLEC doit donner au reste du monde les moyens de comprendre en quoi il n'est pas l'Angola. C'est comme cela qu'il sera crédible. Qui est historiquement, géographiquement, culturellement, ethniquement, juridiquement, spirituellement, écologiquement, un Cabindais ? En quoi il diffère alors d'un Angolais ? Où commence et finit le Cabinda ?
 
Pourquoi le Cabinda c'est l'Angola ?
 
Tout plaide contre la thèse d'un Cabinda qui n'est pas l'Angola. Les membres du FLEC savent qu'ils ne sont pas sérieux dans leurs arguments. Même le recours à l'histoire du colonialisme et de la décolonisation ne leur favorise pas la tâche. Lorsqu'on veut identifier un peuple, on tient rigoureusement compte d'un certain nombre de critères. Ces critères ne tiennent pas compte de la "lutte des classes" ou de tout autre type de désaccords d'une composante de la population par rapport à la politique du gouvernement en place. L'examen de ces différents critères ne permet pas de distinguer le Cabinda de l'Angola, si ce n'est par l'expression de la volonté égoïste d'une certaine élite d'assimilés, assoiffée du pouvoir, qui tient à diviser leur propre pays. Au regard de ces critères, personne en Angola ne considère le Cabinda comme une colonie. Il en sera toujours ainsi car c'est un non problème.
 
Les critères que le FLEC doit utiliser pour distinguer le Cabinda de l'Angola doivent être de nature historique, géographique, culturelle, ethnique, juridique, spirituelle et écologique. Ils doivent prendre en considération le Cabinda avant la période coloniale. En quoi le "Cabindais" se différencie ethniquement, culturelleemnt, sociologiquement, etc. par rapport aux ethnies des pays voisins (RDCongo et Congo) et de l'Angola ? 
 
Le FLEC doit savoir ce qu'il veut et ce qu'il dit
 
Le FLEC est-il contre l'Angola ou contre ses dirigeants ? Qu'est-ce qui motice le FLEC ? Que veut le FLEC ? Que dit le FLEC ? Le communiqué ne précise pas clairement de quoi il s'agit. Quel menace représente l'Angola pour le Cabinda ?
L'attaque du bus de l'équipe de Togo est un acte de terrorisme car les joueurs Togolais n'étaient pas venus effectuer une mission militaire en Angola.
C'est facile d'affirmer que le Cabinda n'est pas l'Angola. Le fait de tuer des étrangers pour faire connaître ses revendications est une preuve de manque de sagesse politique. C'est facile de commencer un conflit mais c'est toujours difficile de le terminer. Le FLEC ou, plus précisément, le groupuscule qui agit sous ce nom a-t-il conscience du mal qu'il fait à tous les Angolais ? En tout cas, nous pensons que cet acte doit être l'occasion de l'interdiction pure et simple de l'existence de ce parti dans notre pays.
Jean-Claude NZITA sait-il pourquoi Victoir Huog avait dénoncé l'occupation turque de la Grèce et ne l'avait pas fait pour l'occupation européenne de l'Afrique ?
 
Nous voulons la paix immédiatement
 
Aucun de prétextes avancés par le FLEC ne justifie qu'il mette la sécurité et la paix des Angolais et de ceux qui les fréquentent en danger. Nous reclamons immédiatement le retour à la paix et la recherche déterminée et sincère de la réconciliation nationale. Toute l'Afrique condamne la bêtise politique et stratégique du FLEC. Ce mouvement, qui a choisi la haine des autres comme politique doit être intedit dans toute l'Afrique.
 
Mawete Makisosila
Homme de culture
Mardi 12 Janvier 2010
La Dépêche d'Abidjan



Contributions
Notez

Actualité | Opinion | Contributions | Vidéos | Zouglou Feeling | People | Reportages | Tribune | Lu pour vous | Arts et Cuture | Insolite | Communiqué | Sports | Santé | Tourisme - Voyages | À ne pas manquer | VOTRE PUBLICITÉ SUR LA DÉPÊCHE D'ABIDJAN | Espace Kamite